Vous-êtes ici: AccueilBusiness2021 07 05Article 606157

Infos Business of Monday, 5 July 2021

Source: Sans Détour N 420

Marché des eurobonds : le coup de poker de Motazé à Paris

Paul Motaze, le ministre des Finances Paul Motaze, le ministre des Finances

1481,15 milliards de FCFA souscrits par les investisseurs internationaux le 30 juin dernier au terme de négociations serrées. La délégation conduite par le ministre des Finances a plus que convaincu la communauté des investisseurs privés, qui sont allés loin au-delà de la demande de 450 milliards des FCFA formulée par le Cameroun.

Les esprits les plus retors redoutaient un échec plus que cuisant du Cameroun sur ce marché de titres européens, 06 ans après la conclusion des eurobonds de 2015 pour le financement de son économie. Désillusion ! Ce qui s’est passé à paris en fin de semaine dernier relève de l’exploit pour le Cameroun. 1481,15 milliards de FCFA, soit 2,258 milliards d’euros de souscription, alors que le Cameroun n’avait sollicité que 450 milliards de FCFA, 685 millions d’euros. C’est un taux de couverture de 321 %, qui cristallise le degré de confiance des investisseurs internationaux, à l’égard de la signature de l’Etat du Cameroun.

Cerise sur le gâteau, le pays a négocié et obtenu auprès des 205 investisseurs qui ont marqué de l’intérêt pour le nouvel eurobond, un taux d’intérêt des plus intéressants de 5,95%, loin du taux de 9,50% qui avait couvert le premier eurobond de 2015.
En plus, pour une période de maturité de 11 ans, mieux que les 10 années exigées par les investisseurs lors de la première opération de 2015. Même si le montant limite retenu de ces souscriptions se situe à 450 milliards de FCFA, au regard des habilitations reçues, du reste le montant sollicité par le Cameroun, c’est une victoire éclatante que vient d’enregistrer la délégation conduite par Louis paul Motaze, le ministre des Finances.

Après 06 jours d’âpres négociations, du 23 au 29 juin, face à la centaine d’analystes financiers représentant plus de 70 groupes d’investisseurs ayant de grandes capacités de placement, la délégation camerounaise a réussi à retourne le prétendu scepticisme tant redouté chez les investisseurs européens. En effet, Louis Paul Motaze et ses partenaires dans la transaction, triés sur le volet selon leurs compétences, ont mis en avant le visage sociopolitique du Cameroun, de même que ses atouts et perspectives à moyen et à long terme. Un visage dont les fresques les plus séduisantes sont la diversité de son économie, sa stabilité politique, de même que sa résilience exceptionnelle face aux chocs exogènes.

Nouveau programme avec le FMI

Convient-il de le rappeler, c’est dans le contexte ambiant de lutte contre le Covid-19, cristallisé par une baisse drastique des ressources financières de l’Etat, que le Cameroun a décroché ce nouveau marché pour le refinancement de ses activités économiques. Preuve, s’il en était encore besoin, de la crédibilité de la signature de l’Etat du Cameroun aux yeux de la communauté financière internationale, et des investisseurs européens. Selon le ministre de Finances, cette opération permet au Cameroun de réaliser un record, racheter à près de 80% le montant de la souche initiale de 450 milliards de Fcfa émise en 2015.

Ce nouvel eurobond sera donc destiné à rembourser celui de 2015, et de consolider sa crédibilité auprès de ses partenaires financiers internationaux, une confiance retrouvée qui s’est adossée sur les acquis détonants réalisés par le Cameroun. Notamment, la bonne exécution du premier programme d’eurobonds, la mise en œuvre de sa nouvelle stratégie de développement 2020-2030, qui offre plus de lisibilité sur la politique économique et financière de l’Etat, à même de le mener à l’émergence à l’horizon 2035, et aussi sur la perspective de la signature d’un nouveau programme économique avec le Fmi, actuellement en cours de négociation.

D’ailleurs pour les observateurs avertis, la souscription de ce nouvel eurobond préfigure la conclusion optimiste du prochain programme avec le Fmi, tant les souscriptions du 30 juin dernier ont fini par relooker le visage du Cameroun sur le marché des capitaux. Désormais, le pays peut relever avec confiance et clairvoyance ses défis économiques et financiers, et poursuivre avec sérénité les réformes prévues par la Snd30, la Stratégie nationale de développement 2030-2030, censée conduire le pays à son émergence souhaitée.