Vous-êtes ici: AccueilBusiness2021 02 17Article 574042

Business News of Wednesday, 17 February 2021

Source: Actu Cameroun

Le Cameroun a mobilisé 737 milliards en 2020

Ces fonds ont servi à régler 391 milliards de francs CFA de dette sur ce marché la même année et le reste a été affecté aux projets de développement du pays.
Le programme de financement du budget de l’Etat à travers les émissions de titres publics sur le marché de la Banque des Etats de l’Afrique Centrale (Beac) a permis au Cameroun de lever 737 milliards de francs CFA en 2020. Mardi 9 février dernier, le ministre des finances Louis Paul Motaze en dévoilant le programme 2021 du Trésor public camerounais sur le marché des capitaux a également présenté les performances réalisées l’année dernière.

Ainsi, sur ces 737 milliards de francs CFA mobilisés en 2020,413 milliards proviennent des Bons du Trésor Assimilable (BTA), titres publics de courte durée de maturité (de 13 à 52 semaines). Du fait de la limite’ des délais de remboursement, le Trésor public camerounais a procédé au paiement des souscripteurs à ces titres à hauteur de 382 milliards de francs CFA en 2020. De l’ensemble des BTA émis, seuls 31 milliards ont effectivement servi à financer les caisses du Trésor.

«Les ressources issues des émissions des BTA ont permis d’assurer une meilleure gestion de la trésorerie, en atténuant les tensions liées à la baisse périodique des recettes', a révélé le ministre des Finances.

Sur le financement à long terme, le Trésor camerounais a réussi à lever 360 milliards de francs CFA à travers les émissions d’Obligations du Trésor Assimilables (OTA). Titres à maturité variante d’un à 10 ans, ils sont destinés à financer les projets sur la durée. Si leur remboursement ne se fait généralement qu’à la dernière année de maturité, les intérêts préalablement comptés sont quant à eux payés annuellement. Ainsi, au titre des intérêts annuels produits par les OTA en 2020, le Cameroun a dépensé 11 milliards de francs CFA. C’est donc en tout 391 milliards de dettes qui ont été remboursées sur les 731 milliards obtenus sur le marché des titres publics de la Beac.

'Les OTA quant à elles ont contribué à la poursuite et à l’achèvement de nombreux projets d’investissements, notamment les infrastructures routières pour 80 milliards de francs CFA, les infrastructures sportives et connexes pour 70 milliards de francs CFA et le Plan de riposte au Covid-19 pour 45 milliards de francs CFA', a énoncé le ministre Louis Paul Motaze.

Aucun défaut de paiement enregistré en 10 ans de présence sur le marché
Depuis l’ouverture des Titres publics sur le marché monétaire de la Cemac en 2011, le Cameroun en est un fidèle habitué, mais également un bon payeur. « Au cours de l’année 2021, le Cameroun, qui n’enregistre aucun défaut de paiement sur le marché monétaire de la Cemac, entend capitaliser sur cette confiance des investisseurs dans la signature du Cameroun, pour lever une nouvelle enveloppe de financements de350milliards de FCFA », a annoncé le Minfi.

'A chaque émission, nous avons observé des taux de couverture record, allant jusqu’à 250 %. Preuve irréfutable de l’appétence que vous avez sur les titres du Cameroun. À chaque émission, nous avons vu les taux d’intérêt se resserrer et se situer en deçà de ia moyenne observée dans notre sous-région et même ailleurs, gage de la résilience de notre économie», a-t-il précisé. Dans un contexte économique assez difficile, le ministre souhaite pouvoir compter sur les partenaires de l’Etat.

'Le marché dés titres publics s’est donc révélé dans ce contexte difficile et incertain, comme l’alternative crédible pour lever des ressources additionnelles indispensables pour le financement du plan gouvernemental de riposte', a-t-il déclaré.

En plus de l’aide à l’investissement que constitue ce marché pour l’économie camerounaise, le Minfi a par ailleurs souligné que « les ressources mobilisées sur le marché ont permis de réduire de manière appréciable te stock des restes à payer de l’Etat et les délais de paiement au Trésor. Ainsi ces délais sont passés d’une moyenne de 129 jours en 2009 à 101 jours en 2020. Ces efforts de réduction des délais de paiement vont se poursuivre en 2021 afin de rattraper la norme communautaire de 90 jours», a-t-il conclu.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter