Vous-êtes ici: AccueilAfriqueBBC2021 07 15Article 608236

BBC Afrique of Thursday, 15 July 2021

Source: www.bbc.com

Sundar Pichai, le patron de Google, met en garde contre les menaces qui pèsent sur la liberté de l'internet

Google a créé ce comportement des consommateurs grâce à une ingénierie étonnante Google a créé ce comportement des consommateurs grâce à une ingénierie étonnante

Sundar Pichai, le patron de Google, met en garde contre les attaques dont fait l'objet l'internet libre et ouvert dans le monde entier.

Selon lui, de nombreux pays restreignent la circulation de l'information et le modèle est souvent considéré comme acquis.

Dans une interview approfondie accordée à la BBC, M. Pichai aborde également les controverses relatives à la fiscalité, à la vie privée et aux données.

Et il affirme que l'intelligence artificielle est plus importante que le feu, l'électricité ou l'internet.

Pichai est le directeur général de l'une des institutions les plus complexes, les plus conséquentes et les plus riches de l'histoire.

Les prochaines révolutions

En tant que patron de Google et de sa société mère Alphabet, il est le chef suprême d'entreprises ou de produits aussi variés que Waze, FitBit et DeepMind, les pionniers de l'intelligence artificielle.

Rien que chez Google, il supervise Gmail, Google Chrome, Google Maps, Google Earth, Google Docs, Google Photos, le système d'exploitation Android et de nombreux autres produits.

Mais le plus connu, et de loin, est Google Search. C'est même devenu un verbe à part entière : "googler".

Au cours des 23 dernières années, Google a probablement façonné, plus que toute autre entreprise, l'internet libre et ouvert que nous connaissons aujourd'hui.

Selon M. Pichai, au cours du prochain quart de siècle, deux autres évolutions vont encore révolutionner notre monde : l'intelligence artificielle et l'informatique quantique.

Au milieu du bruissement des feuilles et du soleil du vaste campus vide qu'est le siège de Google dans la Silicon Valley, M. Pichai souligne l'importance de l'intelligence artificielle.

"Je la considère comme la technologie la plus profonde que l'humanité aura jamais développée et sur laquelle elle travaillera", dit-il.

"Vous savez, si vous pensez au feu, à l'électricité ou à l'internet, c'est comme ça. Mais je pense que c'est encore plus profond."

L'intelligence artificielle est, à la base, la tentative de reproduire l'intelligence humaine dans des machines. Divers systèmes d'IA sont déjà meilleurs que les humains pour résoudre certains types de problèmes.

Pour un exposé éloquent des dommages potentiels de l'IA, lisez cet essai de Henry Kissinger.

L'informatique quantique est un phénomène totalement différent. L'informatique ordinaire est basée sur des états de la matière qui sont binaires : 0 ou 1. Rien entre les deux. Ces positions sont appelées bits.

Mais au niveau quantique, ou subatomique, la matière se comporte différemment : elle peut être 0 ou 1 en même temps, ou se trouver dans un spectre entre les deux.

Les ordinateurs quantiques sont construits sur des qubits, qui tiennent compte de la probabilité que la matière se trouve dans l'un des différents états.

C'est un sujet impressionnant, et qui pourrait changer le monde.

Pichai et d'autres technologues de premier plan trouvent les possibilités offertes exaltantes.

"[Le quantique] ne fonctionnera pas pour tout. Il y a des choses pour lesquelles la façon dont nous faisons l'informatique aujourd'hui serait toujours meilleure. Mais il y a des choses pour lesquelles l'informatique quantique ouvrira une toute nouvelle gamme de solutions."

Pichai a gravi les échelons de Google en étant le chef de produit le plus efficace, le plus populaire et le plus respecté de l'histoire de l'entreprise.

Ni Chrome, le navigateur, ni Android, le système d'exploitation mobile, n'étaient son idée (Android a été dirigé pendant un certain temps par Andy Rubin). Mais Pichai était le chef de produit qui les a menés, sous l'œil attentif des fondateurs de Google, à la domination mondiale.

D'une certaine manière, Pichai est maintenant le chef de produit qui gère les défis infiniment plus grands de l'IA et de l'informatique quantique.

Il le fait alors que Google fait face à un barrage quotidien d'examens et de critiques sur plusieurs fronts - pour n'en citer que trois : la fiscalité, la vie privée et le statut de monopole présumé.

Taxer les technologies

Google se met sur la défensive sur les questions relatives à la fiscalité.

Depuis plusieurs années, l'entreprise verse des sommes colossales à des comptables et des avocats afin de réduire légalement ses obligations fiscales.

Par exemple, en 2017, Google a transféré plus de 20 milliards de dollars (11 billions 68 mimmiards 449 millions FCFA) aux Bermudes par le biais d'une société écran néerlandaise, dans le cadre d'une stratégie appelée "Double Irish, Dutch Sandwich".

J'ai posé la question à Pichai, qui a répondu que Google n'utilisait plus ce stratagème, qu'il était l'un des plus gros contribuables au monde et qu'il respectait les lois fiscales dans tous les pays où il opérait.

J'ai répondu que sa réponse révélait exactement le problème : il ne s'agit pas seulement d'une question juridique, mais aussi d'une question morale. Les pauvres n'emploient généralement pas de comptables pour minimiser leur facture fiscale ; l'évasion fiscale à grande échelle est une pratique des plus riches du monde, et - lui ai-je suggéré - peut affaiblir le sacrifice collectif.

Lorsque j'ai invité Pichai à s'engager sur-le-champ à ce que Google se retire immédiatement de tous les paradis fiscaux, il n'a pas accepté l'offre.

Il a toutefois précisé qu'il était "encouragé par les conversations autour d'un impôt minimum mondial sur les sociétés".

Il est clair que Google s'engage auprès des décideurs politiques pour trouver des moyens de rendre la fiscalité plus simple et plus efficace. Il est vrai que l'entreprise réalise la majeure partie de sa recherche et de ses revenus aux États-Unis, où elle paie la plupart de ses impôts.

En outre, elle a payé un impôt effectif de 20 % au cours de la dernière décennie, ce qui est plus que de nombreuses entreprises.

Néanmoins, toute utilisation d'un paradis fiscal constitue un risque pour la réputation des entreprises alors que, dans le monde entier, des milliers de milliards sont empruntés, dépensés et collectés par le biais d'impôts sur les citoyens ordinaires afin d'atténuer la pandémie.

Les autres grandes questions sur lesquelles Google fait l'objet d'un examen constant et croissant concernent les données, la vie privée et la question de savoir si l'entreprise détient ou non un monopole effectif dans le domaine de la recherche, où elle est totalement dominante.

Sur ce dernier point, M. Pichai fait valoir que Google est un produit gratuit et que les utilisateurs peuvent facilement aller ailleurs.

C'est le même argument que Facebook a utilisé, et l'entreprise de Mark Zuckerberg a reçu un fort soutien du juge James Boasberg de Washington DC le mois dernier, lorsqu'il a rejeté une série d'actions antitrust contre le géant des médias sociaux au motif qu'il ne répondait pas à la définition actuelle du monopole (c'est-à-dire "le pouvoir d'augmenter les prix de manière rentable ou d'exclure la concurrence").

Respect de l'industrie

Pour préparer l'interview, j'ai parlé à plus d'une douzaine de cadres actuels ou anciens de Google, à d'autres cadres supérieurs de grandes entreprises technologiques, à des régulateurs et à des stratèges du secteur technologique. Les opinions et le consensus étaient solides au sein de chaque camp.

Ceux qui travaillent dans le secteur de la technologie ont déclaré qu'il était impossible de contester la croissance du cours de l'action Google sous la direction de M. Pichai. Il a presque triplé. C'est une performance phénoménale.

L'argument selon lequel elle s'explique par des vents dominants favorables dans le comportement des consommateurs - du type de ceux qui ont aidé d'autres géants de la technologie à se développer - passe également à côté de l'essentiel.

Google a créé ce comportement des consommateurs grâce à une ingénierie étonnante et à des produits de classe mondiale.

La plupart du temps en privé, les régulateurs ont déclaré que de nouvelles lois, et un nouveau langage, devaient être conçus pour exercer une meilleure surveillance sur ce nouveau type de géant des affaires.

Le verdict du juge Boasberg sur Facebook l'a plutôt confirmé. Il est intéressant de noter que Lina Khan, la nouvelle patronne de la Federal Trade Commission, âgée de 32 ans, a déjà fait valoir que la définition du monopole devrait être élargie pour refléter ce nouveau monde.

Les cadres supérieurs des autres grandes entreprises technologiques ont été frappés par l'efficacité de Pichai en tant qu'interprète public.

Ses témoignages au Congrès ont rarement entraîné une chute du cours de l'action Google. Ses manières émollientes et sa maîtrise des détails lui permettent de tirer du poison de situations potentiellement difficiles.

Personnage discret et avunculaire, il se garde en grande partie pour lui-même - ce qui explique en partie pourquoi les employés de Google qui regardent l'interview en apprendront beaucoup sur lui (les personnes présentes ont dit que c'était le cas).

Au cours d'une série de questions très révélatrices, nous avons découvert qu'il ne mange pas de viande, conduit une Tesla, vénère Alan Turing, aurait aimé rencontrer Stephen Hawking et est jaloux de la mission spatiale de Jeff Bezos.

Il était fascinant de découvrir tout cela de la part d'une personnalité aussi influente, précisément parce qu'il ne fait pas beaucoup de déclarations publiques.

Vous ne le trouverez pas, par exemple, sur Instagram en train de chevaucher une planche de surf électrique à foils tout en tenant un drapeau américain, le jour de l'indépendance des États-Unis, au son de Country Roads de John Denver (la version de Toots Hibbert est, bien sûr, infiniment meilleure).

Responsable de l'éthique

C'est toutefois ce que m'ont dit ceux qui ont travaillé avec ou pour lui qui a le plus influencé mon approche.

Pichai est universellement considéré comme un dirigeant exceptionnellement gentil, réfléchi et attentionné.

Attentionné envers le personnel, il est, selon tous ceux à qui j'ai parlé et qui le connaissent, sincèrement déterminé à être un exemple en matière d'éthique.

Il est un idéaliste lorsqu'il s'agit de l'impact de la technologie sur l'amélioration du niveau de vie, ce qui trouve ses racines dans son éducation, dont nous avons longuement discuté.

Il est né dans une famille de classe moyenne du Tamil Nadu, dans le sud de l'Inde. Diverses technologies ont eu un impact transformateur sur lui, du vieux téléphone à cadran pour lequel ils étaient sur liste d'attente au scooter sur lequel ils s'entassaient tous pour le dîner mensuel.

Chez Google, il a conquis les ingénieurs et les développeurs de logiciels. Le fait qu'il soit lui-même ingénieur métallurgiste l'a aidé, mais ce n'est toujours pas facile ; les cerveaux des entreprises de la Silicon Valley comptent parmi les plus gros egos de la planète. Pourtant, ils lui vouent un immense respect.

Pichai obéit à l'approche anticyclique des nominations à des postes de direction que privilégient de nombreux chasseurs de têtes. Après le leadership nécessairement pionnier, zélé et risqué des fondateurs Larry Page et Sergey Brin, il était logique d'avoir un leader plus discret, solide et prudent, capable d'apaiser les inquiétudes du public et de charmer les fonctionnaires.

Pichai a été remarquable dans ces dernières tâches, et la performance du cours de l'action de l'entreprise est remarquable. Peu de personnes dans l'histoire peuvent dire qu'elles ont créé un trillion de dollars de valeur en tant que PDG.

Mais les qualités mêmes qui ont fait de lui une nomination anticyclique intelligente laissent également entrevoir des écueils potentiels, selon les ex-Googlers et de nombreux autres observateurs attentifs. Il est important de préciser que ces personnes sont généralement des évangélistes de la technologie, qui ont des priorités très différentes de celles du parieur moyen.

Les évangélistes de la technologie sont unis sur quelques points.

Premièrement, Google est aujourd'hui une entreprise plus prudente qu'elle ne l'a jamais été (Google conteste bien sûr cette affirmation, et d'autres disent que ce serait une bonne chose si c'était vrai).

Deuxièmement, Google a un tas de produits "Me-Too" plutôt que des idées originales ; dans le sens où il voit d'autres personnes faire de grandes inventions, et ensuite il libère ses ingénieurs pour les améliorer.

Troisièmement, un grand nombre des grands paris de Pichai ont échoué : Google Glass, Google Plus, Google Wave, Project Loon. Google pourrait raisonnablement rétorquer que l'expérimentation et l'échec ont de la valeur. Et que cela est plutôt en contradiction avec le premier point ci-dessus.

Quatrièmement, l'ambition de Google de résoudre les plus grands problèmes de l'humanité s'estompe.

Avec la plus grande concentration de docteurs en informatique du monde dans une minuscule bande de terre au sud de San Francisco, Google ne devrait-il pas inverser le changement climatique ou résoudre le cancer ? Je trouve cette critique difficile à concilier avec le bilan de Pichai, mais elle est courante.

Enfin, il mérite une immense sympathie, car gérer un personnel aussi important, récalcitrant, exigeant et idéaliste que celui de Google à une époque de guerres culturelles est essentiellement impossible.

De nos jours, Google fait souvent la une des journaux en raison des débrayages de son personnel à propos de la diversité ou des salaires, ou parce que des personnes clés ont quitté l'entreprise en raison de questions controversées liées à l'identité.

Avec plus de 100 000 employés, dont beaucoup ont des opinions très arrêtées sur les forums de discussion internes et sont de nature militante, il est tout simplement impossible de contrôler la situation.

Il y a une tension entre Google qui embrasse véritablement la diversité cognitive en ayant des personnes de toutes les convictions au sein de son personnel mondial et, en même temps, qui défend réellement des questions particulières en tant qu'entreprise.

Accélération

Tous les points ci-dessus sont des préoccupations de personnes du monde de la technologie qui veulent que Google aille plus vite. Beaucoup d'électeurs dans les démocraties polarisées voudraient que les grandes entreprises technologiques ralentissent.

La leçon la plus évidente que je tire de mon séjour dans la Silicon Valley est que cela n'a aucune chance de se produire. L'accélération est la norme : l'accélération de l'histoire s'accélère elle-même.

Et lorsque j'ai demandé si le modèle chinois de l'internet - beaucoup plus autoritaire et axé sur la surveillance - avait le vent en poupe, M. Pichai a répondu que l'internet libre et ouvert "est attaqué". Il est important de noter qu'il n'a pas fait référence à la Chine directement, mais il a poursuivi en disant : "Aucun de nos principaux produits et services n'est disponible en Chine."

Avec des législateurs et des régulateurs qui s'avèrent lents, inefficaces et faciles à faire pression - et une pandémie qui prend beaucoup de bande passante - à l'heure actuelle, l'Occident démocratique laisse largement à des gens comme Sundar Pichai le soin de décider où nous devrions tous aller.

Il ne pense pas qu'il devrait avoir toute cette responsabilité. Et vous ?