Vous-êtes ici: AccueilBusiness2021 06 01Article 599599

Infos Business of Tuesday, 1 June 2021

Source: Le Jour

Cameroun : les tabaculteurs revendiquent 500.000.000 FCFA à l’Est

Cette enveloppe représente le montant de leurs productions collectées entre 2012 et 2015 Cette enveloppe représente le montant de leurs productions collectées entre 2012 et 2015

Selon les agriculteurs, cette enveloppe représente le montant de leurs productions collectées entre 2012 et 2015 et dont les fonds ne leurs ont jamais été reversés.

Un climat délétère règne actuellement dans la filière tabac dans la région de l’Est. Les acteurs se regardent en chien de faïence. Les planteurs, maillon essentiel de la chaine de production du tabac sont en colère contre certaines sociétés commerciales qui ont collecté leur production depuis plusieurs années mais n’ont jamais payé intégralement l’argent correspondant aux quantités collectés : « personnellement, j’exige la somme de 1.350.000 FCFA. Qu’on arrête la duperie. Beaucoup de nos parents sont morts, abandonnant les attestations des bulletins de collecte de tabac sans être payés » s’indigne un planteur rencontré à Batouri.

Le ministère de l’agriculture indexé

Ces planteurs dénoncent aussi la tentative de destruction de la filière par le ministère de l’agriculture et du développement rural. C’est d’ailleurs l’objet d’une réunion organisée par des producteurs de tabac dans le département de la Kadey à Batouri le 17 mai 2020. Qui est le bastion de la production tabaccole à L’Est. Au terme de cette réunion , un mémorandum a été adressé au préfet de la kadey relatif à l’assainissement de la filière tabac et l’amélioration des conditions des conditions de travail des planteurs : «Nous planteurs, venons par le présent mémorandum vous présenter multiples frustrations dont nous sommes victimes depuis toujours de la part des opérateurs de la filière notamment l’approvisionnement en intrants, le manque de suivi des activités, la baisse du cout d’achat de la production par les sociétés, le payement tardif et irrégulier des dettes de la part des sociétés. ».

Sur les dettes dues aux planteurs particulièrement, les délégués des GICS des producteurs et des chefs traditionnels des zones de productions estiment à 500.000.000 FCFA les dettes réclamées environ par 3000 producteurs auprès des sociétés commerciales, notamment le fédération des producteurs des tabacs et autres produits vivriers du Cameroun (FPTC) qui n’a pas payer les produits collectés entre 2012 et 2015 auprès des planteurs. Interrogé sur la question, la réaction de la Fptc ne s’est pas fait attendre : « les planteurs ont exagéré, seule la récolte de 2015 estimée à 150.000.000 FCFA n’a pas été entièrement payée. Le ministre de l’agriculture et du développement rural avait promis lors du comice agropastoral de l’Est en décembre 2020 d’accorder une subvention de 50.000.000 FCFA pour permettre à la fédération de payer cette dette et 40.000.000 FCFA pour solder les arriérées de salaire du personnel de la fédération.

Mais, régler toutes ses ardoises sur le plan financier ne permettra pas au ministère de l’agriculture et du développement rural de sortir de l’auberge car il doit se heurter au problème de la délimitation du périmètre d’action des compagnies autour des centres de traitement des tabacs.