Vous-êtes ici: AccueilBusiness2021 06 02Article 599746

Infos Business of Wednesday, 2 June 2021

Source: L'Anecdote n°1183

Dette publique : les emprunts non concessionnels en hausse

Les experts craignent cette hausse Les experts craignent cette hausse

Le chef de l’Etat a signé le 26 mai 2021 une ordonnance modifiant et complétant certaines dispositions de la loi de finances 2021 votée par le parlement en décembre dernier.

Le président de la République modifie notamment les dispositions de l’article 49 de la loi no 2020 du 17 décembre 2020 portant Loi de finances 2021, en insérant après l’article 49, l’article 49 (bis) de la même loi. Paul Biya autorise ainsi le gouvernement à négocier et éventuellement à conclure au cours de l’exercice 2021, à des conditions sauvegardant les intérêts financiers de l’Etat ainsi que sa souveraineté économique des emprunts concessionnels et non concessionnels des montants globaux respectifs de 350 milliards de FCFA et de 750 milliards de FCFA.

Le gouvemement camerounais dispose donc d’une plus grande marge de manœuvre en ce qui concerne les emprunts non concessionnels. Car, dans l’ancienne disposition, ces emprunts non concessionnels étaient plafonnés à 300 milliards de FCFA. Désormais, le plafond est fixé à 750 milliards de FCFA, soit une hausse de 450 milliards de FCFA. Cette hausse vise principalement le rachat partiel ou total de l’eurobond de 450 milliards de FCFA émis en 2015, selon l’ordonnance présidentielle.


Le Cameroun devrait rembourser son eurobond de 2015 à partir de 2023, à raison de 150 milliards de FCFA par an, en plus des intérêts qu’il paye depuis plusieurs années déjà. Un volume d’argent qu’il n’est pas sûr de posséder au regard de la pression sur- les liquidités extérieures que connaissent les pays de la Cemac (Cameroun, Centrafrique, Gabon, Guinée équatoriale et Tchad). Afin d’éviter que cette obligation international^ pèse à court et moyen termes sur la trésorerie publique, le gouvernement a donc décidé de la refinancer au cours de l’année courante;



En clair, le chef dé l’Etat fait recours au marché financier international pour honorer à ses engagements financiers nationaux et internationaux. Le budget de l’Etat pour 2021 se chiffre à 4.865 milliards de FCFA.