Vous-êtes ici: AccueilBusiness2021 01 22Article 568699

Business News of Friday, 22 January 2021

Source: investiraucameroun.com

Agriculture : le Cameroun à peinte 24% de sa demande en riz

Le Cameroun n’a couvert que 24,3% de sa demande en riz en 2020. Selon les chiffres que vient de publier le ministère en charge de l’Agriculture (Minader), le pays a produit 140?170 tonnes de riz pour une demande évaluée à 576?949 tonnes en 2020, soit un gap estimé à 436?779 tonnes.

Le Minader estime annuellement à 25 kg la quantité de riz consommée par personne au Cameroun. Mais de façon générale, «?le déficit [moyen annuel] de production serait donc de l’ordre de 350?000 tonnes de riz, ce qui correspond à une production de 600?000 tonnes de paddy?», indique ce département ministériel.

Pour remédier à la situation, le Minader annonce que les pouvoirs publics comptent accroître les volumes de production dans la filière rizicole, pour pouvoir mettre sur le marché national, au moins 350?000 tonnes de riz blanchi à l’horizon 2023. Pour y parvenir, le ministère en charge de l’Agriculture déclare avoir mis un appui technique et financier au bénéfice des coopératives et agro-industries pour la production des semences de qualité, la vulgarisation des techniques modernes de production de riz ainsi que l’amélioration des techniques de récolte et post-récolte à travers différents projets. Dans cette veine, il y a la création en cours de 37?500 hectares supplémentaires de périmètre hydroagricole dans le pays.

En attendant, le pays continue d’importer du riz pour combler son déficit. Selon l’Institut national de la statistique (INS), les quantités importées de riz dans le pays sont passées de 561?112 tonnes en 2018 à 894?486 tonnes pour l’année 2019, soit une hausse de 59,4%. En valeur, la facture des importations du riz s’élève à 231,8 milliards de FCFA, en augmentation de 60,9% par rapport à l’année 2018.

Si cette tendance n’est pas inversée, le pays continuera de perdre les devises (avoirs extérieurs indispensables pour échanger à l’extérieur de la Cemac) ce qu’il gagne dans les exportations afin de satisfaire la demande locale en riz. L’érosion des devises peut ainsi devenir une source de problèmes économiques multiformes : crises de devises, déficit dans la balance commerciale, difficulté à rembourser la dette extérieure…

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter