Vous-êtes ici: AccueilAfriqueBBC2021 05 03Article 595171

BBC Afrique of Monday, 3 May 2021

Source: www.bbc.com

Covid: comment l'Inde s'est-elle retrouvée à court de vaccin?

La campagne de vaccination a donc commencé à prendre du retard La campagne de vaccination a donc commencé à prendre du retard

L'Inde a lancé sa campagne de vaccination en janvier, dans un contexte de diminution des cas et d'optimisme.

Le Serum Institute of India (SII), le plus grand fabricant de vaccins au monde, était censé fournir la plupart des vaccins alors que le pays se dirigeait vers un objectif ambitieux : couvrir 250 millions de personnes d'ici juillet.

Dans le cadre d'un programme dirigé par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), l'Inde a même exporté des vaccins vers les pays qui en avaient besoin.

Mais trois mois plus tard, le nombre de cas et de décès dus au Covid augmente dans tout le pays. Sur une population de 1,4 milliard d'habitants, seules 26 millions de personnes ont été totalement vaccinées, et environ 124 millions ont reçu une seule dose. Le gouvernement du Premier ministre Narendra Modi a annulé les exportations, revenant sur ses engagements internationaux. Pire encore, les stocks de vaccins dans le pays sont presque épuisés, et personne ne sait quand d'autres arriveront.

Comment l'Inde en est-elle arrivée là ?

A lire aussi

Pourquoi la crise du Covid en Inde devrait inquiéter le reste du monde

Tout savoir sur le variant du Covid en Inde

"Pas de gel, pas de masques, pas de soins" : ces prisonnières oubliées de la pandémie

La demande a explosé alors que l'offre était insuffisante

Mercredi après-midi, heure locale, alors que des millions d'Indiens tentaient de s'inscrire en ligne pour recevoir le vaccin Covid, le portail de vaccination et les applications qui l'accompagnent se sont plantés. À partir du 1er mai, l'Inde élargit la vaccination à environ 600 millions de personnes supplémentaires, afin de couvrir les 18-44 ans. Mais CoWin, comme on appelle la plateforme, n'a pas pu faire face à la situation.

"Je suis coincée dans une boucle d'horreur avec des OTP", a déclaré une jeune femme de 33 ans en essayant de s'inscrire pour se faire vacciner. Les OTP, ou mots de passe à usage unique envoyés à des numéros de téléphone mobile, sont un moyen privilégié en Inde pour vérifier l'identité en ligne. Elle avait une série de messages avec des OTP, mais nulle part où les mettre.

D'autres n'ont même pas pu aller jusque-là - #WaitingForOTP est rapidement devenu une tendance sur Twitter, et les mèmes et les blagues ont suivi. Finalement, le site a été remis en ligne, mais, à la grande déception de plus de 13 millions de personnes qui se sont finalement inscrites, aucun centre de vaccination n'avait de créneaux à réserver.




Il ne s'agit là que d'une fraction des 600 millions de personnes nouvellement éligibles pour un vaccin. Il y a aussi environ 200 millions de personnes de plus de 45 ans qui n'ont pas encore reçu leur deuxième vaccin.

Selon les experts, le gouvernement aurait dû finir de vacciner les personnes de plus de 45 ans avant d'ouvrir davantage le programme, surtout lorsque l'offre était faible. En fait, cela semblait être le plan jusqu'au 6 avril, date à laquelle le ministère de la santé a déclaré que la campagne ne pouvait pas être simplement "accélérée" et qu'il n'envisageait pas encore de l'étendre à tous les adultes.

Il est probable que l'augmentation rapide et constante du nombre de cas et les rapports indiquant que des personnes plus jeunes sont de plus en plus souvent admises à l'hôpital pour des symptômes graves ont conduit à cette décision.

"Ils auraient dû garder leur sang-froid et se concentrer sur les personnes vulnérables", estime l'économiste Partha Mukhopadhyay. "Maintenant, ils [les 45 ans et plus] doivent faire face à 600 millions de nouveaux demandeurs".

Depuis l'annonce, ceux qui n'ont reçu aucune dose ou une seule dose jusqu'à présent font la queue devant les centres avant que les stocks ne s'épuisent, ce qui augmente le risque d'infection.

Mais ce n'est pas le seul facteur qui a plongé la campagne de vaccination de l'Inde dans le chaos.

"Les fabricants de vaccins Covid devraient collaborer avec les pays les plus pauvres", selon le chef de l'OMC

Covid-19 : pourquoi les chauves-souris ne sont pas à blâmer

Le marché est favorable aux vendeurs.

Jusqu'à présent, le gouvernement fédéral indien était le seul acheteur des deux vaccins approuvés - le Covishield, développé par AstraZeneca en collaboration avec l'Université d'Oxford et fabriqué par SII, et le Covaxin, fabriqué par une entreprise locale, Bharat Biotech.

Mais elle a maintenant ouvert le marché non seulement aux 28 gouvernements des États, mais aussi aux hôpitaux privés, qui peuvent tous négocier et acheter directement auprès des deux fabricants de vaccins. Et ils doivent payer beaucoup plus.

Le gouvernement fédéral obtient toujours 50 % des stocks pour 150 roupies (2 $ ; 1,40 £) par dose, mais les États doivent payer le double, et les hôpitaux privés huit fois plus - tout en se faisant concurrence pour la moitié restante.

Le transfert soudain de responsabilité - il a été annoncé il y a seulement 10 jours - a laissé aux autorités peu de temps pour négocier les prix ou constituer des stocks de vaccins. D'autant plus que les fabricants de vaccins ont encore des commandes en attente du gouvernement fédéral.

"Nous sommes le seul pays au monde à autoriser les gouvernements régionaux à acheter directement aux fabricants de vaccins. Ce n'est pas du tout bien pensé", déclare M. Mukhopadhyay.

Les différences de prix sont préoccupantes, selon Srinath Reddy, un expert en santé publique qui conseille les gouvernements régionaux et fédéral dans la lutte contre le Covid-19.

"Toutes les vaccinations devraient être gratuites, c'est pour le bien public", dit-il. "Et pourquoi les États devraient-ils payer un prix plus élevé ? Ils utilisent aussi l'argent des contribuables."

Il craint que ce soit désormais un "marché favorable aux vendeurs", où les Indiens les plus pauvres risquent d'être les derniers dans la file.

Deux chaînes d'hôpitaux privés ont déjà annoncé qu'elles déploieraient le vaccin pour les 18-44 ans à partir de demain, mais on ne sait pas comment elles ont réussi à assurer l'approvisionnement alors que les États sont en difficulté. Certaines ont même déclaré qu'elles mettaient leur déploiement en attente jusqu'à ce que d'autres vaccins arrivent.

A lire aussi

Les 5 étapes clés des pays qui ont eu le plus de succès dans la lutte contre la pandémie

Quand arriveront les vaccins ?

Personne ne semble vraiment le savoir. Même si certains stocks arrivent, la pénurie risque de perdurer, car les calculs ne sont tout simplement pas justes.

Le gouvernement fédéral a encore besoin de 615 millions de doses pour finir de vacciner toutes les personnes âgées de plus de 45 ans, soit environ 440 millions de personnes. Les gouvernements des États fédérés devraient prendre en charge les 18-44 ans, qui sont au nombre de 622 millions et qui auraient besoin de plus de 1,2 milliard de doses. Même une vaccination à 70 % - pour obtenir une immunité de groupe - nécessiterait quelque 870 millions de doses. Ces chiffres ne tiennent pas compte des pertes, ce qui signifie que des stocks supplémentaires sont nécessaires.

Pour être en mesure d'administrer toutes ces doses au cours de l'année prochaine, l'Inde devrait administrer 3,5 millions de doses par jour - elle est actuellement en retard de plus d'un million de doses.

Et l'offre est loin de correspondre aux besoins. SII devrait produire environ 70 millions de doses en mai, et Bharat Biotech 20 millions de plus. Cela représente un total de 90 millions de doses par mois. La production devrait encore augmenter, mais cela prendra du temps.

D'autres vaccins sont désormais disponibles, notamment le Sputnik V, de fabrication russe, qui doit encore être approuvé en Europe. Les fabricants ont déjà signé des accords de fabrication avec un grand nombre d'entreprises indiennes, mais les infrastructures et les autorisations nécessaires à la fabrication d'un vaccin prennent du temps. Pour l'instant, l'Inde importe le vaccin de Russie, qui devrait être mis en circulation en juin.

Tout cela signifie qu'il y aura une pénurie d'approvisionnement au moins pour les prochains mois. Bien sûr, le gouvernement fédéral ou même les États auraient pu faire beaucoup pour accélérer la fabrication de vaccins à l'avance.

"Si le plan A ne fonctionne pas, il faut être prêt avec le plan B", déclare Mahesh Zagade, ancien secrétaire à la santé du Maharashtra, l'un des États les plus touchés d'Inde.

A lire aussi

Pourquoi les brevets sur les vaccins Covid-19 ne sont-ils pas libérés pour être produits en masse et atteindre tout le monde ?

Singapour offre un "bonus pandémie" pour stimuler les naissances

Les secrets des contrats d'achat de vaccins : ce qui est caché et pourquoi c'est controversé

Pourquoi n'y avait-il pas de plan B ?

C'est une question que beaucoup se sont posée - et la réponse semble être que personne ne s'était préparé à une seconde vague.

"Nos chiffres étaient bas et il y avait ce refrain constant selon lequel l'Inde avait battu Covid", explique le virologue Shahid Jameel. Si la vaccination s'était poursuivie au même rythme en février et mars, ajoute-t-il, la deuxième vague aurait été beaucoup moins intense.


Les experts recommandent également de mener une action localisée, c'est-à-dire de cibler les plus vulnérables - les personnes âgées ou celles souffrant de comorbidités - dans les endroits où les infections se développent rapidement.

Mais pour ce faire, il faut une surveillance et une réponse approfondies au niveau des districts et des villages, ce qui, selon les virologues, fait défaut depuis le début de la pandémie.

M. Zagade explique que le découpage des populations en unités administratives de 25 000 habitants seulement facilite l'application de la distance sociale et l'inscription des personnes à vacciner en faisant du porte-à-porte si nécessaire. Au lieu de cela, le gouvernement s'est appuyé sur les personnes qui s'inscrivaient en ligne ou qui se rendaient sur place pour se faire vacciner.

La campagne de vaccination a donc commencé à prendre du retard alors même que le nombre de cas augmentait, sous l'effet de protocoles de sécurité laxistes et d'événements publics de grande ampleur, des élections aux festivals.

Il n'y avait pas de plan B, car le plan A reposait sur une hypothèse qui s'est avérée fausse, à savoir qu'il n'y aurait pas de deuxième vague.


A lire aussi

  • Tout savoir sur le variant du Covid en Inde
  • Pourquoi la deuxième vague de Covid dévaste l'Inde
  • Des experts indiens enquêtent sur une maladie "mystérieuse"
  • Les femmes enceintes peuvent-elles recevoir le vaccin contre le Covid-19 ?

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter