Vous-êtes ici: AccueilSport2021 05 18Article 597541

BBC Afrique of Tuesday, 18 May 2021

Source: www.bbc.com

TikTok : comment le conflit israélo-palestinien se joue sur les médias sociaux ?

Des partisans d'Israël ont également publié des messages sur TikTok Des partisans d'Israël ont également publié des messages sur TikTok

Alors que les combats entre Israël et les militants palestiniens s'intensifient sur le terrain, TikTok est devenu un forum où s'expriment les tensions.

Autrefois connue principalement pour les tendances de danse virale, l'application vidéo est également devenue une plateforme clé pour le partage des informations. Le site, propriété de la Chine, a un vaste public, principalement jeune, et compte environ 700 millions d'utilisateurs actifs mensuels dans le monde.

Des images de tirs de roquettes sur Israël, de destructions à Gaza et de manifestations palestiniennes sont toutes devenues virales sur le site. Le conflit est ainsi apparu sur les écrans de téléphone de millions de personnes à travers le monde.

Mais certains craignent également que ce site et d'autres médias sociaux ne diffusent des informations fausses ou extrémistes.

Les violences de cette semaine à Gaza et en Israël sont les pires depuis 2014.

Elle est intervenue après des semaines de montée des tensions israélo-palestiniennes à Jérusalem-Est, qui ont culminé avec des affrontements sur un lieu saint vénéré à la fois par les musulmans et les juifs. Le Hamas, le groupe militant qui dirige Gaza, a commencé à tirer des roquettes après avoir averti Israël de se retirer du site, déclenchant des frappes aériennes de représailles.

Avant même que les derniers combats n'éclatent, les tensions entre Palestiniens et Israéliens se sont manifestées sur TikTok.

En avril, une vidéo montrant des adolescents de Jérusalem-Est giflant deux garçons juifs orthodoxes dans les transports publics est devenue virale sur l'application. La police a arrêté deux suspects la semaine suivante.

Des clips de manifestations ont également commencé à apparaître sur TikTok. Les utilisateurs ont posté des vidéos sous le hashtag #SaveSheikhJarrah, en référence aux menaces d'expulsion de familles palestiniennes dans un quartier de Jérusalem-Est. Ces vidéos sont désormais visionnées et partagées dans le monde entier.

Chris Stokely-Walker, auteur de TikTok Boom : China, the US and the Superpower Race for Social Media, a déclaré à la BBC que la facilité d'utilisation et la popularité colossale de TikTok ont permis la diffusion rapide de son contenu.

"Les outils de création de vidéos via l'application sont si simples que n'importe qui, de 12 ans à 90 ans, peut le faire lui-même sans trop de connaissances techniques", a-t-il déclaré. "C'est aussi la taille du public - nous savons que TikTok compte quelque chose comme 732 millions d'utilisateurs actifs mensuels dans le monde. Donc, si vous postez quelque chose, il y a de fortes chances qu'il soit vu par un grand nombre de personnes."

Les utilisateurs de TikTok - ainsi que d'autres plateformes sociales comme Facebook, Instagram et Twitter - utilisent le hashtag #SaveSheikhJarrah à côté de séquences d'affrontements avec les forces de sécurité israéliennes, ainsi que de la situation sur le terrain à Gaza.

Une vidéo montrant prétendument des personnes fuyant les frappes israéliennes à Gaza, postée sous le hashtag par le site d'information américain Muslim, compte plus de 44 millions de vues sur TikTok.

Un autre post de l'utilisatrice de TikTok Sabrina Abukhdeir - avec plus de 1,5 million de vues - montrait des enfants palestiniens en pleurs et la destruction d'un immeuble à Gaza.

"Vous savez ce qu'il faut faire", a-t-elle écrit, invitant les gens à partager la vidéo.

Des partisans d'Israël ont également publié des messages sur TikTok. Une vidéo montrant un soldat israélien protégeant une femme palestinienne de pierres lancées par des manifestants palestiniens a été visionnée plus de 1,5 million de fois sur l'application.

Les Forces de défense israéliennes (FDI) sont très présentes en ligne. Elles comptent 1,3 million d'abonnés sur Twitter et plus de 70 000 sur TikTok, où elles publient des vidéos de leurs forces en action et des scènes se déroulant en Israël.

Une vidéo demandant aux spectateurs "Que feriez-vous si c'était votre ville ?" a été vue plus de 300 000 fois sur le site.

Le Dr Gabriel Weimann, de l'université de Haïfa, en Israël, a souligné qu'il s'agissait d'une bataille "des cœurs et des esprits" en ligne et que, pour l'instant, "la guerre n'est pas égale".

"Du côté israélien, vous voyez un contre-courant, qui, je dois le dire, est moins puissant, pas du tout organisé, et si vous me demandez, moins persuasif", a-t-il expliqué à la BBC. "Peut-être parce qu'en Israël, personne ne pensait que TikTok serait une plateforme puissante ou importante".

Ce mois-ci, une vidéo est devenue virale sur TikTok et Twitter, montrant des Juifs dansant et applaudissant alors qu'un arbre brûle dans l'enceinte de la mosquée Al-Aqsa à Jérusalem. Les utilisateurs des médias sociaux ont affirmé qu'ils célébraient la destruction de la mosquée.

En réalité, ils étaient réunis pour célébrer la Journée de Jérusalem, et la mosquée n'a pas été endommagée dans l'incendie. La police israélienne a indiqué que l'incendie était dû à des feux d'artifice allumés par des manifestants palestiniens, tandis que les manifestants ont affirmé qu'il était dû aux grenades assourdissantes utilisées par les militaires.

Jeudi soir, le ministre israélien de la Défense, Benny Gantz, a demandé à Facebook et TikTok de supprimer de leurs sites les messages qui, selon lui, pourraient encourager la violence.

"Ce sont des mesures qui empêcheront directement la violence qui est attisée intentionnellement sur les médias sociaux par des éléments extrémistes qui cherchent à faire des dégâts dans notre pays", aurait-il dit. "Nous sommes dans un moment d'urgence sociale, et nous attendons votre aide".

Les dirigeants des deux entreprises ont promis d'"agir rapidement et efficacement pour empêcher l'incitation sur leurs réseaux", selon Israël National News.

Shaydanay Urbani travaille pour First Draft News, une organisation créée pour contrer la désinformation en ligne.

"Beaucoup de choses que nous avons vues sont de vieux médias sortis de leur contexte", a-t-elle précisé à la BBC. "[Des histoires] circulant à partir d'une époque et d'un lieu totalement différents".

L'un des exemples les plus marquants - selon le New York Times - était une séquence largement partagée des Palestiniens qui auraient simulé des funérailles. La vidéo a été visionnée des centaines de milliers de fois sur TikTok et semblait montrer un groupe de personnes portant un cadavre sur leurs épaules avant de le laisser tomber lorsqu'une sirène retentit, et le cadavre revenant à la vie et s'enfuyant.

Mais en fait, selon le New York Times, la vidéo originale est apparue il y a plus d'un an sur YouTube avec une légende indiquant qu'il s'agissait d'une famille jordanienne simulant des funérailles.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter