Vous-êtes ici: AccueilBusiness2021 05 27Article 598903

Infos Business of Thursday, 27 May 2021

Source: Le jour

Financement : le Cameroun attend 320 milliards de la Banque mondiale

En attendant, le Premier ministre Dion Ngute s’est voulu rassurant sur le prêt En attendant, le Premier ministre Dion Ngute s’est voulu rassurant sur le prêt

Convaincu de suivre le droit chemin, l’Etat n’est plus très sensible à ces prérequis plusieurs fois martelés sur sa méthode. Plus que jamais, son pari semble être de gagner les cœurs en boostant l’économie. En a-t-il les moyens ?

L’idée vendue par le gouvernement n’est pas très loin de la position du Gicam qui fait valoir par la voix de son président, Célestin Tawamba, que « l’économie peut réussir là où les politiques et les armes ont échoué ». Dans les faits, le Président aura sans doute du mal à conduire ses troupes sur ce nouveau chantier. « Plusieurs hommes d’affaires ont boudé le Premier ministre. Ils avaient annoncé une contribution de plusieurs milliards avant de se débiner au dernier moment », nous a soufflé une source bien introduite dans les milieux d’affaires de Douala.


Dans cette équation compliquée les banques peuvent venir à la rescousse. Ainsi, Alphonse Nanfack, directeur général d’Afriland First Bank et président de l’Apeccam (Association Professionnelle des Etablissements de Crédit du Cameroun), a invité l’Etat à s’inspirer du mécanisme qu’il a lui-même mis en place pour le budget 2021 en termes de garanties. « La lettre de confort accordée aux entreprises publics et privées n’était que de 40 milliards en 2020, elle est passée à 200 milliards en 2021 permettant une meilleure garantie des investissements bancaires. On pourrait s’en inspirer pour accorder des garanties aux entreprises stratégiques qui souhaitent s’investir dans la reconstruction du NOSO, le secteur bancaire est prêt à les accompagner », a-t-il plaidé. De même, le secteur des assurances revendique un état en volume de dépôt et placements estimé à 400 milliards de Fcfa en 2020. La moitié de ce chiffre (200 milliards) se trouvent dans les banques. Sur ce montant, seuls 91 milliards sont placés dans les emprunts et obligations et il existe une marge de 106 milliards qui pourrait être mise à disposition moyennant un cautionnement de l’Etat.


En attendant, le Premier ministre Dion Ngute s’est voulu rassurant. Il a évoqué le déblocage prochain d’un guichet de 600 millions de dollars (environ 320 milliards de Fcfa) de la Banque Mondiale dédié à la résilience et la paix. Mis en place en 2008, le Fonds pour la construction de la paix et de l’État (SPF) est le principal fonds fiduciaire multidonateurs créé sous l’égide du Groupe de la Banque mondiale dans l’objectif de financer des interventions innovantes dans les régions en situation de fragilité, de conflit et de violence. Une belle manne qui pourrait une fois encore susciter des appétits.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter