Vous-êtes ici: AccueilBusiness2021 04 14Article 589069

Business News of Wednesday, 14 April 2021

Source: focusmedia-afrique.net

Cameroun : origines désobligeantes de la pénurie des pièces de monnaie

Depuis quelques années, les pays de la zone Cemac, font face à une situation criarde, relativement à la rareté, voire la disparition des pièces de monnaie.

Comme par enchantement, les pièces de monnaie, sont portées disparues. La sous-région Afrique Centrale, paye le lourd tribu de cette situation. Au Cameroun, les pièces de monnaie semblent être une denrée chimérique. L’obtention d’une dizaine de pièces, est un véritable casse-tête chinois. Ceci ne favorise pas une économie déjà en veille.

Les responsabilités de cette pénurie peuvent être de tout ordre.

Des réseaux d’exportation des pièces entretenus par les chinois, auraient été démantelés en fin d’année 2019 au Cameroun. Le procédé de collecte est pourtant simple. Dans cette zone, les chinois disposent de nombreuses machines à sous. Celles-ci ne se jouent qu’avec des pièces de 50 et 100 francs cfa.

Cependant, il convient de rappeler que, ce trafic trouve bien une explication. La valeur du métal utilisé pour la fabrication des pièces, est supérieure à sa valeur faciale. Selon un expert en économétrie, » changer un billet en pièces de monnaie, permet d’obtenir un métal d’une valeur de 15 à 20% supérieure « . C’est alors qu’ils auraient emporté plusieurs milliards en pièces de monnaie. Toutefois, rejeter la faute entière aux chinois est une fuite en avant.

Les banques ont assurément une part de responsabilité.

» Il n’y a pas de pénurie de pièces de monnaie. Si oui, elle est artificielle « . C’est en substance, ce que l’on peut retenir du propos du gouverneur de la BEAC. Ce qui explique d’ailleurs, l’entrave dans le circuit de distribution des pièces.

Aussi, la BEAC met à la disposition des banques et autres commerces, des pièces de monnaie. Seulement, ceux-ci bloquent la circulation, sous le fallacieux prétexte de logistique. Malgré le silence laxiste des pouvoirs publics, la BEAC n’est pas sourde aux cris des usagers.

Des actions menées par la banque des États d’Afrique Centrale pour palier la situation.

Les conséquences de ladite pénurie, ne sont plus à démontrer. L’on se souvient de la plus grande, avec la mort de Armel Liem Pime, alors maréchal-des-logis (gendarme). L’on devrait rappeler que le 23 juillet 2020, il perdait sa vie dans un affrontement physique suite à un défaut de pièce (100f). Par ailleurs, on observe des altercations entre transporteurs et passagers, des fois pour 50 ou 100 FCFA. Les engueulades et bagarres sans fin, dans les marchés et super marchés ne sont pas en reste.

Fort de telles conséquences, la BEAC prend ses responsabilités. En fin d’année dernière, elle a injecté 80 milliards de FCFA en pièces de monnaie. Elle a contraint les banques de mettre à la disposition des clients les pièces. Lors des opérations de retrait d’argent, les entreprises devraient percevoir un quota de pièces. Face au non-respect de ses dispositions, les mesures répressives devraient s’appliquer aux contrevenants.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter