Vous-êtes ici: AccueilBusiness2021 02 27Article 576187

Business News of Saturday, 27 February 2021

Source: investiraucameroun.com

La Belgique veut importer des stations d’énergie solaire au Cameroun

Au cours d’une audience au ministère des Finances, le 16 février 2021, apprend-on de bonnes sources, l’ambassadeur du Royaume de Belgique au Cameroun, Stéphane Dopagne, a sollicité du gouvernement camerounais des facilités en vue de l’importation dans le pays de stations de production d’énergie solaire.

Ces importations seront faites par un consortium belgo-camerounais, en vue d’approvisionner en énergie électrique des localités éloignées du réseau national. Grâce à ces importations d’équipements à des tarifs douaniers préférentiels, comme le sollicite le diplomate belge, l’importateur entend principalement alimenter en énergie électrique environ 400 centres médicaux dans des zones rurales du pays.

Au Cameroun, en effet, l’instabilité de la distribution de l’énergie électrique a souvent causé beaucoup de drames dans les familles, y compris dans les hôpitaux des grandes métropoles ne disposant pas toujours d’un groupe électrogène pour prendre le relais en cas de délestage. La situation est encore plus préoccupante dans les zones rurales dans lesquelles l’accès à l’électricité demeure un rêve.

En plus d’apporter une solution à l’approvisionnement des zones rurales en électricité, le projet belgo-camerounais susmentionné contribuera à diversifier le mix énergétique dans le pays, qui est encore sous la dictature de l’hydroélectricité (plus de 60%). En effet, selon les données officielles, les sources d’énergies renouvelables telles que le solaire, l’éolien et la biomasse, malgré les opportunités qu’elles recèlent, contribuent jusqu’ici a à peine 1% dans le mix énergétique du Cameroun.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter