Vous-êtes ici: AccueilBusiness2020 07 06Article 525328

Business News of Monday, 6 July 2020

Source: lequatrièmepouvoir.com

Révélations sur l'arrivée du controversé ICTSI est arrivé au port de Kribi


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

Appuyé par de hautes personnalités au palais présidentiel, International container terminal services (ICTSI) vient troubler la quiétude du made in Cameroun

Toute la semaine du 22 à l’a été rythmée par une série d’informations. Mais celle qui aura retenu l’attention de l’Assemblée nationale, c’est la situation du made in Cameroun. Une belle opportunité qu’observent les 9 entreprises qui constituent Kribi Polyvalent Multiple Operators (KPMO). Le consortium des entreprises manutentionnaires qui a pris pied au terminal polyvalent du port en eau profonde de Kribi (PAK) depuis 2018 et qui, depuis deux ans, « démontre aux yeux du monde qu’on peut faire confiance aux acteurs portuaires du Cameroun », souffle une voix crédible au fait des questions portuaires

Ce qui agace différents acteurs tant du privé que du public et qui observent cette arrivée du philippin International container terminal services (ICTSI), c’est une suite de griefs. Allant de son intermédiaire local au passé au controversé de cette entreprise portuaire aux couleurs orange, sans perdre de vue l’offre « surréaliste » qu’a faite cette boîte. Sont également et surtout mal vus, le traitement que ICTSI a l’habitude de réserver à ses dockers, tout comme ses accointances avec des Etats où les droits de l’homme et du travailleur sont foulés au pied.

D’abord le partenaire, ou l’intermédiaire au Cameroun. Pour que le philippin ICTSI entre ici, il a fallu, souffle-t-on, l’intervention de Bonaventure Assam Mvondo, député, homme d’affaires très polyvalent par ailleurs originaire du Sud et neveu du chef de l’Etat Paul Biya. Des arguments non négligeables qui ont vite fait de faciliter l’injonction de Paul Biya au directeur général du PAK de signer un partenariat avec ICTSI.

Autres arguments qui ont pesé lourd, l’offre d’entrée. Les philippins ont déposé sur la table la somme de 50 milliards de FCFA. Ici, il n’y a pas de problème. Des curiosités commencent à poindre lorsque l’on parle des rendements qu’en visage cette nouvelle entreprise qui projette le traitement de 14 000 tonnes de marchandise par an sur un quai. Une projection qui fait sourire des habitués des questions de manutention. « En moyenne 1.166.66 tonnes par mois. En clair, même sous la pluie, comme Kribi est une zone côtière, il y aura un même rythme de travail. Cela veut dire, même quand l’Etat aura décrété ses jours fériés, ICTSI n’en tiendra pas compte, et donc les droits des travailleurs sont déjà en danger », observe une fin connaisseuse de cette entreprise.

Si au Cameroun la présidence de la République a vite fait d’annoncer le 5 juin 2020 que le directeur général du PAK signe un partenariat avec les philippins, sur le site internet d’ICTSI, il existe de nombreux rapports et communiqués de presse depuis le 1er juin 2020. Mais aucune trace, jusqu’à ce que nous mettions sous presse, du gros lot qu’ils viennent de décrocher à Kribi. A Yaoundé, Bonaventure Assam Mvondo lui, se frotte les mains malgré les propositions surréalistes de son partenaire, fier sans doute de mettre à mal le made in Cameroun portuaire qui gérait jusque-là le terminal polyvalent et qui, en deux ans, présente en perspective des investissements de 1500 milliards de FCFA pour rendre le terminal polyvalent du PAK plus compétitif, pendant qu’en deux ans, les performances réalisées satisfont tant au PAK qu’au Secrétariat général de la Présidence de la République, car, plus de 1800 mètres métrique de marchandises ont été traités, plus de 72 navires reçus et traités avec célérité.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter