Vous-êtes ici: AccueilBusiness2021 06 04Article 600319

Infos Business of Friday, 4 June 2021

Source: www.camerounweb.com

Amina Gerba : la Camerounaise qui fait découvrir l’Afrique aux investisseurs canadiens

Amina Gerba, femme d'affaires camerounaise play videoAmina Gerba, femme d'affaires camerounaise

• Amina Gerba est une femme d’affaires camerounaise prospère

• Elle œuvre pour attirer les investisseurs canadiens en Afrique

• Amina Gerba s’est engagée dans la lutte pour l’autonomisation de la femme



Originaire de Bafia, Amina Gerba de son nom de naissance Amina Nleung-Abah, a est arrivée au Canada à l’âge de 25 ans en 1986. C’est dans son pays d’accueil qu’elle obtient sa licence en administration d’affaire (option marketing) à l’École des sciences de la gestion de l'Université du Québec à Montréal en 1992. L’année suivante elle décroche son MBA et travaille pour plusieurs sociétés canadiennes dont SVS International. Amina Gerba accompagnait les entreprises qui souhaitaient bénéficier des financements du gouvernement canadien à préparer leurs dossiers.

La Camerounaise se rend rapidement compte que de nombreuses sociétés ignoraient tout sur le potentiel du marché africain. C’est ainsi que l’idée lui est venue de créer sa propre entreprise qui aura pour mission de conseiller les sociétés canadiennes sur les opportunités que le marché africain pourrait leur offrir. Afrique Expansion Inc voit ainsi le jour en 1995.

Amina Gerba était la seule « employée » de son entreprise. « J’étais au four et au moulin. Je recherchais des partenaires pour les entreprises désireuses d’investir en Afrique, je me chargeais de monter les dossiers de subventions, de réaliser l’étude de marché, d’assurer leur accueil et ce jusqu’à la location de véhicules », se rappelle-t-elle.

Elle avait cependant bénéficié d’un prêt de 50 000 dollars de l’Etat canadien qui lui a permis de payer son salaire ainsi que les charges liées à son activité. En 1998, elle organise pour la première fois les Journées économiques de l’Afrique en invitant au Canada le ministre camerounais du développement industriel et commercial. Malgré son succès l’activité n’a pas été médiatisée ; la presse canadienne ne connaissant pas grande chose sur l’économie africaine. C’est ainsi qu’elle décide de créer la même année avec l’aide de son mari, le magazine Afrique Expansion Magazine distribué au Canada et en Afrique. Grâce à son carnet d’adresse et surtout sa connaissance de l’Afrique, Amina Gerba lance en 2003, la première édition de Forum Africa, une rencontre internationale visant à promouvoir les investissements et les partenariats pour le développement de l’Afrique. Plusieurs décideurs ont déjà pris part aux dernières éditions de l’évènement. Il s’agit entre autres du Conseiller Spécial pour l’Afrique aux Nations unies, M. Ibrahim Gambari et Alpha Oumar Konaré, ancien président du Mali et ancien président de la Commission de l’Union africaine ou encore Babacar Ndiaye, ancien président de la Banque africaine de développement.

Les activités de la Camerounaise pour mieux faire connaitre l’Afrique et ses opportunités aux Canadiens lui ont permis de recevoir le grade de Chevalière de l'Ordre national du Québec le 18 juin 2014. Déjà en 2008, elle figurait parmi les 25 femmes d’influence au Québec selon le magazine Les Affaires.

La reine du karité

En 1998 Amina Gerba fait au Burikina Faso, la rencontre des productrices de beurre de karité. Ne connaissant rien dans le secteur, elle décide néanmoins de collaborer avec ses dernières. Après quelques tentatives infructueuses, Kariderm son entreprise de commercialisation de produits cosmétiques voit finalement le jour. Elle a réussi à organiser les femmes en coopérative et leur a permis d’avoir accès aux microcrédits. La structure des femmes productrice du beurre de karité compte aujourd’hui plus de 2000 membres. Grâce à Amina Gerba, le beurre de karité de ces femmes a reçu le label de produit bio.

Enfance et vie de couple

Issue d’une famille nombreuse (19 enfants), Amina Gerba s’est lancée très jeune dans le commerce. Elle vendait des fruits pendant les vacances scolaires. « Très jeune, j’ai toujours voulu être indépendante. Je faisais du petit commerce informel pendant les vacances scolaires. Je vendais toutes sortes de produits agricoles (oranges, bananes, arachides, mangues) issus des plantations familiales. Je ne savais pas que j’étais déjà une entrepreneure », confie-t-elle. Amina Gerba met une pause à ses études pour s’occuper de son foyer. C’est d’ailleurs avec son mari Malam Gerba, ancien rédacteur de la Radiotélévision nationale CRTV qu’elle s’envolera pour le Canada. « J’ai alors choisi de retourner aux études et de faire une année de cégep [collège d’enseignement général et professionnel, lycée québécois, NDLR] » avait-elle déclaré sur Jeune Afrique. Mère de quatre enfants, elle siège aujourd'hui au conseil d'administration de plusieurs structures au Canada.