Vous-êtes ici: AccueilBusiness2021 06 04Article 600232

Business News of Friday, 4 June 2021

Source: Info Matin n°879

Exploitation du fer de Mbalam : le Cameroun et le Congo examinent le projet

Projet d’exploitation conjointe du fer de Mbalam au Cameroun et de Nabeba au Congo Projet d’exploitation conjointe du fer de Mbalam au Cameroun et de Nabeba au Congo

Une audience entre le chef de l’État, Paul Biya, et le ministre congolais des Mines et de la Géologie, Pierre Oba, envoyé spécial du président Denis Sassou Nguesso, a eu lieu le 31 mai à Yaoundé, dans l’optique de sa relance.

Le Cameroun et Congo Kinshassa veulent renforcer leur coopération économique. À cet effet, le chef de l’État camerounais, Paul Biya s’est entretenu le 31 mai 2021 lors d’une audience, avec le ministre congolais des Mines et de la Géologie, Pierre Oba, envoyé spécial de son homologue congolais, Denis Sassou Nguesso. Entre autres sujets, le chef de l’État camerounais et le ministre d’État congolais des Mines et de la Géologie ont parlé du projet d’exploitation de fer de Mbalam et Souanke.

Selon les informations relayées par le média à capitaux publics Crtv, les deux personnalités ont échangé sur les projets d’intérêt commun que le Cameroun et le Congo nourrissent depuis quelques années. Parmi ces projets, celui dénommé « Mbalam-Nabeba ». C’est le projet d’exploitation conjointe du fer de Mbalam au Cameroun et de Nabeba au Congo.



Interrogé par les confères au sortir de l’audience, le ministre congolais des Mines et de la Géologie a indiqué que « Nous avons parlé des questions d’intérêt commun des deux pays surtout sur le plan économique depuis au moins dix ans par le biais de leurs chefs d’État, dont le président Paul Biya qui m’a fait l’honneur de cette audience et le président Denis Sassou Nguesso qui m’a dépêché auprès de lui pour parler d’un projet que nous avions commencé conjointement depuis environs dix ans pour développer le minerais de fer qui est transfrontalier entre les deux États, qui relie donc Mbalam et Souanke du côté du Congo, encore appelé « Projet Mbalam-Nabeba » », a expliqué Pierre Oba.



Contenu du fait que ce projet d’exploitation de fer est projetée depuis une décennie, mais prend des allures d’un serpent de mer, car jamais réalisé à ce jour, c’est la raison pour laquelle il fallait en tirer toutes les conséquences. « Nous avons travaillé pendant longtemps avec des partenaires australiens qui avaient une société de droit camerounais ici, et une société de droit congolais (Camiron et Congoiron). Du côté congolais peut-être que notre code minier est trop souple,comme la Banque mondiale, le Fmi et Même la Banque africaine de développement nous l’on reproché, mais cela aurait au lieu de constituer Ferma pour des sociétés australiennes, leur a plutôt stagiaire servi d’organiser une vaste mafia, une spéculation quand ils ont des titres comme ça, ils les quotent en bourse.


S’ils les quotaient en bourse dans l’intérêt réciproque de notre partenariat, mais cela leur sert beaucoup plus qu’à nous. Ils sont devenus des magnats, ils sont tous devenus richissimes mais nous continuons à piétiner. Ici chez nous, ils marchent sur nos lois et règlements et ne respectent pas nos États. Ils organisent donc une mafia comme ça à notre détriment, et nous avons décidé de rompre avec eux. Donc nous avons décidé de ramener ce projet au domaine, et comme c’était des projets d’exploitation conjointe, il nous faut donc recréer l’harmonie avec nos frères camerounais pour que nous continuions la même procédure pour tirer profit de ces projets. », a-t-il ajouté.

Il convient de noter que hormis le projet de Mbalam, le Cameroun et le Congo entendent également construire une ligne de chemin de fer devant déboucher au port autonome de Kribi en passant par Nabeba et Mbalam. Cet autre projet étant la conséquence du premier dans le transport du fer à exploiter.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter