Vous-êtes ici: AccueilBusiness2021 06 08Article 600817

Infos Business of Tuesday, 8 June 2021

Source: www.camerounweb.com

Forte pénurie de poulet dans les marchés de Yaoundé

Le marché des poulets est vide Le marché des poulets est vide

Le marché des poulets est vide

Les poulets habituellement vendus à 2000 F coutent 3500 F

Une faible production du poulet explique la pénurie

Le marché de Mvog-Ada encore appelé marché des poulets n’est pas à ses beaux jours. Pour cause, il y manque du poulet. Les vendeurs de cette denrée, généralement postés à l’entrée du marché se comptent désormais au bout des doigts. Même les véhicules où la volaille est souvent rangée sont également absents. A l’intérieur du marché, les prix varient entre 3000 et 3500 F pour des poulets qui en temps normal coûtent entre 2300 et 3000 F. Les gros poulets quant à eux, sont vendus à partir de 4000 F voire 5000 F. Pas de choix pour les consommateurs. Parfois il faut même faire le tour du marché pour espérer tomber sur un poulet de calibre. « A défaut des gros poulets on se contente des plus petits », confie une ménagère.

Faible production

Si le poulet se fit rare, c’est certainement à cause de la faible production. Selon un vendeur de poulet, il s’agirait de la faible production enregistrée sur le marché actuellement, du fait du Covid-19. Les consommateurs commencent d’ailleurs à s’habituer à cette pénurie du poulet sur le marché qui devient récurrente depuis l’avènement de cette pandémie. C’est parfois la principale raison qui justifie cette pénurie, même si tous les acteurs du secteur ne semblent pas de cet avis. A côté de cela, la pénurie s’explique aussi par la survenue de la grippe aviaire dans certains pays européens fournisseurs du Cameroun.


Pour sortir de cette pénurie, le ministre de l’Elevage, des Pêches et des Industries animales avait signé une note autorisant les producteurs à importer des œufs à couver et des poussins d’un jour du Brésil. A ce jour, si la mesure n’est pas encore effective, des solutions palliatives continuent d’être envisagées. Mais ce sont les consommateurs qui sont privés du poulet.