Vous-êtes ici: AccueilBusiness2020 12 15Article 562505

Business News of Tuesday, 15 December 2020

Source: Essingan N°424

Cameroun : voici comment 100 milliards ont été détournés aux péages routiers

A l'occasion de la pose de la première pierre du projet de construction des 14 premiers postes de péages automatique du Cameroun ce 10 décembre à Mbankomo, une banlieue de Yaoundé, le ministre des travaux publics a saisi l'occasion pour exposer le problème principal des anciens postes de péages du pays au cours des deux dernières décennies. "Au total près de 100 milliards de francs CFA ont été collectés depuis 1995. Malgré la tendance à la hausse d'une année budgétaire à l'autre depuis son instauration, le péage routier n'a pas encore atteint son seuil de potentiel. Un taux de fraude très élévé et une gestion contestable justifie ce sentiment" révèle le Mintp.


La même source se veut plus précise. "A l'instar de la vétusté des locaux qui abritent les postes de péage, la fraude extrême due au contact des péagistes avec les recettes affiche un taux moyen de 50%". Le pays ainsi perdu près de 100 milliards de francs CFA sur les 200 milliards qu'il aurait dus collecter en 25 ans.


A en croirele ministère, ces détournements sont le résultat de trois décennies de carence, pendant lesquelles les autorités ne sont pas parvenues à maitriser les recettes pourtant croissantes du péage routier au Cameroun. Cela en raison notamment du faible niveau d'investissement public (aggravé par la crise économique débutée dans les années 80 et par les mesures d'austérité imposées par le programme d'ajustement structurel), un déficit marqué des ressources humaines et l'effectivité limitée des grandes réformes structurelles et institutionnelles qui auraient dû être engagées.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter