Vous-êtes ici: AccueilBusiness2021 05 26Article 598765

Infos Business of Wednesday, 26 May 2021

Source: Vision Économique n°094

Cameroun - Épervier : chronique d’une cascade de hautes trahisons

Que faut-il retenir des multiples arrestations et condamnations ? Que faut-il retenir des multiples arrestations et condamnations ?

Que faut-il retenir des multiples arrestations et condamnations des ministres, Directeurs généraux et autres hauts commis de l’État depuis le déclenchement de l’Opération Épervier en 2006 ? Combien de ces milliards de francs ont-ils été restitués ou saisis?

Paul Biya avait fait confiance à des personnalités en les nommant. En retour ils avaient pillé les caisses de l’État. L’emprisonnement de ces personnalités au détriment de l’argent évaporé était-il la meilleure solution?

Ils ont occupé les postes stratégiques autour du Chef de l’Etat, Ministre, Secrétaire Général de la Présidence de la République, Directeur Général des Sociétés Publiques et Parapubliques. Leur mission était de servir la République, d’aider le Chef de l’État à sortir le pays de la misère et de le conduire vers son émergence à l’horizon 2035 tel que défini par le Président Paul Biya. Ils auraient tout fait pendant qu’ils étaient au pouvoir, sauf ce pourquoi ils avaient été nommés. En effet les proches collaborateurs en qui le Chef de l’État a placé sa confiance ont tout simplement trahi la haute confiance placée en eux.

Tous coupables

Depuis une vingtaine d’années, plus précisément en 2006 date de lancement de l’opération Epervier, le public assiste aux procès des proches collaborateurs du Chef de l’État. Ils sont arrêtés, jetés comme de vulgaires bandits en prison. Mais curieusement ceux qui sont nommés pour remplacer les anciens dirigeants emprisonnés, tombent dans le même piège, et parfois volent deux fois plus que leurs prédécesseurs. On a assisté a de tels scénarios avec deux Directeurs Généraux de la CRTV (Gervais Mendo Ze est jeté en prison et Amadou VAMOULKE qui l’a remplacé subi le même sort quelques temps plus tard).

Nous pouvons énumérer plusieurs exemples dans ce sens. C’est aussi le cas des Secrétaires Généraux de la Présidence de la République (Titus Ed-zoa, Marafa Hamidou Yaya, Atangana Mebara). Pourtant, au début de son magistère, le Chef de l’État avait placé son règne sous le signe : Rigueur et’Moralisation. Qu’est-ce qui n’a donc pas marché entre temps?

Des centaines de milliards soustraits du trésor public

L’argent volé, fruit des efforts du contribuable a fini par atterrir dans les comptes privés. Pendant que le peuple croupi dans la misère, quelques proches,collaborateurs du Chef de l’État se frottent les mains. Selon les chiffres communiqués par le Tribunal Criminel Spécial, les Ministres et Directeurs Généraux arrêtés dans le cadre de l’opération Epervier ont englouti pas moins de 2000 milliards de FCFA, qui représentent près de l’entièreté du budget de l’État au cours d’un exercice.

Comment comprendre qu’une vingtaine de personnalités aient consommés pour leur compte, personnel tout un budget de l’État ? Les chiffres sont effrayants selon qu’on parle d’un Ministre ou d’un Directeur Général cité dans le cadre de l’opération Epervier. L’ancien Ministre Délégué à la Présidence chargé de la Défense Edgar Alain Mebe Ngo’o aurait à lui seul dérobé environ 375 milliards de FCFA. Le Professeur Gervais Mendo Ze de regretté mémoire, ancien Directeur Général de la CRTV est-mort sans avoir remboursé l’argent volé.

Son successeur, Amadou Va-moulke est venu doubler la mise en termes de milliards de FCFA volés. L’un des procès souvent qualifié de serpent de mer est sans nul doute celui de l’affaire dit de L’Albatros du nom de l’avion Présidentiel. Dossier dans lequel sont impliqués, l’ancien Premier Ministre chief Inoni Éphrem, Yves Michel Fotso, Atanga Mebara, Marafa Hamidou Yaya. Près de 350 milliards deÉCFA seraient ainsi partis en fumée, sans qu’on ait acheté un avion pour les déplacements du Chef de l’État

Haute trahison

Ils ont pourtant occupé les postes stratégiques autour du Chef de l’État. Mais ils ont fini par le trahir (Titus Edzoa, Atangana Mebara, Abah Abah Polycarpe, Ondo Ndong, Mendo Ze, Mebe Ngo’o, Ma-rafa Hamidou Yaya, Amadou Vamoulke, Basile Atangana Kouana, Nguini Effa, Ephraim Inoni, Yves Michel Fotso, Siyam Siwe, William Sollo, etc…. Depuis son accession à la Magistrature Suprême, le Président Paul Biya n’a jamais eu un collaborateur franc et loyal comme lui-même a été auprès du Président Ahidjo. Tous ceux qui tournent autour de lui sont des voleurs.

Dans un pays normal, lorsqu’on nomme un Ministre ou un Directeur Général, c’est pour qu’il aide te Chef de l’É-tat dans sa tâche de construction nationale. Aujourd’hui la corruption a fait son lit dans la société camerounaise, tout est surfacturé. Un stade construit au Cameroun vaut 5 stades ailleurs. Un avion MA de Camair-Co achète 4 avions MA en Côte d’ivoire. Le Président a aveuglément fait confiance à ses collaborateurs. Aujourd’hui on ne vole qu’en terme de milliards de FCFA au Cameroun. Le cas Mebe Ngo’o on est à plus de 300 milliards de FCA.

Quand le pillage des caisses de l’État avait commencé, certaines Organisations de la Société Civile telles que la ligue nationale des consommateurs avaient conseillé au chef de l’État de fusiller les premiers voleurs publiquement pour mettre un terme à cela. Mais à cause du respect des droits de l’homme, le Président Paul Biya n’a pas voulu faire cela. De nos jours le phénomène est devenu un cancer social.

Faut-il que le Chef de l’État aille chercher les collaborateurs au bout du monde? Cependant au sein du Gouvernement on voit quand même quelques Ministres se démarquer positivement. C’est le cas ou Ministre des Transports jean Ernest Ngalle Bibehe qui a fait un brillant parcours au Minesec et au aujourd’hui au Ministère des Transports.

Paul Biya, un cadeau du ciel pour le Cameroun

Il faut rappeler que le Chef de l’État aurait quitté le pouvoir en 2010. Mais la nation s’est rendu compte qu’il avait engagé plusieurs chantiers dont l’argent avait été détourné sans qu’ils ne soient achevés. C’est la raison pour laquelle le peuple lui a demande de se représenter.

Au cours des 12 dernières années, le Président Paul Biya a réalisé plusieurs projets plus qu’il ne l’avait fait depuis son accession à la Magistrature Suprême. La construction du 2e pont sur le Wouri, les barrages hydroélectriques de Lom Pangar, etc, les autoroutes Yaoundé-Nsimalen, et Yaoundé Douala, la construction de nombreuses routes sans oublier les stades malgré la surfacturation (un camion de sable à 700.000f, un sac de ciment à 16.000f).

En effet le problème du Chef de l’État c’est la haute trahison, Paul Biya a toujours été trahi dans ses choix politiques. Si la situation, ne change pas le pays risque de sombrer, et à un certain moment les fonctionnaires ne seront plus payés. Qui sait si ce n’est pas l’argent volé dans les caisses de l’Etat qui finance le terrorisme dans la partie Anglophone ou encore BOKO Haram dans l’Extrê-me Nord.

Tous les milliards volés par les Ministres et Directeurs Généraux pouvaient construire l’autoroute du Nord Cameroun jusqu’au Sud du pays, en passant par le littoral, l’Ouest, le Nord-Ouest jusqu’à Mamfe et contribuer au désenclavement de tous les bassins de production, et ain-‘ si booster l’émergence du pays. Malheureusement l’argent volé n’a toujours pas été restitué. Et que gagne-t-on à garder ces personnalités en prison ?