Vous-êtes ici: AccueilBusiness2021 08 06Article 612316

Infos Business of Friday, 6 August 2021

Source: L'oeil du Sahel

Filière: 362.000 tonnes de coton produites en 2020

La Confédération des producteurs de l’or blanc s’est réunie le 2 août 2021 La Confédération des producteurs de l’or blanc s’est réunie le 2 août 2021

La Confédération des producteurs de l’or blanc s’est réunie le 2 août 2021 pour une assemblée générale extraordinaire.

Les producteurs de coton, réunis autour de la Confédération Nationale des Producteurs du Coton et des cultures vivrières du Cameroun (Cnpcc) ont tenu une assemblée générale extraordinaire ce 2 août 2021 à Garoua. Bien que l’ordre du jour portait sur la signature du contrat du nouveau directeur exécutif de la Cnpcc, les chiffres officiels de la production du coton ont été révélés.

Avant l’arrivée des pluies dans les régions septentrionales, la Société de développement du coton (Sodecoton), selon ses chiffres officiels déclarait avoir collecté environ 340000 tonnes de coton. «La campagne qui vient de s’achever est record. Cela’dans la mesure où nous avons produit environ 362000 tonnes de coton contre une prévision de 350000 tonnes dépassant ainsi très largement la capacité industrielle de la filière», déclare Bebnone Payounni, vice-président de la Cnpcc.

Collecté environ 362000 tonnes de coton est un chiffre qui ravie les producteurs de l’or blanc. Cet exploit provient de l’effort conjugué du gouvernement camerounais, de la Sodecoton et de la Cnpcc. «Je sais que les producteurs du coton se portent bien ainsi que la filière. D’ailleurs, les chiffres en disent grand. Aujourd’hui, nous avons un prix d’achat qui est alléchant et qui varie de 245 à 250 Fcfa le kilogramme. Les prix des intrants sont les plus faibles depuis 10 ans.

‘est en effet toutes ces conditions qui font en sorte que les cultivateurs travaillent pour avoir de bonnes récoltes et rendements élevés pour qu’à la fin ils aient des bons revenus. Le gouvernement a apporté tout l’appui nécessaire. Il a subventionné les intrants parce que le prix de revient des engrais sans subventions était à 17500f mais grâce à la subvention ce prix revient à 14500f», a déclaré Hamadou Nouhou, le directeur exécutif de la Cnpcc.

Et d’ajouter Bebnone Payounni que «l’acquisition de nouvelles matière et semence nous place au premier de ‘l’Afrique en général. En plus de la bonne quantité de coton produit, la qualité du coton Camerounais est recherché», affirme-t-il.

L’évènement du jour de cette assemblée extraordinaire était la signature du contrat de cet ancien et nouveau Directeur exécutif Hamadou Nouhou. Ce dernier après avoir passé plus d’un quart de siècle à la tête de la Cnpcc, avait démissionné mais revenait ce jour à la tête de la confédération avec de nouveaux défis.

«Il faut tout d’abord respecter la légalité. En effet, le mandat des membres de la Cnpcc arrive à échéance le 31 décembre 2021. Etant donné que nous comptons 47 unions de GIC, 9 fédérations d’union de GIC et la confédération nationale, il faut que toutes les mutations et élections soient faites dans ce délai. Nous voulons également que la Cnpcc fonctionne dans la modernité. Nous devons mettre en place un organigramme claire qui permet de définir les responsabilités de tout un chacun au niveau de la Cnpcc pour que le travail évolue normalement. Il y a aussi un travail à faire dans les renégociations des conventions que les producteurs ont souhaitées. Pour cela, j’apporterais toute mon expérience pour les accompagner dans ces renégociations», affirme Hamadou Nouhou, Directeur exécutif de la Cnpcc.

Les membres de la Cnpcc que sont des cultivateurs attendant de Hamadou Nouhou d’être la même personne qu’il a toujours été pendant une vingtaine d’année qu’il a passé à la tête de la Cnpcc avant d’être réélu une nouvelle fois Directeur exécutif.

«Hamadou Nouhou connait bien cette maison. Nous attendons qu’il continu à travailler pour les meilleures conditions de travail pour les cultivateurs que nous sommes. D’ailleurs les prix des intrants sont déjà assez satisfaisant mais il peut encore relever d’autres défis», dit Moussa Yerima Bitti, président union secteur Hinna.