Vous-êtes ici: AccueilBusiness2019 02 04Article 455447

Business News of Monday, 4 February 2019

Source: investiraucameroun.com

Pont sur le Ntem: le Cameroun et la Guinée Equatoriale à couteaux tirés

Le 1er février 2019 à Douala, le ministre camerounais délégué de l'Economie, Paul Tasong et le ministre équato-guinéen en charge de l'Intégration régionale, Baltasar Engonga Edjo'o, ont tenu la 2è réunion relative à la réalisation d’un pont sur le fleuve Ntem, sur la transnationale Kribi-Campo-Bata.

Dans le communiqué final qui a sanctionné les travaux, il apparaît clairement que les deux parties ne s’entendent pas encore sur le tracé de l’ouvrage. En effet, le tracé retenu par le Cameroun est la variante 2, située à 450 mètres de l’embouchure du fleuve Ntem.

Ses avantages ont été présentés par la délégation du camerounaise qui a du reste indiqué que la variante 1 était incompatible avec les perspectives de développement de la ville de Campo, au Cameroun.

LIRE AUSSI: Cameroun: le trésor public affiche des recettes non pétrolières de 1 912 milliards

Le tracé retenu par la Guinée équatoriale est la variante 1, située à 250 mètres de l’embouchure du Ntem. Ses avantages ont été présentés par la délégation équato-guinéenne qui a précisé que la variante 2 est incompatible avec le plan de développement de la ville de Rio Campo, en Guinée équatoriale.

«Les discussions ont convergé vers une variante consensuelle qui sera développée dans la suite du projet. L’annexe 1 au mémorandum d’entente, arrêtant le choix définitif de la variante, sera signée en alternat à la diligence de la Ceeac au plus tard le 15 mars 2019», peut-on lire dans le communiqué final des travaux.

LIRE AUSSI: Natchigal: les investissement d’EDF et de Stoa Energy s'élèvent à plus de 100 milliards

Le seul point sur lequel, les Etats-parties sont tombés d’accord pour l’heure, concerne le type de pont à construire. Ce sera «un pont caisson en béton précontraint construit par encorbellements successifs comme solution de base et pont à structure mixte acier béton en solution variante».

Les deux pays lancent un appel à la Commission de l’Union africaine, à l’Agence du Nepad, à la Banque africaine de développement, aux partenaires bilatéraux et multilatéraux et à l’ensemble de la communauté internationale, à accroître leur soutien à la réalisation de ce projet intégrateur.