Vous-êtes ici: AccueilBusiness2019 05 09Article 462805

Business News of Thursday, 9 May 2019

Source: Actucameroun.com

Crise Anglophone: la filière des oléagineux enregistre une perte de 2 milliards

La filière des oléagineux au Cameroun ne se porte pas bien. Cela est vérifiable avec le montant de pertes dues aux invendus. Le taux de stocks de ces invendus s’évalue à un milliard deux cents millions de Fcfa pour le savon et huit cent millions pour les huiles raffinées. Ces chiffres ont été rendus publics lors de la mission d’évaluation des capacités techniques des unités de transformation de l’huile de palme brute. Cette mission a été conduite par le Dr Emmanuel Nkoulou Ada et elle s’est déroulée du 15 au 20 avril 2019, dans les principaux bassins de production du Littoral et de l’Ouest.

Il convient de souligner que les invendus comptabilisés à 2 milliards de F de perte sont causés par entre autres, le fait que les usines soient obligées de se mettre en arrêt. Certaines sont en pleine mutation, d’autres en cours d’extension. A cela s’ajoute les coupures intempestives d’électricité qui sont à la base du renchérissement des charges d’exploitation, des méventes, des impossibles exportations vers le Nigeria.

Ce qui pose aussi problème aux acteurs de la filière des oléagineux en plus de l’absence des exportations vers le Nigeria, c’est l’impossible retrait des quotas d’huiles en zones anglophones à cause de l’insécurité. «Quand les gens disent que ça marche dans le Sud-Ouest et le Nord-Ouest, qu’ils arrêtent. Chacun de nous a vu son chiffre d’affaires baisser. Cinq millions de FCFA payés par jour par Supermont depuis six mois aux éléments du Bir qui gardent», déclare offusqué Jacquis Kemleu, le secrétaire général de l’Association des raffineurs des oléagineux du Cameroun (Asroc).