Vous-êtes ici: AccueilBusiness2021 07 04Article 606091

Infos Business of Sunday, 4 July 2021

Source: L'oeil du Sahel

Refinancement de l'eurobond: plus de 1400 milliards de FCFA promis au Cameroun

Paul Motaze, ministre de la finance Paul Motaze, ministre de la finance

Au terme d’un roadshow (rencontre avec des investisseurs pour leur vendre l’opération) conduit du 23 au 29 juin 2021 à Paris, par le ministre des Finances, Louis Paul Motazé, le Cameroun a clôturé avec succès, le 30 juin 2021, l’émission de son eurobond (emprunt sur le marché international des capitaux) de 450 milliards de FCfa, apprend-on officiellement. Au terme de l’opération libellée en euro, les investisseurs ont fait à l’Etat du Cameroun une offre de 1481,15 milliards de FCfa, soit 2,258 milliards d’euros. Ce taux de couverture de la demande de 321% est le témoignage de l’intérêt que les investisseurs ont porté sur cette levée de fonds de l’Etat du Cameroun. Mais, en dépit de ces multiples offres, le Cameroun s’est contenté de l’enveloppe de 450 milliards de FCfa requise, en vue du refinancement de son eurobond de 2015. Mieux, le pays a réussi l’exploit de lever cette somme au taux d’intérêt de 5,95%, pour une maturité de 11 ans. Ce qui révèle une forte baisse du taux d’intérêt, par rapport aux 10,5% exigés par les investisseurs lors de l’opération de 2015, pour une maturité de 10 ans.

«Après l’émission inaugurale de 2015, dont le taux d’intérêt était de 9,50%, le Cameroun en ce premier semestre de l’année 2021, fait un retour apprécié sur les marchés internationaux des capitaux, notamment celui des eurobonds. En dépit d’un contexte marqué par la pandémie du coronavirus, les investisseurs ont marqué leur confiance retrouvée dans la qualité de signature du Cameroun, confortée par la bonne exécution d’un premier programme, la perspective de signature d’un nouveau programme de la FMI et la mise en œuvre de notre stratégie de développement 2020-2030. Nos défis économiques et financiers restent certes nombreux, mais la confiance que les investisseurs viennent de manifester à l’égard de la signature du Cameroun constitue un motif d’encouragement, pour la poursuite des réformes menées par le Cameroun sous la houlette du président de la République, en vue de l’émergence économique et sociale du Cameroun à l’horizon 2035», a déclaré Louis Paul Motazé à la clôture de l’opération. L’enveloppe ainsi mobilisée permettra essentiellement de refinancer l’eurobond de 2015, et de différer son remboursement devant initialement commencer en 2023, à raison de 150 milliards de FCfa par an jusqu’en 2025. De ce point de vue, le ministre des Finances révèle que «la principale information à retenir est que l’Etat a atteint un taux de rachat record, qui se situe à environ 80% du montant de la souche de 2015».
Concrètement, en levant 450 milliards de FCFA à taux réduit, et en réussissant à refinancer à environ 80% l’euro bond de 2015, le Cameroun s’offre deux principaux avantages. Le premier est de repousser à 2032 le remboursement de cette dette, dont le début du remboursement en 2023 aurait mis la pression sur les réserves extérieures du pays, dans un contexte économique mondial encore fragilisé par le coronavirus. Le 2ème avantage est la réduction de l’enveloppe des intérêts à verser chaque année aux souscripteurs de cet eurobond, lesquels intérêts passent de 9,5% à seulement 5,95%. Pour mieux comprendre le volume d’économies que cette baisse du taux d’intérêt procurera au Trésor public, il faut savoir qu’en 2020, le Cameroun a payé environ 42 milliards de FCFA d’intérêts, sur la base du taux d’intérêt (9,5%) obtenu sur cet eurobond en 2015. Cette opération de recherche des financements sur le marché international des capitaux, pilotée par le ministre des Finances, a été arrangée par les branches investissement des groupes bancaires américains Citigroup et JPMorgan, puis le Français Société Générale. Le cabinet juridique White & Case a joué le rôle de conseil juridique à l’in ernational, tandis que Rothschild & Co était le conseil financier de l’Etat dans l’opération. Deux cabinets basés en Afrique ont également accompagné le Cameroun dans cette opération. Il s’agit de la firme Matha Capital, basée en Côte d’Ivoire, qui a intégré le pool des conseillers financiers, et de la firme juridique Chazai & Partners, basée à Douala, qui a joué le rôle de conseil juridique au niveau local