Vous-êtes ici: AccueilBusiness2021 07 15Article 608320

Infos Business of Thursday, 15 July 2021

Source: www.camerounweb.com

Voici les partenaires financiers qui soutiennent les PME Camerounaises

Exploiter au mieux tous les guichets de financement offerts par les partenaires financiers Exploiter au mieux tous les guichets de financement offerts par les partenaires financiers

Il s’agit de la banque islamique de développement.

La Banque européenne d’investissement.

Le BIT (Bureau international du travail).

Pour booster les Petites et Moyennes entreprises du Cameroun, les pouvoirs publics ont fait recours à plusieurs partenaires. Selon le ministre des petites et moyennes entreprises et de l’économie sociale, Achille Bassileken III, il s’agit pour les pouvoirs publics, « d’exploiter au mieux tous les guichets de financement offerts par les partenaires financiers. J’aime bien à dire que par exemple, pour ne parler que de la Banque islamique de développement ». Celle-ci met à la disposition du Cameroun, « des lignes de 55 milliards de FCFA pour accompagner des entreprises dans le cadre des mécanismes de financements islamiques »
En plus il y a la Banque européenne d’investissement. Pour la seule année 2020, elle a investi près de 30 milliards de FCFA, des lignes de crédits ouvertes pour les PME et ainsi il y a également d’autres acteurs qui dans ce registre-là vont nous accompagner en matière de financements », note le ministre des PME.

L’économie sociale.

S’agissant de l’Economie sociale, le Cameroun travaille avec le BIT (Bureau international du travail), « nous nous sommes dotés d’un plan national de développement de l’économie sociale qui prévoit que sur les cinq prochaines années, on puisse mobiliser une trentaine de milliards pour que des GIC (Groupes d’initiatives communautaires), des coopératives, tous les acteurs de l’économie sociale en tout lieu du territoire, puissent être accompagnés », a révélé Achille Bassileken III.

Au sujet de l’artisanat, le Cameroun travaille à « renforcer les capacités de de ces artisans pour qu’ils produisent mieux, pour qu’ils produisent conformément à des standards, des qualités et que finalement, on puisse trouver leurs produits dans les rayonnages des grandes surfaces. Une fois qu’ils sont mieux accompagnés, on peut donc, pour certains, les sortir du secteur informel, parce que c’est l’un de nos principaux chevaux de bataille : garantir le processus de formalisation progressif de notre économie », indique le ministre des PME.