Vous-êtes ici: AccueilBusiness2020 11 25Article 558257

Business News of Wednesday, 25 November 2020

Source: investiraucameroun.com

La fermeture de la frontière entre le Cameroun et le Tchad plombe les échanges commerciaux

?Depuis la fermeture des frontières nationales par les autorités camerounaises, le 18 mars 2020, les clients n’ont plus la possibilité de traverser le pont Nguéli (photo) pour venir se ravitailler ici à Kousseri?». Rapportés par le trihebdomadaire régional L’œil du Sahel, ces propos d’Aladji Mahamat, opérateur économique à Kousséri, ville de la région de l’Extrême-Nord du Cameroun frontalière à Ndjamena, la capitale tchadienne, campent le désarroi que vivent les hommes d’affaires et commerçants de Kousséri depuis 8 mois.

C’est que, suite à la fermeture de la frontière entre le Tchad et le Cameroun, mesure prise dans le cadre de la lutte contre la propagation du coronavirus, l’activité économique dans la ville de Kousséri, essentiellement tributaire des échanges commerciaux avec le Tchad, est au poids mort depuis la mi-mars. «?La fermeture de la frontière nous étouffe ici à Kousseri. Toutes nos activités sont bloquées (…) Les pertes sont vraiment énormes dans la mesure où je ne gagnais pas moins de 50?000 FCFA par jour. Subitement, tout est à l’arrêt. Maintenant, je n’ai pas de client et le bailleur réclame toujours ses 40?000 FCFA de loyer à la fin de chaque mois. Actuellement, je ne sais où donner de la tête?», confie Aladji Bichara, un autre opérateur économique.

Le malaise et le mal-être des opérateurs économiques de cette ville camerounaise sont tels que, apprend-on de bonnes sources, une initiative collective est en préparation, pour demander aux autorités camerounaises la réouverture de la circulation sur le pont Nguéli, infrastructure qui matérialise la frontière entre les villes de Kousséri et de Ndjamena.

Tendance générale

Mais, au-delà de la réalité vécue à Kousséri depuis la mi-mars 2020, ce sont les échanges commerciaux entre le Cameroun et le Tchad, en général, qui pâtissent de la fermeture de la frontière entre les deux pays. En effet, malgré la décision des autorités camerounaises de maintenir les échanges avec les autres pays de la Cemac, en dépit de la fermeture des frontières décidée dans le cadre de la lutte contre le Covid-19, l’on assiste à un effondrement des flux commerciaux sur les corridors desservant le Tchad et la RCA.

De sources douanières, les flux commerciaux sur les corridors Douala-Ndjamena et Douala-Bangui ont chuté de 80% au cours du mois de mars 2020, par rapport à la même période en 2019. Cette chute drastique des flux est d’autant plus compréhensible que le trafic sur ces deux corridors est principalement le fait des importations tchadiennes (environ 340 milliards de FCFA chaque année) et centrafricaines (environ 55 milliards de FCFA par an), qui transitent par le port de Douala, la capitale économique camerounaise. Ces marchandises proviennent cependant des pays étrangers, dont les frontières sont au moins partiellement fermées depuis plusieurs mois, à cause de la pandémie du Coronavirus.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter