Vous-êtes ici: AccueilSport2021 07 20Article 609142

BBC Afrique of Tuesday, 20 July 2021

Source: www.bbc.com

Wally Funk : la femme qui a attendu 60 ans pour aller dans l'espace réalise enfin son rêve

La femme qui a attendu 60 ans pour aller dans l'espace réalise enfin son rêve La femme qui a attendu 60 ans pour aller dans l'espace réalise enfin son rêve

L'histoire de l'espace devrait s'écrire mardi. Si tout se passe comme prévu, Mary Wallace "Wally" Funk deviendra l'astronaute la plus âgée du monde, à l'âge de 82 ans.

Elle sera lancée dans l'espace avec l'homme le plus riche du monde, Jeff Bezos, son frère et Oliver Daemen, 18 ans.

Pour Mme Funk, qui a suivi une formation de pilote, le vol à bord de Blue Origin, l'entreprise spatiale de M. Bezos, est la récompense de toute une vie de travail, qu'elle a dû attendre pendant six décennies.

Pionnière

"Lorsque j'ai commencé à voler, je voulais être dans les cieux", a déclaré Mme Funk à la BBC il y a deux ans, à propos de sa passion intacte pour le vol.

Elle a toujours été une pionnière - cette femme de 82 ans a déjà marqué l'histoire à plusieurs reprises.

Mme Funk a été la première femme à enquêter sur la sécurité aérienne pour le National Transport Safety Board (NTSB) et la première femme à être inspecteur pour la Federal Aviation Administration (FAA) aux États-Unis.

Elle a accumulé 19 600 heures de vol en tant que pilote - et a appris à quelque 3 000 autres personnes à voler.

Avant de franchir une nouvelle étape, les quatre membres de l'équipage entièrement civil suivront deux jours d'entraînement avant le décollage mardi.

Ce ne sera pas une nouveauté pour Funk. À l'aube de l'exploration spatiale dans les années 1960, la jeune Funk, âgée de 20 ans, s'est entraînée durement, passant des tests médicaux et physiques rigoureux avec 12 autres femmes - mieux connues sous le nom de Mercury 13. Elles ont suivi le même entraînement que les astronautes masculins de l'époque.

"Chaque test était incroyable. Ils m'ont attachée sur une chaise et m'ont injecté de l'eau froide à une température de 10°C dans une oreille. Vous devenez fou - vous ne pouvez pas vous contrôler. Puis ils vous sortent de la pièce et, une heure plus tard, ils recommencent dans l'autre oreille", se souvient-elle dans une interview à la BBC.

Elle a dû boire de l'eau radioactive et a été maintenue dans une cuve de privation sensorielle, dans laquelle elle aurait établi un record d'endurance.

  • Ce à quoi pourrait ressembler la vie dans les océans extraterrestres
Bon nombre de ces tests étaient brutaux et visaient à s'assurer que les hommes étaient suffisamment aptes à affronter l'environnement inconnu de l'espace.

"Il y avait 125 hommes, dont sept ont réussi. Sur 25 femmes, seules 13 ont réussi", a-t-elle déclaré à la BBC.

Elle a expliqué sa motivation à suivre cet entraînement exigeant lors d'un entretien avec un journaliste de la Nasa en 1999.

"J'ai supporté une grande partie de la douleur associée à certains des tests. Je l'ai prise dans mon élan. Cela allait me permettre de faire un pas de plus vers l'espace, et c'est là que je voulais aller".

Déceptions

Mais les espoirs de Funk de devenir la première femme astronaute ont été déçus - pour la première fois - lorsque la Nasa a décidé que seuls les pilotes d'essai de jets à grande vitesse et les diplômés en ingénierie seraient pris en considération pour les missions spatiales.

À l'époque, les femmes n'étaient pas autorisées à devenir pilotes d'essai d'avions militaires.

Malgré cette apparente discrimination sexuelle - qui a fait l'objet d'une enquête lors d'audiences gouvernementales - Funk n'a pas baissé les bras.

"J'ai postulé à la Nasa quatre fois, pour être refusée quatre fois parce que je n'avais pas de diplôme d'ingénieur, et ils m'ont donné neuf mois pour obtenir un tel diplôme, ce qui était une impossibilité", a-t-elle déclaré dans l'interview de 1999.

Ses efforts n'ont cependant pas été vains.

"J'ai été ravie lorsque Sally Ride est devenue la première femme américaine dans l'espace en 1983. Elle m'a appelée et m'a dit merci d'avoir passé tous ces tests, car elle n'avait pas à subir toutes ces épreuves d'endurance physique", a-t-elle déclaré à la BBC.

Garder l'oeil sur l'objectif

Mme Funk se dit déçue de ne pas avoir pu rejoindre la Nasa, mais elle n'est pas amère. Elle a gardé ses objectifs et sa concentration intacts.

À la fin des années 90, elle avait annoncé son intention de devenir la première touriste de l'espace aux États-Unis. Le voyage prévu en 2005 n'a cependant pas eu lieu.

En 2010, elle a payé 200 000 dollars (111 401 300 FCFA) pour un billet du programme Virgin Galactic de Richard Branson, qui a effectué son premier vol de passagers ce mois-ci.

Mme Funk n'était pas sur ce vol et voyagera désormais en tant qu'"invitée d'honneur" de M. Bezos.

Comme le vol de Virgin Galactic, la fusée Blue Origin emmènera les passagers à une hauteur sub-orbitale, ce qui signifie que les passagers monteront et descendront. Ils ne seront pas en orbite autour de la terre comme dans un vol spatial typique pour les astronautes.

Après avoir décollé d'un site de lancement près de Van Horn, au Texas, la fusée New Shepard 4 transportant les passagers atteindra des vitesses bien supérieures à 3 000 km/h.

Ils seront emmenés à plus de 100 km au-dessus de la surface de la Terre, ce qui leur permettra de faire l'expérience de la microgravité - la sensation d'apesanteur - pendant environ quatre minutes.

La capsule reviendra ensuite sur Terre à l'aide de parachutes, pour un voyage qui devrait durer environ 10 minutes au total.

Après de nombreux ratés, il semble que Funk va enfin devenir astronaute.

Jeff Bezos a été vu expliquant le plan de vol à Funk dans une vidéo qu'il a partagée, et il lui a demandé ce qu'elle dirait après avoir atterri.

"Je dirai : c'est la meilleure chose qui me soit arrivée", a répondu Funk.

"Je suis impatiente. Peu importe qui vous êtes. Vous pouvez toujours y arriver si vous voulez le faire. J'aimerais faire des choses que personne n'a jamais faites auparavant", a-t-elle ajouté.