Vous-êtes ici: AccueilSport2021 05 26Article 598786

BBC Afrique of Wednesday, 26 May 2021

Source: www.bbc.com

Un compositeur japonais, un conteur burkinabé et un rappeur congolais créent un opéra

La production est née d'une rencontre fortuite entre l'architecte et la compositrice à Berlin La production est née d'une rencontre fortuite entre l'architecte et la compositrice à Berlin

Une rencontre fortuite à Berlin a été l'étincelle créatrice d'un nouvel opéra mêlant des influences du rap, des traditions d'Afrique de l'Ouest et de la musique classique, écrit Clair MacDougall depuis Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso.

La compositrice japonaise Keiko Fujiie équilibre son piano électrique sur un banc en bois, pose ses doigts sur les touches et joue le thème d'ouverture de son opéra.

Puis Maboudou Sanou, griot burkinabé (conteur et musicien traditionnel) et principal collaborateur de Fujiie, reprend la mélodie d'une voix de baryton brut :

"Ici ou là-bas, c'est la même terre, mais mon cœur est ailleurs, chaque matin je suis ramené au pays", chante-t-il en français, la langue officielle du Burkina Faso.

Ensuite, Sanou souffle dans une longue flûte rouge - tandis que d'autres musiciens frappent les barres de bois d'un xylophone (balafon) et effleurent l'archet d'un violon à une corde (roudga).

À moins d'une semaine de la première du premier acte de l'opéra, le groupe a répété tous les jours depuis un mois dans la modeste maison en béton où Fujiie, la compositrice classique primée, vit avec Sanou et sa famille dans la banlieue de Ouagadougou.

L'opéra s'appelle Là-bas ou Ici et réunit un groupe improbable : Le poète et rappeur exilé Moyi Mbourangon, originaire du Congo-Brazzaville, a écrit les paroles, une famille de griots burkinabè interprète la musique, et un artiste français de Berlin, devenu vidéaste, est également de la partie.

L'histoire est basée sur un roman en cours de rédaction de Mbourangon - alias Martial Pa'nucci dans le rap - qui retrace les lettres entre un fils et sa mère, et fait écho à la propre histoire d'exil de Mbourangon.

"Ici ou là-bas, c'est la même terre - mais mon cœur est ailleurs, chaque matin je suis ramené dans ma patrie", peut-on lire.

Il vit aujourd'hui à Ouagadougou, après avoir quitté le Congo-Brazzaville pour s'opposer au maintien au pouvoir du président.

Fujiie espère achever l'œuvre, essentiellement autofinancée, en deux ans et l'emmener ensuite en tournée en Afrique et en Europe.

L'architecte burkinabè de renommée mondiale Francis Keré est sur le point de construire un opéra dans son pays, où l'ensemble de Fujiie espère également monter Là-bas ou Ici.


La production est née d'une rencontre fortuite entre l'architecte et la compositrice à Berlin, où ses enfants adultes étudient la musique. Elle a entendu dire que l'architecte cherchait des musiciens avec qui collaborer.

Fujiie s'est ensuite installée à Ouagadougou l'année dernière et a construit une maison dans laquelle elle et la famille de Sanou pouvaient vivre, et où les autres musiciens - Boureima Sanou et Ibrahim Dembélé - pouvaient répéter sans susciter l'ire des voisins.


Habituée à distribuer des partitions aux musiciens qui répétaient en privé et se présentaient prêts à jouer, Fujiie a d'abord trouvé frustrant le style d'improvisation des riches traditions musicales de l'Afrique de l'Ouest.

Cependant, elle a rapidement commencé à voir des parallèles avec les traditions musicales japonaises, comme le Gagaku, qui se transmet par les familles et a été joué dans les cours royales et les cérémonies religieuses shintoïstes.

"Quand je suis arrivée ici et que j'ai vu ces familles de griots, j'ai ressenti une connexion", raconte Fujiie à la BBC.

Les trois interprètes avec lesquels Fujiie a travaillé - Maboudou Sanou, Boureima Sanou et Ibrahim Dembélé - sont tous issus de la même famille de Nouna, une ville de l'ouest du Burkina Faso, et sont des multi-instrumentalistes qui chantent et dansent.

Il s'agit d'une tradition orale transmise de génération en génération qui privilégie l'improvisation à la lecture et à la mémorisation que l'on retrouve dans la tradition classique occidentale.

"Quand vous êtes inspiré, vous improvisez, vous faites quelque chose, et quand vous écoutez, vous êtes surpris", explique Sanou à la BBC.

Il dit avoir parfois eu du mal à "suivre le texte étape par étape" de la même manière pour chaque interprétation d'Ici ou Là-bas.

Et s'il accorde toujours de l'importance à sa propre et riche tradition musicale qui remonte à plusieurs générations, il pense que l'approche "stratégique" ouvrira des portes à la collaboration avec d'autres musiciens du monde entier.

"Ici, je dois l'expliquer oralement, donc cela prend beaucoup de temps, mais c'est aussi très amusant pour moi parce que dans le processus, je suis parfois inspiré par leurs réactions", dit Fujiie.

"Alors je change, je change, je change, et j'ai presque arrêté d'écrire - donc tout est dans la mémoire. Ils improvisent librement. Si je demandais les mêmes choses aux musiciens classiques en Europe, ils ne le [feraient] pas - ils n'aiment pas ça."

Fujiie espère qu'il fera le tour des villes locales comme Nouna et remettra en question l'élitisme de cette forme d'art.

Lors d'une récente représentation, des membres de la communauté de Sanou étaient assis avec leurs enfants sur des nattes, tandis que des diplomates et des expatriés masqués les observaient depuis des tables et des chaises.

Fujiie et Sanou étaient habillés en brun et jaune assortis, tandis que des danseurs et des acteurs vêtus de noir et de blanc se déplaçaient autour d'un écran de projection inondé de couleurs vives et d'images du Burkina Faso.

L'opéra ne sera peut-être pas terminé avant des années, mais pour l'instant, la plus grande joie de Fujiie est d'entendre les femmes et les enfants chanter et danser pendant les répétitions.

"Je ne suis pas venu pour introduire l'opéra européen ici, au contraire, j'avais besoin d'étudier leur musique, et petit à petit de partager le rêve de faire un opéra avec eux."

Toutes les photos sont soumises à des droits d'auteur.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter