Vous-êtes ici: AccueilSport2021 02 03Article 570898

Sports News of Wednesday, 3 February 2021

Source: www.camerounweb.com

URGENT: le gouvernement rejette la nomination d'Albert Mbida à la FECAFOOT

Le patron de l'administration camerounaise dit niet à la désignation du Sénateur Albert Mbida en tant que président du camité de normalisation de la Fédération camerounaise de football (FECAFOOT).

L'information est contenue dans un courrier adressé par le membre du gouvernement à tous les gouverneurs du Cameroun.

Selon le ministre Paul Atanga Nji, "la convocation de ladite réunion est contraire à la décision du TAS.

A travers cette sortie, le gouvernement désavoue le comité exécutif provisoire de la Fecafoot que doit présider le Sénateur Albert Mbida en lieu et place de Seidou Mbombo Njoya.

Il faut rappeler que le comité provisoire de la Fédération camerounaise de football (Fecafoot) s'est réuni ce mardi 2 février 2021 à Yaoundé, le temps d’une assemblée générale extraordinaire par visioconférence. 51 membres sur 74 étaient présents sur la plateforme. Au terme du vote mettant sur pied un comité exécutif provisoire, "conformément aux statuts de la Fecafoot en vigueur", 41 voix ont voté pour, contre 8 voix et 2 abstentions.

Le 15 janvier dernier, le Tribunal arbitral du sport (TAS) a invalidé l'élection de Seidou Mbombo comme président de l'instance faîtière nationale du football. Ce dernier élu avec toute son équipe en 2018, a cependant été autorisé ( étonnamment) par la FIFA, à assurer l'intérim jusqu'à la prochaine élection.

FECAFOOT_Atanga_Nji_Albert_Mbida_Courrier

Paul Biya ordonne la dissolution de la LFPC et le départ du Général Semengue

C’est un coup de tonnerre dans le milieu du sport qui est actuellement étouffé par le ministre des sports, Narcisse Kombi Mouelle et soutien du général Semengue. Dans une correspondance dont j’ai connaissance, la présidence de la République vient d’acter la dissolution de la ligue de football professionnel du Cameroun ayant à sa tête le général Semengue.

L’information est contenue dans un courrier adressé le 11 janvier 2020 du secrétaire général de la présidence de la République, Ferdinand Ngoh Ngoh au ministre des Sports, Narcisse Kombi Mouelle dont j’ai pu obtenir copie. Pour mieux comprendre cette affaire revenons à la chronologie.

Le 22 août 2019, à l’issue d’ une réunion tenue au siège de l’instance faitière du Fottball camerounais à Yaoundé. Le bureau du comité exécutif de la FECAFOOT décide de la suspension avec effet immédiat de la ligue de football professionnel du Cameroun pour violation grave et réitérée de ses obligations. La FECAFOOT dénonce l’opacité dans la gestion des subventions allouées par l’Etat et la Fecafoot marquée par l’inexistence des comptes d’emploi. Elle dit avoir versé depuis 2011 près de 2 milliards Fcfa à la LFPC ; l’incapacité à générer des ressources propres ; le départ de tous les sponsors et partenaires légués par la fédération (MTN,Camrail) ; le manque d’intérêt des TV capables d’acquérir des droits ; une dette locative inexplicable de 04 ans d’arriérés de loyer.

Suite à cette décision, la LFPC décide de saisir leTribunal Arbitral du Sport ( TAS) le 18 février 2020, pour contester sa suspension actée lors du comité exécutif du 3 septembre 2019. Sept mois après, le TAS «déclare que la suspension de la Ligue de Football Professionnel du Cameroun est illégale » et souligne que De ce fait, « les droits de la Ligue de football professionnel du Cameroun, notamment ceux liés à l’organisation des championnats professionnels de football au Cameroun, sont pleinement rétablis à compter du 18 octobre 2019 ».

Mais les évènements ne s’arrêtent pas là le 29 octobre 2020, L’Association des clubs d’élite du Cameroun (ACEC) a décide, au cours d’une assemblée générale de dissoudre la Ligue de football professionnel du Cameroun (LFPC). Au cœur des récriminations, les détournements de l’argent destiné aux clubs. Ils accusent à cet effet le général Pierre Semengue. Ils soulignent que l’orsqu’ils demandent au général où va la subvention de l’Etat à hauteur de près de 400 millions de Fcfa, ces derniers leur rétorque « c’est l’argent que mon ami ( Paul Biya ) m’a donné je n’ai pas de compte à vous rendre ». Le mercredi 4 novembre 2020, à la suite de la résolution de l’AEC, la FECAFOOT décide de «retirer l’ensemble de ses compétences» à la Ligue de Football Professionnel du Cameroun (LFPC), en l’occurrence l’organisation des championnats de Ligue 1 et 2.

Quelques jours après la sentence du TAS, Narcisse Kombi Mouelle octroie une nouvelle subvention de 350 millions Fcfa à Pierre Semengue pour le début du championnat prévu le 1 novembre 2020 en dépit de l’opposition des membres de la LFPC. Le match d’ouverture oppose Coton Sport à Panthère de Bangangte. Afin de contourner les règles du Football, Semengue va recruter des arbitres Equato Guinéens en violation des règles qui régissent le monde du football qui stipulent qu’un arbitre ne peut intervenir dans un autre pays sans habilitation de sa fédération d’origine, sa confédération d’origine et la fédération d’accueil. Des rapports sont adressés à la présidence de la République, à la CAF ; La FIFA est saisit par la FECAFOOT le 2 novembre 2020. Le championnat est de nouveau suspendu.

Le 16 novembre 2020, ADS Veron Mosengo Omba, Directeur de Division des Association Membres de la FIFA, demande à la FECAFOOT de « prendre, sans tarder toute mesure permettant en priorité, la reprise sous son égide, du championnat interrompu ». Le lendemain, la FECAFOOT annonce qu’elle va lancer le championnat le 22 novembre 2020. La Ligue de football professionnel du Cameroun (Lfpc) par voie de communiqué parle de reprise des activités de l’Elite 1 le samedi 21 novembre 2020. Nouveau chaos.
Par derrière, le gouvernement tente de calmer le jeu. Narcisse Kombi Mouelle demande le renfort du colonel Kalkaba Malmoum, président du comité national olympique et sportif pour ramener la sereinité à la LFPC. Sur instructions de Paul Biya, Ferdinand Ngoh entame des négociations pour trouver une solution à l’amiable. Tout va bien jusqu’au 27 novembre 2020.Une réunion est convoqué par le sécrétaire général des services du premier ministère, Seraphin Magloire Fouda pour signer un protocole d’accord. Y prennent par les représentants du ministère des sports, FECAFOOT, SYNAFOC, et les clubs. Toutes les parties signent le document. Seul le général Semengue refuse de signer le document prétextant d’un malaise. Il n’est plus jamais revenu à la table des négociations. C’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase. A la présidence de la République, l’on envisage clairement le départ de Semengue.

Le 11 janvier 2021 soit 5 jours avant le début du CHAN, Ferdinand Ngoh Ngoh adresse un courrier à Narcisse Kombi Mouelle avec pour objet : « reprise des championnats de football des ligues 1 et 2. Le SGPR souligne que sur instruction de Paul Biya, Kombi Mouelle doit : « faire procéder sans délai au lancement des championnats professionnels par la FECAFOOT ». Ce n’est pas tout. Le SGPR demande à Narcisse Kombi Mouelle de « mettre à la disposition de la FECAFOOT les ressources financières prévues à cet effet ainsi les stades identifiés pour la reprise des chanpionnats ».

Cette dernière correspondance est claire. Le gouvernement a décidé de mettre le général Semengue et la LFPC hors jeu. Au cours de l’entretien qu’il a avec le président de la FIFA, Gianni Infantino, Paul Biya aborde la situation à la LFPC. Infantino lui marque ouvertement sa désapprobation du cafouillage. Le lion de Mvomeka’a tout en souriant lui dit : « comment ces gens ont d’ailleurs fait pour accepter un général à la tête du Football ? ». Infantino ouvre ses yeux, secoue la tête et sourit.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter