Vous-êtes ici: AccueilSport2021 09 14Article 618484

BBC Afrique of Tuesday, 14 September 2021

Source: www.bbc.com

Université : ces Kenyans qui aident les étudiants occidentaux à tricher contre de l'argent

Ces Kenyans qui aident les étudiants occidentaux à tricher contre de l'argent Ces Kenyans qui aident les étudiants occidentaux à tricher contre de l'argent

Si un étudiant de Londres ou de New York va en ligne pour payer quelqu'un pour faire sa rédaction, il y a de fortes chances pour que le travail soit en fait effectué par quelqu'un du Kenya.

Un reportage de BBC Trending à Nairobi sur les écrivains fantômes qui aident les étudiants étrangers à tricher.

Kennedy travaillait auparavant comme enseignant, mais depuis cinq ans, il gagne sa vie d'une manière très différente. "Je fais de la rédaction universitaire", dit-il.

Il fait partie d'une industrie en ligne véritablement mondiale, qui est en plein essor au Kenya. Mais ce que Kennedy et beaucoup d'autres Kényans appellent "rédaction universitaire", le reste du monde l'appelle "tricherie".

Si vous êtes un étudiant ou un écolier qui a du mal à faire un devoir, ou si vous n'en avez tout simplement pas envie, Kennedy et son équipe de rédacteurs le feront pour vous, moyennant une rémunération correcte.

Vous rendez votre travail, en prétendant que c'est le vôtre et en espérant ne pas vous faire prendre.

Les intermédiaires dans cette transaction gèrent des sites web dits "usines à dissertations", sur lesquels les étudiants fraudeurs publient les travaux qu'ils veulent faire.

Les photos de profil des rédacteurs à louer sur ces sites sont une mer de visages blancs. Elles donnent l'impression que la dissertation sera rédigée par un universitaire occidental.

Mais comme beaucoup dans ce domaine, les images ont tendance à être fausses.

En réalité, si vous commandez une dissertation en ligne, il est fort probable qu'elle soit rédigée par quelqu'un du Kenya - souvent par un étudiant ou un diplômé de ce pays.

Beaucoup de ces sites sont basés aux États-Unis et en Europe de l'Est et leur part peut représenter jusqu'à la moitié du tarif.

Le montant payé par le client varie selon qu'il s'agit d'une simple rédaction ou, à l'autre bout de l'échelle, d'une thèse de doctorat complète.

Les chercheurs qui étudient les activités de ce que l'on appelle la "tricherie contractuelle" affirment que le Kenya est une plaque tournante importante.

Les raisons en sont simples : Le Kenya est un pays anglophone doté d'un bon système éducatif où les opportunités économiques sont souvent faibles, notamment pour les jeunes.

Pour ceux qui luttent pour s'en sortir, il y a de l'argent à gagner en régurgitant des connaissances pour des étrangers qu'ils ne rencontreront jamais. Et pour Kennedy, rejoindre cette industrie était une évidence.

"Ce que je gagnais en tant qu'enseignant, c'était si peu par rapport à ce que je gagne maintenant", dit-il.

Ce jeune homme de 30 ans gagne environ 150 000 shillings kenyans (environ 1 000 £ ou 1360 $) par mois, soit un peu plus que le salaire moyen.

Il affirme que les rédacteurs qu'il emploie peuvent réaliser jusqu'à 200 dissertations ou examens en ligne par mois.

"Vous vous connectez pour un étudiant et vous faites les examens pour lui", ajoute-t-il.

Mais que pense-t-il du fait qu'il contribue à saper l'intégrité de l'éducation dans le monde ?

En tant qu'ancien enseignant, il admet se sentir "moralement compromis", mais affirme qu'il travaille pour l'argent.

"Je me sens concerné, mais qu'est-ce qui m'importe plus que ma propre vie ? Parfois, il faut $d'abord survivre avant de penser à la morale", dit-il.

Kennedy est bien conscient que son travail peut aider un client à faire semblant d'obtenir un diplôme qui lui permettra de gagner beaucoup plus que ce qu'il gagne.

"Vous réalisez alors que ce n'est pas une compétition contre eux. Parfois, c'est une compétition contre la pauvreté".

Alors qu'il existe des rédacteurs d'essais à louer dans d'autres pays, ceux du Kenya ont développé leur propre sous-culture.

Il existe des groupes de "rédaction universitaire" sur Facebook et Telegram où l'on s'échange des emplois et des logiciels. Certains comptent des dizaines de milliers de membres. Il s'agit aussi bien de professionnels de la classe moyenne qui cherchent un peu d'argent supplémentaire que d'étudiants encore en formation.

David est l'une des dix personnes de sa classe de dernière année d'université qui, selon lui, financent leurs études de cette manière.

"Mes parents ne peuvent pas me permettre de rester à l'école", explique-t-il.

"J'ai donc compris que je devais chercher un moyen de subvenir à mes besoins et peut-être aussi de contribuer à la vie de la famille dans son ensemble."

Au cours des deux dernières années, David a jonglé entre son propre travail et la rédaction de quelque 360 essais pour des clients britanniques et américains.

Il peut produire 15 pages par jour à 250 shillings (1,65 £ ou 2,28 $) la page.

"Je peux travailler du lundi au vendredi, de jour comme de nuit, mais le week-end, je le mets de côté pour mes études".

Il gagne suffisamment pour louer des terres agricoles dans son village natal et engage de la main-d'œuvre pour faire pousser des cultures - ce qui, selon lui, est un investissement dans son avenir.

David est sous-traité par quelqu'un de plus expérimenté dans le secteur, qui possède un compte de rédacteur sur l'un des grands sites étrangers de rédaction. Mais obtenir un compte n'est pas facile. Certaines entreprises exigent que les candidats passent des tests académiques.

Les comptes ayant fait l'objet d'un grand nombre d'évaluations par les clients (cinq étoiles) sont des marchandises précieuses qui sont achetées et vendues dans les groupes de rédaction universitaires.

C'est ainsi que les étudiants qui trichent peuvent être trompés eux-mêmes.

Ils peuvent penser que leurs dissertations sont rédigées par un auteur dont les témoignages sont élogieux. Mais en réalité, il peut s'agir simplement de quelqu'un qui a acheté un compte ayant une bonne réputation.

"J'ai acheté plus de 10 comptes", dit Kennedy. "Certains ont coûté jusqu'à 500 000 shillings kényans (3 300 £ ou 4550 $). Il n'y a pas d'autre moyen d'obtenir des clients".

Posséder un compte est une chose à laquelle David aspire après avoir obtenu son diplôme.

À 23 ans à peine, il est déjà en train de former la nouvelle génération. Il forme des rédacteurs débutants et leur confie des travaux faciles pour leur permettre de démarrer.

"Nous avons noué des amitiés et nous nous entraidons. C'est donc un secteur qui se développe."

D'autres n'ont pas une vision aussi positive de la profession.

John s'est lancé dans la rédaction universitaire après avoir obtenu son diplôme. Il espère le laisser derrière lui après avoir décroché l'emploi de ses rêves dans les médias.

"Il y a des gens qui font des missions dans les soins infirmiers. Je ne voudrais pas vraiment aller à l'hôpital pour être soigné par quelqu'un qui a payé quelqu'un d'autre pour passer les examens. Vous savez que c'est vraiment dangereux. En fait, cela vous donne la chair de poule", dit-il. "Il faut l'abolir".

Le Dr Gladys Nyachieo, professeur de sociologie à l'Université multimédia de Nairobi, estime que la plus grande responsabilité dans la lutte contre la tricherie contractuelle incombe aux pays riches dont les étudiants sont les principaux clients.

Sans cette demande, il n'y aurait pas d'offre.

"S'ils pouvaient faire quelque chose à ce sujet, en le rendant illégal de l'autre côté, cela réduirait les risques", dit-elle.

Certains pays prennent des mesures. L'année dernière, l'Australie a interdit les services de vente de dissertations.

Une législation similaire est également envisagée en Angleterre. Mais il n'est pas encore certain que ces mesures soient efficaces pour mettre un terme à un commerce qui traverse si facilement les frontières internationales.

En attendant, le Dr Nyachieo essaie de faire ce qu'elle peut plus près de chez elle.

"Je dis à mes étudiants que ce n'est pas éthique. Ce n'est pas bien", dit-elle. "Mais c'est tout ce que je peux faire. C'est une question de survie pour certaines personnes. C'est donc une sorte de dilemme".

Certains des noms cités dans cette histoire ont été modifiés.