Vous-êtes ici: AccueilBusiness2021 08 30Article 616189

Infos Business of Monday, 30 August 2021

Source: CONFIDENTIEL N 107

Exploitation minière : les petits mensonges de Avima Iron Ore Ltd

Un site d'exploitation de mine (illustration ) Un site d'exploitation de mine (illustration )

Malgré la signature du Memorandum d’entente le 25 juin dernier entre l’Etat du Cameroun et Bestway Finance Limited et Autsino resources group, et la signature le 21 juillet 2021 d’une lettre de confort à la société Sangha Mining Development, filiale à 100% de Bestway Finance, Avima AIron Ore Ltd ne démord pas. Cette dernière s’est lancée dans une campagne de déstabilisation et de sabotage de l’entreprise Sangha Mining Development, au lieu de s'en prendre à ses propres faiblesses.

C’est avec stupéfaction que les responsables de Bestway Finances Ressources, propriétaire de la société Sangha Mining Development au Congo Brazza, ont découvert sur le mur d’un site internet domicilié au Cameroun que Avima Iron Ore Ltd met en garde tous les investisseurs qui envisageraient s’associer à la Sangha Mining Development. A en croire l’article en question qui n’est malheureusement pas signé, Socrates Vasiliades, président directeur général de la société Avima Iron, croit dur comme fer qu’ « aucune lettre de confort délivrée par le gouvernement congolais à Sangha Mining ne donnera aux investisseurs dans le secteur minier la sécurité dont ils ont besoin pour investir dans un projet entaché d’illégalité. »

Cette information, selon toute vraisemblance est dénouée de tout fondement et tire simplement son essence de la volonté malsaine des certaines intelligences qui veulent mettre en mal un projet intégrateur aux potentialités énormes pour les Etats du Congo et du Cameroun.

Tentatives éhontées de nuisance

Pourtant, et c’est un secret de polichinelle, comme on le dit de manière triviale en Afrique, « on ne peut pas taper sur un enfant et lui demander de ne pas pleurer. » Il s’agit donc, ni plus ni moins, que les pleurs d’un enfant. Parce que depuis la signature du mémorandum d’entente pour la construction d’une voie ferrée de 540 km reliant Mbalam au port de Kribi et d’un port minéralier multimodal le 25 juin dernier entre le gouvernement du Cameroun et la société Bestway Finances Limited avec son partenaire Autsino ressources group, les responsables de Avima Iron Ore Ltd multiplie des sorties médiatiques pour tenter de discréditer les initiatives de Sangha Mining Development.

Mais comme on devrait s’y attendre en pareille circonstance, ces tentatives éhontées de nuisance de Avima Iron Ore Ltd ne sauraient émoustiller la farouche détermination des porteurs de ce projet titanesque. Mais si besoin est, il convient de souligner au regard des informations en notre possession, que le débat est désormais clos autour de l’attribution des permis d’exploitation des conventions minières formelles dites «Avima», «Badondo» et «Nabeba».

D’ailleurs dans une de ces récentes sorties, notamment le 21 juillet 2021, le ministre d’Etat congolais en charge des Mines et de la géologie, Pierre Oba, avait rendu public une lettre de confort à Sangha Mining Development et Filiale Brazzaville pour les dits permis d'exploitation. Une lettre qui, à elle seule, devrait balayer l’obstination et les nombreuses allégations faites soit publiquement, soit par correspondance privée par les sociétés Sundance et Avima Iron Ore Ltd. En effet, se souvient-on, depuis la signature du décret du 30 novembre 2020 par le président congolais, Denis Sassou Nguesso, ces compagnies minières ont multiplié des stratagèmes pour en découdre avec l’Etat du Congo et Sangha Mining Development, en arguant qu’elles ont investi des millions de dollars avec les encouragements de l’Etat congolais dans l’exploitation de ces mines.

Selon ces dernières, les permis d'exploitation et les Conventions Minières transférés aux sociétés Sangha Mining Develoment et à leurs affiliés sont en violation de la Constitution congolaise, du Code minier congolais et du droit international. Elles avaient d’ailleurs entamé une procédure d’arbitrage contre Brazzaville.

Le recadrage du Congo

C’est donc pour répondre à cette série de diffamation que le gouvernement congolais à travers son ministre des mines et de la géologie, Pierre Oba a tenu à confirmer et à déclarer à Sangha Mining Development, à ses contrôleurs actuels et ultérieurs, ainsi qu'aux participants du projet que l'annulation ou le retrait des droits précédemment accordés à Sundance et Avima S.A en relation avec les gisements d'Avima, de Badondo et de Nabeba ont tous été effectués légalement et sans violation des lois applicables, en application des lois et règlement de l’Etat congolais. Il a par ailleurs souligné que les permis d'exploitation et les conventions minières délivrés aux sociétés Sangha Mining Develoment ont été faites conformément aux lois applicables, qui demeurent en règle et ne sont pas susceptibles d'être confisqués, sauf en cas de violation manifeste du Code minier et de ces conventions.

Pour sauvegarder donc l’intérêt national et régional, l’État du Congo s’est appuyé sur les articles 62 et 91 de la loi n°4- 2005 du 11 avril 2005 et du Décret d’Application de 2007 du Code Minier afin de retirer lesdits permis.

Un projet intégrateur

Il convient par ailleurs de rappeler que toujours dans le cadre de ce projet, le mémorandum d’attente qui a été signé entre le gouvernement camerounais et la société Sangha Mining Development et son partenaire Autsino ressources group, est l’aboutissement heureux de la mission officielle réalisée du 25 mai au 1er juin 2021 par le ministre d’Etat, Pierre Oba, Ministre des Mines et de la Géologie de la République du Congo, envoyé Spécial du Président Congolais Denis Sassou Nguesso auprès de son homologue, le Président Paul Biya. Et le montant consenti pour la réalisation de ces projets est estimé à 10 milliards de dollars, soit environ 5.495 milliards de FCFA.

Aucun fonds public ne sera requis pour le développement de ces gigantesques projets exclusivement adossés sur des efforts d’investissements corporatifs. Et l’Etat du Cameroun, bénéficiera de l’essentiel de l’investissement ferroviaire et portuaire initial. Grâce à ce projet intégrateur, le Cameroun et le Congo verront leurs économies booster, au point où ils deviendront communément la 5è plus grande puissance productrice de fer de la planète, derrière l’Australie, la Chine, le Brésil et juste devant la Russie. Et on parle de près de 20.000 empois direct. On peut donc dire avec cette sortie que la messe est désormais dite sur les prétentions de Sundance et de Avima SA. Place désormais au travail pour l’intérêt commun des peuples congolais et camerounais.