Vous-êtes ici: AccueilBusiness2021 01 22Article 568612

xxxxxxxxxxx of Friday, 22 January 2021

Source: Le Jour

Gangstérisme : la Guinée Equatoriale arrache l’épargne des Camerounais

Etat voyou. Le gouvernement Equato-Guinéen a offert de racheter les actions d'Afriland First Group à moins du tiers du prix réel. Or, sans exécuter le paiement, il s'empare desdites actions dans des conditions irrégulières. Les entreprises étrangères éprouvent d'énormes difficultés en Guinée-Equatoriale où le climat des affaires est hostile. Le groupe de télécommunication Orange, la société de BTP italienne Piccini, Sogeca ou encoure la banque camerounaise CBC ont été poussés hors du pays dans la douleur avec force procès et saisies d'avions à l'étranger. Aujourd'hui, c'est au tour de la filiale de la banque panafricaine Afriland de subir l'escroquerie d'Etat à Malabo.


Tout commence par les conditions de vente des actions détenues par Afriland First Group dans CCEI BANK GE. En consultant le rapport d'expertise des cabinets PWC et Fezeu, on se rend compte que les fonds propres nets s'élevaient à 152 milliards CFA au 31 décembre 2019. Afriland First Group qui détient en tout 66% des capitaux de la banque aurait dû s'en sortir avec 100 milliards f cfa au minimum. Le prix conclu au terme de plusieurs sessions de négociations n'est finalement que de 30 milliards. Pour quelle raison, le gouvernement équato-guinéen aurait-il poussé Afriland First Group à vendre ses actions au tiers du prix réel minimum ? Les deux parties ont-elles convenu d'une compensation officieuse ? Nous avons contacté Afriland First Group. Elle n'a pas souhaité nous éclairer sur les conditions de cette négociation, arguant le fait qu'il s'agit d'un secret contractuel.


Malgré cette décote aussi exceptionnelle que mystérieuse, le gouvernement a pris possession des actions transigées sans exécuter le paiement. Le ministre des Finances, de l'économie et du plan, Valention Eya Maye Mba nommé à ce poste le 26 octobre 2020 en véritable chargé de mission, a cosigné avec l'administrateur Ad hoc, une convention en date du 13 novembre 2020 pour la tenue d'une Assemblée générale extraordinaire pour le lendemain 14 novembre. Ceci alors que l'administration Ad goc désigné par la justice du pays avait convoqué le 29 octobre 2020 une première Assemblé générale extraordinaire pour la date du 18 novembre 2020. Qu'est ce qui justifie une telle cacophonie ? Des sources internes de la Cobac, cela est difficile à comprendre et personne ne veut se prononcer sur ce sujet épineux.


Par ailleurs, les statuts de CCEI BANJ GE prévoient un délai de 16 jours entre la convocation et la tenue de l'Assemblée générale extraordinaire. Pourquoi une telle précipitation qui met en marge des statuts ? Comme si cela ne suffisait pas, cette assemblée générale extraordinaire convoquée dans des conditions illégales se tient en l'absence de l'actionnaire majoritaire et de l'administrateur Ad hoc, autre illégalité puisque le quorum n'est pas atteint. De source interne, notre journal apprend qu'il y a eu plusieurs séances de travail en Guinée Equatoriale entre le président de la République et le gouverneur de la banque centrale.

Récapitulations :

Convoquée illégalement par une autorité qui n'en a pas qualité, tenue illégalement, cette AG produit un procès-verbal qui naturellement est nul et de nul effet. Cette assemblée nomme précisément les administrateurs Mariola Bindang, Felix Nguema Mba et Rafael Tung Nsue Bilogo. En raison de l'irrégularité constatée plus haut, des experts en matière de régulation bancaire ont la conviction que la commission bancaire n'a pas entériné ces actes illégaux car la mission est la protection du secteur bancaire par la mise en place de bonnes pratiques, de bonnes règle; la prévention de toute fraude et de toute manœuvre dolosive.
En principe si l'autorité de supervision bancaire a toutes les informations nécessaires, elle ne peut en aucun cas approuver de tels agissements.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter