Vous-êtes ici: AccueilBusiness2021 02 11Article 572794

Business News of Thursday, 11 February 2021

Source: ecomatin.net

Finance mobile : le crédit en ligne débarque au Cameroun

La Fintech Bank'Up offre la possibilité à ses souscripteurs de bénéficier de divers biens de consommation et de service par le biais à hauteur de 100.000 FCFA à partir d'un téléphone portable. Les délais de paiement varient entre 1 et 3 mois à compter de la souscription d'achat.

Après le Rwanda, la Fintech Bank’Up s’installe au Cameroun. À travers un slogan fort révélateur, Noé Bakouba Kaljop, promoteur de cette offre inédite de service basée sur la finance mobile, pénètre le marché camerounais avec le concept «acheter à crédit et payer plus tard». La solution novatrice consiste à mettre à la disposition du public, des cartes de crédit d’approvisionnement en biens de services ou de consommation, à débit différé. La Fintech Bank’Up permet précisément à tout utilisateur de cette offre, d’acquérir divers biens, payables ultérieurement, après débit du compte-client Fintech Bank’Up. «Acheter à crédit et payer plus tard» consiste par conséquent à apporter une satisfaction immédiate à ses utilisateurs, sur leurs besoins d’urgence, en attendant leur solvabilité: médicaments, produits d’épicerie, pièces détachées de véhicules, meubles, vêtements, bouteille de gaz etc. «De nombreux camerounais entre deux fins de mois, font face à de nombreuses difficultés liées à certains besoins courants. Dans ce genre de situation, les seules alternatives qui restent informelles sont le recours aux proches, aux usuriers ou encore à l’épicier du quartier avec ce que cela comporte parfois comme humiliations ou surcoûts», indique Noé Bakouba Kaljop.

C’est à partir de leur téléphone portable que les souscripteurs peuvent via la plateforme Bank’Up, faire leurs achats auprès des commerces partenaires. Achats dont le règlement flexible s’étale sur 30 à 90 jours. Pour sa première phase, sont concernés, les titulaires de compte, ou clients de microfinances et banques partenaires et utilisateurs de la solution FinTech. «Bank’Up est en pourparlers avec plusieurs établissements de crédits de la place», rassure le promoteur camerounais, déjà en partenariat avec plusieurs microfinances. Les crédits-acheteurs ont été plafonnés à un montant de 100.000 FCFA par souscription. Ce, en fonction de la capacité d’endettement de chaque client, précise-t-on au sein de la startup. Qui renseigne davantage sur les modalités: «les commerces partenaires sont payés aussitôt l’achat effectué. Le client a le choix de rembourser son achat sur plusieurs mois».

Pour sa seconde phase, Bank’Up envisage étendre ses offres aux clients non-bancarisés ou dépourvus de tout compte dans un établissement de crédits. La Fintech prévoit atteindre mensuellement plus de 250.000 transactions et bancariser en 3 ans, plus de 5.000 petits commerçants utilisateurs de la solution Bank’Up: «les commerces partenaires peuvent avec cette innovation cibler de nouveaux clients, accroitre leurs ventes, fidéliser leurs clients, réduire le risque de non-paiement pour ceux des commerces qui de manière informel faisaient du crédit à l’achat à leurs clients» pense Noé Bakouba Kaljop. D’après ce dernier, l’expérience Rwandaise est une véritable réussite. «Seulement 3% de la population a accès au crédit formel au Cameroun d’après un rapport FinScope rendu public en 2018. Bank’Up a décidé de développer cette solution innovante qui puisse non seulement aider à la fois les particuliers en difficulté mais aussi les commerces», ajoute le camerounais fondateur de la startup loan2cash (SAS 2 Cash) enregistrée en France. L’homme d’affaires camerounais accumule 17 années d’expériences professionnelles en finance d’entreprises au sein de structures aussi diverses que la Pme, le parapublic et les multinationales.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter