Vous-êtes ici: AccueilBusiness2020 12 07Article 560666

Business News of Monday, 7 December 2020

Source: Actu Cameroun

Sérail: le chaos économique du Cameroun se confirme

Dans une tribune, Me Christian Ntimbane Bomo, analyse le dernier budget du Cameroun et estime que les pontes du régime de Yaoundé ont volontairement grossi ledit budget. Lire l’intégralité de sa sortie.


Le budget du Cameroun est volontairement grossi ces dernières années entre 4800 et 5000 milliards, pour ne pas exposer aux yeux de tous, l’effondrement économique de notre pays et l’incapacité du régime Rdpc à développer le Cameroun.

C’est un chiffre sur du papier. Le véritable budget du Cameroun est d’environ 3000 milliards en termes de ressources et de dépenses. Pour preuve illustrative, le taux très élevé de sous consommation des crédits que certains experts fixent la moyenne à près de 80%.

Le Cameroun va donc se trouver à réaliser 20% de ses dépenses budgétaires en termes de projets parce qu’il n’y a pas d’argent pour les financer. En d’autres termes, quand on ouvre une ligne de crédit pour exécuter une dépense par exemple construire une route, il n’y a pas d’argent liquide pour financer les travaux. Car les caisses sont vides.

Et dans ces ressources attendus au budget de l’Etat, les emprunts ou endettement occupent 50%.C’est à dire que le Cameroun va recourir aux prêts pour réaliser quelques projets, mais surtout pour payer les fonctionnaires et les militaires. En 2021, c’est près de 1500 milliards attendus au titre des emprunts.

N’ayant pas assez de rentrées parce que l’économie est à plat, le régime ne peut pas respecter la dotation de 15% aux collectivités territoriales décentralisées. C’est pourquoi Louis Paul Motaze a prévu moins de 240 milliards pour les régions et les communes au titre de la dotation de l’Etat pour la décentralisation.


Les caisses de l’Etat du Cameroun sont vides et l’économie morose ne permet plus de capter suffisamment les impôts et les recettes douanières. Même au niveau de l’emprunt, le Cameroun court un risque sérieux de surendettement selon les propres termes du FMI dans sa revue de novembre 2020. Le fameux taux de 70% de soutenabilité de la dette camerounaise qu’aime à évoquer les hagiographes du regime, est un critère de convergence fixé par la Cemac.

Ce critère n’est pas celui du Fmi qui y voit un pays surendetté, c’est à dire incapable de rembourser ses dettes fautes de ressources suffisantes. Pour bien comprendre, c’est la Cemac qui autorise le Cameroun à s’endetter à hauteur de 70% de son Pib à l’intérieur du marché bancaire et financier de la Cemac.

Or les échanges entre le Cameroun et les pays de la Cemac sont de 5% de son Pib. Le Cameroun n’empruntant donc pas grand-chose à l’intérieur de la Cemac, ce taux de soutenabilité de 70% est donc une vue de l’esprit. La grave conséquence est que, même sur le plan de l’endettement, le Cameroun n’aura plus grand monde qui acceptera de lui prêter de l’argent.

La Chine qui n’emprunte pas du liquide, mais vend à crédit le génie civil est devenue réticente. C’est le cas de l’autoroute Yaoundé-Douala, obligeant le gouvernement à solliciter de nouveaux partenaires. Ces 4865 milliards sont donc une vue de l’esprit.

Christian Ntimbane Bomo

Société Civile Critique

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter