Vous-êtes ici: AccueilBusiness2019 02 06Article 455668

Business News of Wednesday, 6 February 2019

Source: investiraucameroun.com

Plus de 64 milliards pour financer la campagne cotonnière au Cameroun

Conformément à un décret présidentiel signé en décembre 2018, lequel habilitait le ministre de l’Economie à contracter un prêt pour financer la campagne cotonnière 2018-2019 au Cameroun, la Société internationale islamique de financement du commerce (ITFC), filiale du groupe de la Banque islamique de développement (BID), ouvrira dans les prochains jours une ligne de crédit d’un montant de 64,2 milliards FCfa, en faveur du Cameroun, apprend-on de sources proches du dossier.

Ces financements destinés à la Société de développement du coton (Sodecoton), le fleuron agro-industriel de la partie septentrionale du Cameroun, vont servir, apprend-on de bonnes sources, à l’acquisition des intrants agricoles, du coton graine et de graines de soja, auprès des 250 000 producteurs encadrés par la Sodecoton.

LIRE AUSSI: Sodecoton: le nouveau DG cité dans un scandale financier

Ce concours financier de la BID est plus important qu’auparavant, à cause du relèvement de l’enveloppe obtenu par le gouvernement camerounais, qui a réussi à convaincre ce bailleur de fonds de faire passer son financement traditionnel en faveur de la filière coton de 13 milliards FCfa, jusqu’en 2016-2017, à plus de 64 milliards de francs Cfa de nos jours.

Cet appui financier apparaît comme un coup de pouce majeur pour la Sodecoton, entreprise d’économie mixte qui surfe désormais sur la vague de la performance, après une longue période de turbulences.

LIRE AUSSI: Le Cameroun a injecté plus de 126 milliards dans l'importation de la friperie

En effet, après des pertes sèches successives de 11 milliards de francs Cfa en 2014, contre respectivement 18,8 et 5,8 milliards de francs Cfa en 2015 et 2016, soit un montant total de 35,6 milliards de francs Cfa sur une période de 3 ans ; la Sodecoton a renoué avec les bénéfices en 2017.

Cette année-là, les états financiers officiels de cette unité agro-industrielle, ont affiché un résultat net de 4,3 milliards de francs Cfa, témoignant d’une sortie de la zone de turbulences, laquelle performance est consécutive à la mise en œuvre d’un plan de restructuration implémenté depuis l’année 2016.