Vous-êtes ici: AccueilSport2021 07 21Article 609319

BBC Afrique of Wednesday, 21 July 2021

Source: www.bbc.com

Épuisement professionnel : qu'est-ce que ce syndrome croissant et comment le combattre ?

Il existe plusieurs instruments pour mesurer le burnout chez les médecins Il existe plusieurs instruments pour mesurer le burnout chez les médecins

Avez-vous déjà dans votre vie été physiquement et mentalement épuisé, avez-vous eu une attitude d'indifférence et de détachement au travail, vous êtes-vous senti démotivé, frustré et votre productivité au travail a-t-elle diminué ?

Si la réponse à ces questions est oui, alors vous avez souffert du syndrome d'épuisement professionnel.

Répertorié par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) comme un risque professionnel en 2019, il a été inclus dans la Classification statistique internationale des maladies et des problèmes de santé connexes (CIM-11), qui doit entrer en vigueur le 1er janvier 2022.

Ces photos à ne pas manquer : des stars africaines sur le tapis rouge à Cannes ...et un acte de foi Il s'agit d'un trouble de plus en plus reconnu et diagnostiqué.

Il combine des facteurs de risque personnels et des facteurs de risque organisationnels.

En fait, il s'agit de l'un des principaux problèmes de santé mentale et du prélude à de nombreuses pathologies psychologiques.

Origine du syndrome

Le terme "burnout" est décrit pour la première fois en 1974 par le psychanalyste Herbert Freudenberger.

Il a observé dans une clinique pour toxicomanes à New York comment la plupart des volontaires avaient une perte progressive d'énergie jusqu'à l'épuisement.

Il a également détecté des symptômes d'anxiété, de dépression et de démotivation au travail, ainsi qu'une agressivité envers les patients après un an de travail.

Sa description était la suivante : "un sentiment d'échec et une expérience épuisante résultant d'une surcharge de l'énergie du travailleur, de ses ressources personnelles ou de sa force spirituelle".

Principales caractéristiques

Ce syndrome est une conséquence du stress chronique lié au travail.

Elle a tendance à apparaître chez les personnes dont la profession exige un dévouement et une attention aux autres, comme dans l'enseignement, la santé ou les services sociaux.

Elle touche particulièrement les professionnels de la santé, car ils sont exposés à la souffrance et à la mort humaines.

Ils ont également un niveau élevé d'exposition professionnelle, avec de longues heures de travail et un niveau élevé d'exigence et de surcharge des tâches.

Cette exposition à long terme entraîne une perte d'énergie, un sentiment de manque d'épanouissement personnel et une dépersonnalisation qui peuvent provoquer des troubles de la santé et une démotivation au travail, entraînant des erreurs et une détérioration de la qualité du service.

Trois composantes importantes caractérisent le syndrome d'épuisement professionnel :

Il existe plusieurs instruments pour mesurer le burnout chez les médecins.

L'un des plus connus est l'inventaire d'épuisement professionnel de Maslach, qui comprend 22 éléments sous forme d'énoncés sur les sentiments et les attitudes du professionnel.

Une autre échelle est l'inventaire d'épuisement de Conpenhague, composé de 19 questions réparties en trois échelles pour mesurer l'épuisement personnel.

Ces deux instruments sont utiles pour déterminer si un travailleur souffre du syndrome d'épuisement professionnel.

Mais ils doivent être utilisés par un professionnel afin d'en faire une interprétation correcte.

Autres facteurs d'influence

Il existe plusieurs facteurs qui influencent ce syndrome.

Ce sont les plus importants :

  1. Les équipes et les heures de travail. Ils ont des influences biologiques et émotionnelles évidentes : modification du rythme cardiaque, du cycle veille-sommeil, etc.
  2. La sécurité et la stabilité de l'emploi, surtout en temps de crise. Perdre son emploi ou être sous pression pour perdre son emploi pendant une période prolongée.
  3. Manque de formation professionnelle pour accomplir les tâches et manque d'affirmation de soi. Ne pas être préparé et donc ne pas être capable de faire le travail correctement. Ne pas savoir dire non et assumer une charge de travail supérieure à ce que l'on peut supporter.
  4. Structure et climat organisationnels : organisations complexes, avec de nombreuses exigences, une bureaucratie excessive et des responsabilités susceptibles d'affecter le degré de contrôle de l'individu, notamment un niveau de stress élevé, une charge de travail excessive ou une faible autonomie professionnelle.
  5. Relations interpersonnelles avec les autres collègues basées sur le manque de confiance, peu ou pas de coopération ou destructives, avec des niveaux de tension élevés.
Outre ce qui précède, il existe, sur le plan personnel, un certain nombre de facteurs de risque, tels que : le désir de se distinguer et d'être brillant, l'exigence de soi, la faible tolérance à l'échec, le perfectionnisme, l'ambition, le fait de se croire indispensable, d'avoir peu d'intérêts en dehors du travail ou d'être excessivement idéaliste.

Comment pouvons-nous l'éviter ?

Il existe des mesures efficaces :

  • Fournir des informations sur le syndrome d'épuisement professionnel, ses symptômes et ses conséquences, afin que nous puissions le détecter rapidement.
  • Restez attentif aux conditions de l'environnement de travail.
  • Fournir une formation aux compétences sociales et aux stratégies pour faire face au changement.
  • Encouragez les activités extraprofessionnelles.
Il est très important de ne pas être concentré sur les questions de travail en permanence, à l'intérieur comme à l'extérieur, mais de se détacher et de maintenir une vie active déconnectée du travail.

Meilleur traitement

Le traitement se concentre principalement sur l'attention portée à la réduction du stress ou au développement de nouvelles habitudes positives qui réduisent l'apparition du stress.

Il est très important de travailler sur la résilience, afin que la personne puisse apprendre, s'améliorer et se rétablir.

Améliorer l'estime de soi, adapter les attentes à la réalité ou promouvoir des habitudes saines, ainsi que disposer d'outils pour combattre le stress, nous donneront la clé du succès face à une maladie qui s'est développée au cours de la pandémie.

  • Le pain, les pâtes, le riz...mangeons-nous trop de glucides ?
*Fernando Díez Ruiz est professeur de doctorat à la faculté de psychologie et d'éducation de l'université de Deusto et Pedro César Martínez Morán est directeur du master en ressources humaines à l'ICADE Business School de l'Universidad Pontificia Comillas.

Cet article est paru initialement dans The Conversation et est publié ici sous une licence Creative Commons.