Vous-êtes ici: AccueilBusiness2021 04 14Article 589285

xxxxxxxxxxx of Wednesday, 14 April 2021

Source: Agenceecofin.com

Le Cameroun contracte un autre prêt de 750 millions $ auprès de la BID

Avec une dette estimée à plus de 10 000 milliards FCFA au 31 décembre 2020, le Cameroun est classé dans les pays « à haut risque de surendettement ». Une situation ironique pour un pays, toujours bien en peine de consommer les prêts contractés.

Le lundi 12 avril, le ministre camerounais de l’Economie, Alamine Ousmane Mey, a signé avec Hani Salem Sonbol, le directeur général de la Société internationale islamique de financement du commerce (ITFC), filiale du groupe de la Banque islamique de développement (BID), un accord de financement triennal d’un montant total de 750 millions de dollars, soit 413,3 milliards FCFA, apprend-on dans un communiqué rendu public par l’ITFC.

Grâce à cet accord, cette filiale de la BID mettra chaque année à la disposition du Cameroun, une enveloppe de 250 millions de dollars US (environ 138 milliards FCFA) sur une période de 3 ans, pour la fourniture des équipements et consommables médicaux, et « les importations de produits de base dans les secteurs stratégiques de l’énergie, des mines […] », précise l’ITFC.

A l’analyse, cet accord de financement permet de garantir, pour les trois prochaines années, l’approvisionnement du Cameroun en carburant et autres produits pétroliers blancs, que le pays importe en totalité depuis l’incendie de la Société nationale de raffinage (Sonara). L’unique raffinerie du Cameroun avait été victime d’un grave incendie le 31 mai 2019.

Par ailleurs, grâce au nouvel accord-cadre triennal avec l’ITFC, cette institution financière islamique étendra également son soutien aux PME et au secteur privé, à travers notamment l’ouverture de lignes de crédits aux banques et institutions financières locales. Le même accord, apprend-on officiellement, consacre l’adhésion du Cameroun au Programme des ponts arabo-africains (Arab-Africa Trade Bridges), qui vise à soutenir les flux et investissements commerciaux entre les pays arabes et africains.

Plus de 313 milliards FCFA non décaissés

« Le renouvellement triennal de notre cadre de coopération est le signe d’une forte vitalité de l’état de la coopération entre le Cameroun et l’ITFC et de la volonté constante de mettre en œuvre une stratégie réussie de planification et de programmation au Cameroun. Le financement de 750 millions de dollars US aidera le gouvernement camerounais à consolider ses efforts de redressement économique dans le contexte particulier de la lutte contre la pandémie du Covid-19 », confie le ministre Alamine Ousmane Mey.

Mais le Cameroun contracte ce nouveau prêt alors qu’il peine à consommer des financements antérieurs mis à sa disposition par la BID, souligne Investir au Cameroun. Au 31 décembre 2020, la Caisse autonome d’amortissement (CAA), le gestionnaire de la dette publique du pays, évaluait les soldes engagés et non décaissés (SEND’s) avec ce partenaire financier à 313,8 milliards FCFA pour un encours de la dette de 206,9 milliards. On trouve parmi ces SEND’s des prêts contractés en 2010 qu’on n’a toujours pas totalement débloqués à ce jour, comme ceux souscrits pour la construction de la route Sangmelima-Djoum.

Ce nouveau financement vient par ailleurs s’ajouter à la dette publique du pays estimée au 31 décembre 2020 à 10 334 milliards FCFA (46,9% du PIB). Cette enveloppe fait déjà du Cameroun un « pays à haut risque de surendettement », selon la CAA, la Banque africaine de développement (BAD) et bien d’autres institutions financières internationales.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter