Vous-êtes ici: AccueilSport2021 03 20Article 581551

BBC Afrique of Saturday, 20 March 2021

Source: bbc.com

Vaccin Covid : le Brésil pourrait-il devenir un "vivier" de nouvelles variantes ?

Selon les scientifiques, le fait de permettre à un grand nombre de personnes partiellement vaccinées de se mélanger à des personnes non vaccinées alors que le Covid-19 est encore en train de se propager peut créer un "terrain favorable" pour les variantes qui peuvent échapper au vaccin.

Cette situation est particulièrement préoccupante dans les pays où le taux d'infection est très élevé et où le déploiement des vaccins est lent.

Le Brésil, où une variante puissante (P1) se propage, pourrait devenir un "point chaud" pour les nouvelles souches du coronavirus, selon les experts qui ont surveillé les nouvelles mutations.

La variante P1 a déjà été détectée dans plus de 25 autres pays.

A ne pas manquer sur BBC Afrique :

    "Je ne m'identifie pas à l'histoire de Meghan mais je suis solidaire' Le dispositif qui inverse les émissions de CO2 Oeuvres d'art pillées d'Afrique: le dilemme des descendants de marchands d'art
Lundi (15 mars), le Brésil avait enregistré près de 278 000 décès dus au Covid.

Malgré l'augmentation du nombre de décès, le différend politique entre les gouverneurs des États et le président Jair Bolsonaro, qui a rejeté à plusieurs reprises le Covid, a affaibli les mesures de confinement et de distanciation sociale, et entravé les efforts de vaccination.

Un peu plus de 4 % seulement de la population (8,6 millions de personnes) ont reçu une première dose de vaccin, tandis que 2,9 millions seulement ont reçu une deuxième dose.

Selon les scientifiques, il s'agit là d'une combinaison dangereuse.

Contourner les anticorps

À mesure que les virus se propagent, ils mutent et apprennent des moyens plus efficaces de contourner nos systèmes immunitaires et d'infecter nos cellules.

Julian Tang, virologue à l'université de Leicester au Royaume-Uni, explique que lorsque le virus Sars-CoV-2 pénètre dans l'organisme d'une personne et rencontre de petites quantités d'anticorps, il peut se multiplier grâce à des mutations qui résistent à ces anticorps.

Ce processus fait partie de l'évolution du virus.

"Si vous recevez le vaccin aujourd'hui, vous n'êtes pas immédiatement protégé. Il faut quelques semaines pour que les anticorps apparaissent, et vous pouvez toujours être infecté par le virus original ou la variante P1", explique le Dr Tang.

Lire plus sur le Coronavirus :

    Six vérités sur les vaccins Covid-19 Peut-on avoir le covid-19 à travers les yeux ? Covid 19 : comment s'effectue la prise en charge des malades à domicile
"Si ces anticorps vaccinaux apparaissent alors que l'infection est en cours et se propage dans votre organisme, le virus peut se reproduire d'une manière qui échappe aux anticorps produits. Les mutations les plus bénéfiques pour le virus survivront et se transmettront dans un processus de sélection naturelle."

Un individu qui a été vacciné mais qui est infecté par le virus peut quand même transmettre ces mutations.

Lorsque cela se produit à grande échelle, par exemple dans un pays où le succès de la vaccination est modéré, il peut alors y avoir une "pression" biologique pour que le virus mute.

"On atteint alors l'équilibre parfait entre les personnes vaccinées et les personnes infectées", explique Peter Baker, directeur adjoint du Global Health & Development Group de l'Imperial College de Londres.

"Et lorsque ces populations se mélangent, il y a un risque d'émergence d'une nouvelle variante résistante au vaccin".

Variantes plus contagieuses

Les données indiquent que la variante P1, qui est apparue dans la ville de Manaus lors d'une importante épidémie de coronavirus, pourrait être plus contagieuse et échapper à l'immunité conférée par les infections antérieures.

Le variant contient la mutation E484k dans les protéines spike, qui affecte exactement le point d'attachement entre le virus et les cellules. Elle augmente la capacité du virus à se fixer aux cellules et réduit l'efficacité des anticorps.

Selon l'institut de recherche Fiocruz, la variante P1 s'est déjà propagée dans au moins dix des 27 États du Brésil.

A regarder :

En outre, plus de 50 % des nouveaux cas de Covid étaient associés à l'un des trois variants préoccupants (P1, le variant britannique et le variant sud-africain) dans six des huit États sélectionnés.

"Sans mesures de contrôle, le P1 deviendra rapidement le virus dominant et déclenchera d'importantes vagues d'épidémies", déclare Charlie Whittaker, chercheur en épidémiologie à l'Imperial College de Londres.

Variants résistants aux vaccins

Une étude distincte menée par des chercheurs de l'Imperial College, de l'Université de São Paulo et de l'Université d'Oxford estime que le P1 est entre 1,4 et 2,2 fois plus transmissible que la souche originale de Covid présente au Brésil.

Et il pourrait échapper à l'immunité et entraîner des réinfections dans 25 à 61 % des cas.

A regarder :

Le professeur Baker explique : "lorsque des variants entrent en contact avec des personnes précédemment immunisées ou ayant déjà été infectées, le virus est poussé à muter, à essayer de trouver un moyen de réinfecter les personnes précédemment immunisée"s.

"Ainsi, la combinaison d'une grande épidémie actuelle et d'une épidémie plus ancienne est un terrain propice aux mutations et c'est ce que nous pensons qui se passe dans le contexte brésilien."

"Laboratoire à ciel ouvert"

Les décès ont atteint un niveau record au Brésil, certaines estimations suggérant que le nombre de morts pourrait atteindre un demi-million d'ici la fin de l'année.

Avec près de 11,5 millions de cas, le Brésil a dépassé l'Inde et n'est plus qu'à la traîne des États-Unis, où l'on a enregistré 30 millions de cas de Covid.

Selon le système de suivi de l'OMS, lundi 15 mars, plus de 76 000 nouveaux cas ont été enregistrés au Brésil au cours des 24 heures précédentes, contre 52 000 aux États-Unis et 26 000 en Inde.

A regarder :

Selon le Dr Tang, cela crée un risque important de développement de nouvelles variantes résistantes au vaccin.

"Si on laisse [le virus au] Brésil se reproduire de manière incontrôlée, les variantes peuvent se répandre partout. Un point chaud d'infections présente un risque pour les vaccins, car des variants efficaces échappant au vaccin peuvent apparaître à partir de ce pool de réplication, c'est certain", affirme le Dr Tang.

Les vaccins sont-ils efficaces contre les nouveaux variants ?

Les vaccins utilisés au Brésil sont ceux développés par la société chinoise Sinovac et AstraZeneca/Oxford.

Après avoir refusé pendant des mois d'acheter le vaccin Pfizer/BioNTech, le président Bolsonaro a cédé et signé un projet de loi visant à accélérer les achats.

Les recherches préliminaires suggèrent que le vaccin Oxford/AstraZeneca est moins efficace contre la variante sud-africaine, qui contient la mutation E484k, mais offre tout de même un bon niveau de protection.

L'Institut Butantan du Brésil étudie l'impact des mutations sur la protection offerte par le vaccin Sinovac.

A regarder :

Cette situation rappelle à quel point il peut être délicat de mettre en place avec succès des programmes de vaccination.

Les mesures visant à contenir la propagation du virus, telles que le port de masques, la distance sociale et le confinement, restent cruciales, même si les vaccinations sont en cours.

Selon le professeur Baker, ces mesures permettent non seulement de ralentir le rythme des infections et de réduire le risque d'apparition de nouvelles variantes, mais aussi de gagner un temps précieux pour que les vaccins fassent effet.

Mais le président Bolsonaro s'est montré catégorique dans son opposition au confinement, le qualifiant de "politique qui n'a jamais fonctionné nulle part dans le monde".

Il a dit aux Brésiliens d'"arrêter de pleurnicher et de s'agiter" au sujet de Covid-19, en disant : "combien de temps allez-vous continuer à pleurer à ce sujet ?"

"Aujourd'hui, le Brésil est une menace pour l'humanité et un laboratoire à ciel ouvert", confie à l'AFP Jesem Orellana, épidémiologiste à la Fiocruz. "Le mieux que nous puissions faire est d'espérer le miracle d'une vaccination de masse ou un changement radical dans la gestion de la pandémie".

Lire aussi :

    Des données du Brésil montrent que le vaccin chinois est efficace à 50,4 % Les vaccins Covid réduisent de 80 % le risque de forme grave L'agence européenne du médicament "convaincue" des bienfaits du vaccin AstraZeneca
Le chef de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) Tedros Adhanom Ghebreyesus a qualifié l'épidémie au Brésil de "très, très préoccupante" et a mis en garde contre un possible débordement régional.

"Si le Brésil n'est pas sérieux, alors cela continuera à affecter tout le voisinage là-bas et au-delà", dit-il.

Regarder :

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter