Vous-êtes ici: AccueilBusiness2020 11 25Article 558116

Business News of Wednesday, 25 November 2020

Source: Actu Cameroun

Faillite des Banques au Cameroun: la lettre ouverte de l’Auditeur Bancaire Pierre Numkam

Dans l’attente de la mise en place du «Cadre Amiable» qu’il estime être une •solution à la faillite des banques au Cameroun, Pierre Numkam, l’Auditeur Bancaire nous a fait parvenir la lettre ouverte dont la teneur suit et que nous publions dans son intégralité.
Lettre ouverte n°001

Aux EPARGNANTS à la SCB Cameroun et dans toutes les Banques et Microfinances

Aux Chefs d’Entreprises;



Aux Dirigeants des Etablissements de Microfinance-Clients des Banques classiques;

Aux Honorables Députés et Sénateurs au Parlement du Cameroun;

A toutes les populations du Cameroun ;

Objet : Appel à une action urgente, collective et solidaire pour sauver les EPARGNANTS des ravages de la guerre que (ivre la SCB Cameroun contre la Société NEO Industry;

Mesdames et Messieurs en vos titres, grades et qualités ;

Honorables Mesdames et Messieurs les Députés et Sénateurs au Parlement du Cameroun ;

Malgré moi j’ai été choisi et formé à mon corps défendant à la Technique et Pratique de l’Audit Bancaire, puis consacré depuis le 28 Novembre 2011 comme Sentinelle au milieu de nous en matière de risques bancaires, qu’il s’agisse de risques bancaires individuels ou de risques-bancaires collectifs.

Depuis lors, avec abnégation et dévouement, dans une joie ineffable et en dépit des vicissitudes majeures qui n’ont cessé de jalonner le cours de ma propre existence, ma foi m’a déterminé à oeuvrer de tout temps avec coyrage . pour accomplir pleinement ma tâche : sonner aussi fort que je le peux de la trompette pour prévenir mon peuple du danger qui le menace tout en lui indiquant par ailleurs les voies et les moyens à emprunter pour y échapper.

C’est donc en sacrifice à mon devoir de Sentinelle en matière de risques bancaires dans notre pays que j’ai l’insigne honneur de saisir chacun de vous par la présente lettre ouverte numéro 001 aux fins de vous prévenir de ce que, si nous ne faisons rien pour stopper immédiatement la guerre que la SCB Cameroun vient d’engager contre la Société NEO Industry SA, elle ne sera pas sans conséquences dommageables gravissimes pour les EPARGNANTS et pour la société camerounaise toute entière.

En effet, chacun de nous a pu constater que la journée du mercredi 18 Novembre 2020 a été très agitée sur les réseaux sociaux à la suite des informations faisant état de ce que, «ayant financé l’usine de cacao de Kékem à 13 milliards de FCFA, SCB Cameroun demande le démontage de cette entreprise».

Le journal en ligne «Economie du Cameroun» de qui je reçois pour la première cette information précise que la SCB Cameroun a lancé un appel à candidature pour le recrutement «d’urgence d’un expert en montage d’équipements industriels pour les besoins de démontage des équipements d’une industrie agroalimentaire située dans la ville de Kékem».

Le journal précise que «les offres sous enveloppe fermée avec mention «AR RECRUTEMENT EXPERT» devront être déposées au service courrier de la Banque situé à la direction générale-Bonanjo Douala avant le vendredi 27 Novembre 2020».

Economie du Cameroun révèle par ailleurs que «les premiers éléments qui pourraient justifier la brouille entre les marocains et Emmanuel NEOSSI, le Président Directeur Général de NEO Industry pointent 18 mois de factures impayées».

Dans la même journée une autre source révélait ce qui suit : «Dans le dossier Neo industry, …ce projet est donc un bon projet. Il n’y a qu’à voir que des banques locales et étrangères ont, après analyse selon leurs procédures particulières, accordé des concours bancaires de plus de 30 milliards en faveur de ce projet. … ».

L’appel à candidature lancé par la SCB Cameroun «pour les besoins de démontage d’une industrie agroalimentaire située dans la ville de Kékem» avait été publié dans le Quotidien Cameroon Tribune du mardi 17 Novembre 2020 en page 25.

Quels que soient les faits qui opposent la SCB Cameroun à la Société NEO Industry, entreprendre des démarches en vue de «démonter les équipements de cette industrie agroalimentaire» est une initiative criminelle de la part des responsables de la Banque : il s’agit pour les «marocains» de la SCB Cameroun de paralyser et détruire cette entreprise indus1 trielle sans laisser aux EPARGNANTS dont les dépôts confiés aux différentes banques ont financé ce projet la moindre chance de retrouver leurs épargnes.

Qu’est-ce qui a empêché la SCB Cameroun d’envisager plutôt de faire désigner un Administrateur provisoire à la tête de cette entreprise si elle n’est pas hantée par des desseins inavoués : détruire l’économie du Cameroun et maintenir les populations du Cameroun et même de la sous-région CEMAC dans la pauvreté et la misère.

En tout état de cause et dès lors que la SCB Cameroun elle-même est sans ignorer qu’elle n’est entrée en relation d’affaires avec la Société NEO Industry qu’en vertu de la mission d’assurer au Cameroun la fonction d’intermédiation financière que les Autorités camerounaises lui ont confiée, c’est-à-dire celle de mettre en contact L’EPARGNANT et L’ENTREPRISE, elle ne doit pas non plus ignorer qu’en vertu des dispositions très pertinentes de l’ordonnance N°003 du 27 Avril 1990 du Président de la République du Cameroun Son Excellence Paul BIYAqui a placé L’EPARGNANT au cœur de ses préoccupations, c’est d’abord dans «LE CADRE AMIABLE» institué par l’article 2 de cette ordonnance que doivent se régler les litiges entre toutes les parties prenantes à la vie de la Banque.

Dans «LE CADRE AMIABLE», L’EPARGNANT doit s’assurer que son EPARGNE qui a été confiée en dépôt à la BANQUE a été mise à la dispositions de L’ENTREPRISE dans des conditions idoines qui lui permettent de travailler sereinement afin que soit assurée sa reconstitution permanente.

La «Loi N°2019/021 du 24, Déc. 2019 Fixant. certaines règles relatives à l’activité de crédit dans les secteurs bancaire et de la Microfinance au Cameroun» est venue renforcer lès dispositions de cette ordonnance, en obligeant la BANQUE à devoir adapter en permanence ses financements aux besoins du client : si la Société NEO Industry cumule 18 factures impayées comme le pense le journal en ligne «Economie du Cameroun», c’est bien parce que la SCB Cameroun n’a pas adapté ses concours aux besoins de cette entreprise industrielle.

En tout état de cause, je lance un appel solennel et pressant à tous et à chacun, afin que par une action collective et solidaire nous mettions la SCB Cameroun et la Société NEO Industry autour d’une même table pour expertiser ce qui n’a pas marché chez la Société NEO Industry et afin que la Banque mette à sa disposition le complément de fonds dont elle a besoin pour pouvoir travailler sereinement et rembourser son crédit : le salut pour les EPARGNANTS passe nécessairement par-là et non par «le démontage des équipements de cette industrie agroalimentaire située dans la ville de KEKEM».

Vos soutiens multiformes me sont indispensables pour organiser de toute urgence les premières actions visant à mettre les deux protagonistes autour de la table du «CADRE AMIABLE» en construction.

Dans l’attente,

Veuillez agréer, Mesdames et Messieurs en vos titres, grades et qualités respectifs, Honorables Députés et Sénateurs, mes sentiments les plus sincères.

Votre humble et dévoué Serviteur L’Auditeur bancaire NUMKAM Pierre

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter