Vous-êtes ici: AccueilBusiness2020 10 28Article 552262

Business News of Wednesday, 28 October 2020

Source: dailynewscameroon.com

Cameroun : le paradis des placements financiers douteux

Via deux communiqués, la Commission de surveillance des marchés financiers de la Cemac met le public en garde contre des activités non autorisées.

Une quinzaine d’opérateurs indexés. Opérant au Cameroun, ils proposent au public d’investir dans divers produits financiers contre la promesse d’un gain certain, obtenu en un temps relativement bref. Derrière cette offre alléchante se cache pourtant l’illégalité, puisque ces entités exercent sans disposer des agréments nécessaires, d’après la Commission de surveillance des marchés financiers (Cosumaf). Le gendarme financier de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac), par la voix de son président, l’ambassadeur Nagoum Yamassoum, a publié une mise en garde dans ce sens le 19 octobre dernier. Dans ce communiqué, la Cosumaf rappelle que l’exercice de toute activité en lien avec l’appel public à l’épargne et les instruments ¬financiers est soumis à un agrément obligatoire, qu’il est le seul à pouvoir délivrer.

Parmi les structures visées par cette alerte, l’on note la présence de Mekit Invest. L’entreprise se présentant comme spécialisée dans le trading, l’assurance et le financement des projets a été interdite d’activités dans la région du Centre par le gouverneur Naseri Paul Bea, le 15 octobre dernier. Cette décision fait suite à une grogne de ses souscripteurs qui se plaignaient du non-paiement de leurs acomptes depuis le mois de septembre. En dehors de Mekit Invest, l’on retrouve, dans la liste produite par la Cosumaf, plusieurs structures anonymes telles que Unique Finance, ou encore Petronpay Cameroun. D’autres, à l’instar de Mougano Investment, sont plus connues et disposent même de représentants dans d’autres pays et continents.
Après la mise en garde vis-à-vis de ces sociétés, la Cosumaf a publié une autre alerte le 23 octobre dernier. Dans celle-ci, elle signale que « l’exercice des activités de crypto-actifs dans l’espace Cemac ne fait pas l’objet d’encadrement règlementaire. Par conséquent, aucun prestataire d’actifs numériques ne peut proposer de tels services ». Le public prévenu de « la nature risquée de tels investissements », la Cosumaf « conseille de rester prudent face à des offres de démarcheurs promettant des rendements élevés garantis ».


Dans son travail de protection de l’épargne publique, cette instance publie régulièrement ce type de mises en garde. Ainsi, le 20 juin dernier, elle a épinglé Crowd1 et Le Coffre de luxe, deux entités qui se livrent à des activités de sollicitation de fonds pour des placements financiers. Malgré ces avertissements et l’existence d’un cadre normatif clair, les initiatives illicites de collecte de fonds se multiplient dans l’ensemble des pays de la Cemac. L’expérience se termine parfois mal pour les souscripteurs lorsque les promoteurs fondent dans la nature avec l’argent collecté, sans plus laisser aucune trace.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter