Vous-êtes ici: AccueilSport2021 09 02Article 616870

BBC Afrique of Thursday, 2 September 2021

Source: www.bbc.com

Viol: ce qu'il faut savoir sur la simulation qui choque la Côte d'Ivoire

Ce qu'il faut savoir sur la simulation qui choque la Côte d'Ivoire Ce qu'il faut savoir sur la simulation qui choque la Côte d'Ivoire

Une émission de télévision censée dénoncer le viol et mettant en scène un ancien violeur présumé reconstituant une scène d'abus sur un mannequin a soulevé l'indignation en Côte d'Ivoire mardi.

La télévision privée Nouvelle Chaine Ivoirienne la diffusait en direct à une heure de grande écoute devant un public et a provoqué des réactions indignées sur les médias sociaux et parmi les Ivoiriens.

Que s'est-il passé ?

L'animateur de l'émission "La télé d'ici vacances", Yves de M'Bella, a invité un homme, qu'il a présenté comme un ancien violeur, à expliquer comment il s'y prenait pour abuser de ses victimes.

Pour mieux illustrer les propos du prétendu ex-violeur, l'animateur, riant devant un public moqueur, a mis un mannequin à sa disposition et l'a aidé à le coucher au sol, lui demandant d'expliquer en détail comment il violait une femme.

Après la démonstration, l'invité qui a été présenté comme un ancien violeur a donné ses "conseils" à une femme pour éviter d'être violée: " la femme doit éviter d'être soûle. Très souvent, lorsqu'elles sont ivres, elles ne se contrôlent plus. L'homme peut en profiter. Évitez de marcher seules tard dans la nuit. Il est difficile de violer dans la journée. Si vous sortez tard, soyez toujours avec quelqu'un."

Yves de Mbella demande à son invité si ses victimes ont du plaisir lors de l'agression. L'ex-violeur répond par l'affirmative.

Des réactions outrées ont suivi la diffusion de l'émission.

Qui est Yves de Mbella ?

Yves de Mbella est un célèbre animateur de radio et de télé ivoirien. En Côte d'Ivoire , il est notamment connu pour sa collaboration depuis plus plus de 20 ans avec Radio Nostalgie Abidjan dont il anime l'une des émissions phares.

Après un monopole de plus de 50 ans, l'état ivoirien a autorisé, par appel d'offre, la création de chaines privées. NCI a commencé a diffuser en décembre 2019 une émission de divertissement "La télé d'ici vacances" animée par Yves De Mbella.

Ce dernier a également demandé pardon sur les réseaux sociaux, tout en essayant d'expliciter sa démarche dans une déclaration publiée sur sa page Facebook.

"Face à des faits de viol subis par des personnes très proches, écrit-il, le sinistre viol de la fillette de 3 ans à Abobo [Quartier populaire d'Abidjan] il y a quelques semaines, et les toutes récentes affaires de viols dans le domaine du football européen, j'ai reçu ce lundi, à mon émission télé sur NCI, un violeur repenti libéré depuis 21 ans aux fins de partager ses déboires avec la prison et ses alertes avisées sur ce sujet hautement sensible [...] Je suis sincèrement désolé d'avoir choqué en voulant sensibiliser. J'ai fauté."

Réactions

L'indignation ne faiblit pas en Côte d'Ivoire depuis la diffusion du numéro de ce lundi 30 août 2021 sur la Nouvelle Chaîne Ivoirienne.

Dès la fin de l'émission, les réseaux sociaux se sont enflammés et les réactions se sont multipliées sur ce que beaucoup considèrent aujourd'hui comme une véritable apologie du viol.

Nassénéba Touré, ministre de la Condition féminine, a fermement condamné ce qu'elle a qualifié d'actes méprisables qui sapent les efforts visant à éradiquer le fléau du viol qui ruine la vie de milliers de femmes et filles.

L'une des sportives ivoiriennes les plus connues, la sprinteuse Marie Josée Ta Lou, a tweeté : "Avez-vous pensé à toutes les personnes qui ont été violées ?"

Tandis que l'une des collègues de M'Bella à NCI, Hannane Ferdjani, a tweeté que le programme était "révoltant", demandant pourquoi personne sur le plateau n'avait fait quoi que ce soit pour arrêter la diffusion.

  • 'J'ai été violée par l'ex-président de la Gambie, Yahya Jammeh'
  • Survivre à un viol : "je regardais la télévision et je commençais à me sentir mal"
Désirée Deneo, secrétaire générale de la ligue des droits des femmes lance une pétition pour que l'animateur soit sanctionné par la haute autorité de la communication et de l'audiovisuelle.

L'opérateur de téléphonie et la brasserie Solibra, sponsors du concours Miss Cote d'Ivoire prévu ce samedi, condamnent l'émission. Ils demandent au comité d'organisation de prendre des mesures pour que les valeurs du concours soient respectées.

La Nouvelle Chaîne Ivoirienne a de son côté publié un communiqué dans lequel elle présente ses plus « sincères excuses», tout en assumant "la pleine responsabilité de cette faute grave et regrettable", dont dit-elle, elle tirera toutes les conséquences.

Les sanctions tombent

La ligue ivoirienne pour les droits de femmes a porté plainte contre l'animateur et la chaine NCI pour apologie du viol et outrage public à la pudeur. Elle a également condamné cette émission et rappelé dans un communiqué que "le viol est un crime".

L'animateur Yves de M'Bella a été condamné mercredi par un tribunal d'Abidjan à une peine de 12 mois de prison avec sursis et à une amende de deux millions de francs CFA pour "apologie du vio'l et "attentat à la pudeur".

L'invité de l'émission, Kader Traoré, a été condamné à 24 mois de prison et 500 000 francs CFA pour les mêmes raisons. Il a toutefois déclaré à la cour qu'il avait déjà été condamné pour vol et non pour viol.

La Haute Autorité de la Communication Audiovisuelle (Haca) avait déjà suspendu le présentateur pour 30 jours de toutes les stations de radio et de télévision de Côte d'Ivoire.

Le comité d'organisation du concours Miss Côte d'Ivoire, qui se déroule samedi, avait initialement choisi M. De M'Bella's pour animer la soirée, mais a annulé sa participation.

Une manifestation contre "la banalisation de la violence" à l'égard des femmes a eu lieu mercredi devant le siège de la chaîne NCI dans la capitale économique. Une pétition en ligne demandant l'annulation de l'émission d'Yves de M'Bella a reçu près de 50 000 signatures.

Il n'existe pas de statistiques officielles sur les viols en Côte d'Ivoire mais une ONG ivoirienne a constaté que 2 000 cas de violences faites aux femmes, dont 1 121 viols, ont été enregistrés en 2019 et 2020 dans la seule ville d'Abidjan, rapporte l'AFP.