Vous-êtes ici: AccueilBusiness2021 08 10Article 612997

Infos Business of Tuesday, 10 August 2021

Source: www.camerounweb.com

Pourquoi privilégier la farine de manioc à celle du blé au Cameroun

Le Cameroun est dépendant de l’importation du blé. Le Cameroun est dépendant de l’importation du blé.

Le Cameroun fait d’énormes dépenses pour importer la farine du blé.

Le Cameroun est dépendant de l’importation du blé.

Le manioc se produit localement au Cameroun.

Les arguments ne manquent pas. Le Cameroun a intérêt à sortir de sa dépendance à l’importation de la farine de blé. Selon les données officielles, les dépenses faites dans les importations de produits alimentaires sont considérables et mettent le pays dans une certaine situation de dépendance. Ainsi donc, l’utilisation de la farine de manioc dans la fabrication du pain devrait contribuer à la réduction des importations de blé, au moins de moitié. En plus de faire économiser au Cameroun, plusieurs centaines de milliards de FCFA, cette mesure pourrait également créer des milliers d’emplois, ce qui devrait alors susciter un encouragement pour les agriculteurs à produire davantage. C’est le cas au Nigeria voisin.

Depuis 2014, l’utilisation de la farine de manioc par les boulangers a fait baisser le prix du pain de 40% au Nigeria.

Un appui institutionnel.

Pour atteindre ces objectifs de production, il faut un appui institutionnel en vue d’une transformation à l’échelle industrielle. Cela est d’autant porteur et plus adapté, que le manioc est consommé partout au Cameroun et même en Afrique centrale. Il reste tout de même qu’il va falloir améliorer la farine de manioc, pour la rendre aussi élastique que celle de blé. Il faut rappeler que pour obtenir la farine de manioc, il faut laver les tubercules, les éplucher, les râper. Ensuite, le manioc est pressé pour en faire ressortir l’amidon… À terme, le processus de production apparait plus ou moins artisanal, et il nécessite de ce fait une réelle mécanisation pour rendre le produit fini plus fiable et pouvant réunir certaines normes en la matière. Pour le consommateur final, il s’agira alors de n’établir aucune différence entre un produit de boulangerie à base de blé et un autre à base de manioc.

Depuis 2016 une foire du manioc est organisée au Cameroun. Il s’agit de valoriser ses produits dérivés, avec en bonne place, la farine de manioc servant à la fabrication du pain et même des biscuits et autres friandises. Alors que c’est une denrée que les hommes ont difficilement considérée, estimant qu’elle n’apporte pas grand-chose comme revenus, les femmes, veulent à la fois faire du manioc, un produit de rente et d’alimentation. C’est par exemple la volonté affichée par le Réseau des Producteurs et Transformateurs de Manioc de la Lékié (REPTRAMAL).