Vous-êtes ici: AccueilBusiness2021 01 20Article 568322

Business News of Wednesday, 20 January 2021

Source: investiraucameroun.com

L’agro-industriel CDC affiche une perte de près 18 milliards

Selon le rapport 2019 de la Commission technique de réhabilitation des entreprises du secteur public et parapublic (CTR), la Cameroon Development Corporation (CDC) a enregistré un résultat net négatif de 17,9 milliards de FCFA en 2019. «?Cette contreperformance s’explique notamment par la baisse du niveau d’activités des unités de production (plantations et usines), en raison de l’insécurité persistante dans cette région (Sud-Ouest, NDLR)?», souligne la CTR dans son rapport.

En effet, 2e employeur du pays après l’État, avec 22?000 employés, cette unité agro-industrielle publique est la structure qui paie le plus lourd tribut de la crise sociopolitique, qui agite les deux régions anglophones du pays depuis fin 2016. Suite aux agressions de ses employés dans les plantations, puis l’incendie de certaines de ses unités de production par les militants séparatistes, l’entreprise, qui exploite des plantations de palmiers à huile, caoutchouc et bananes dans le Sud-Ouest, a dû suspendre ses activités pendant plusieurs mois.

Pendant ce temps, souligne le rapport de la CTR, à la faveur «?des instructions données par les pouvoirs publics de ne pas procéder à des licenciements?», la dette salariale de la CDC n’a cessé de s’alourdir, atteignant 14,5 milliards de FCFA au 31 décembre 2019. Ce, apprend-on, malgré «?un appui de l’Etat en 2019 d’un montant de 4,9 milliards de FCFA pour le paiement des salaires?».

Disparu du fichier des exportateurs en septembre 2018, le numéro 2 du marché de la banane au Cameroun a cependant renoué avec les exportations mi-2020, avec une cargaison totale de 6?168 tonnes de bananes expédiées vers le marché international, selon les chiffres de l’Association bananière du Cameroun (Assobacam). Cette performance pourrait monter en régime au cours de l’année 2021 courante, avec le concours de l’État-actionnaire, qui peine à implémenter le plan de restructuration de cette entreprise, du fait de la persistance de la crise sécuritaire dans la partie anglophone du pays.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter