Vous-êtes ici: AccueilSport2021 04 02Article 585802

BBC Afrique of Friday, 2 April 2021

Source: bbc.com

Tigré : une enquête de la BBC prouve que l'armée éthiopienne a perpétré un massacre

Une enquête menée par BBC Africa Eye permet de découvrir des preuves qu'un massacre dans le nord de l'Éthiopie a été perpétré par des membres de l'armée éthiopienne. Elle révèle également le lieu précis des atrocités, au cours desquelles au moins 15 hommes ont été tués.

Début mars, une série de cinq clips vidéo a fait surface sur les médias sociaux, montrant des hommes armés et en uniforme conduisant un groupe d'hommes non armés au bord d'une falaise, tirant sur certains d'entre eux à bout portant, et poussant les cadavres par-dessus la falaise.

La BBC a confirmé que le massacre a eu lieu près de la ville de Mahbere Dego, dans la région du Tigré, au nord de l'Éthiopie, où l'armée éthiopienne combat les forces du Front de libération du peuple du Tigré (TPLF), ancien parti au pouvoir dans la région.

Les combats ont commencé en novembre dernier lorsque le gouvernement a lancé une offensive militaire contre le TPLF, que le Premier ministre Abiy Ahmed a accusé d'avoir attaqué une base militaire gouvernementale. Le TPLF s'oppose aux efforts de M. Abiy pour accroître le pouvoir du gouvernement fédéral et a décrété qu'il s'engageait dans une "résistance prolongée".

Le conflit a jusqu'à présent déplacé plus de deux millions de personnes, selon l'administration provisoire du Tigré, et laissé plus de quatre millions de personnes dans le besoin.

>Géolocalisation de la séquenceL'équipe d'investigation de BBC Africa Eye, en collaboration avec des analystes des médias Bellingcat et Newsy, a entrepris de déterminer où le massacre a eu lieu.

Les premières personnes à publier les clips sur les médias sociaux ont affirmé qu'ils avaient été filmés près de Mahbere Dego. Africa Eye a analysé les caractéristiques géographiques visibles dans les vidéos, notamment un chemin de terre, un plateau et un escarpement au profil particulier, et les a comparées à des images satellites de la zone entourant la ville.

La direction et la longueur des ombres projetées par les hommes armés ont permis de déterminer l'heure probable de la journée et ont montré que l'escarpement était orienté nord-sud, ce qui a permis à Africa Eye d'identifier un emplacement probable.

Une ligne de crête sur la séquence vidéo a ensuite été superposée à une carte topographique de l'endroit pour confirmer qu'elle correspondait exactement. Le lit d'une rivière asséchée, une bande de végétation et des arbres ont également confirmé la correspondance.

>La BBC s'est entretenue par téléphone avec un habitant de Mahbere Dego, qui a indiqué que l'armée éthiopienne avait emmené 73 hommes de la ville et des environs en janvier de cette année, dont trois de ses proches. Il a ajouté qu'on n'avait plus entendu parler d'aucun d'entre eux depuis.

La BBC s'est également entretenue avec un habitant d'un village voisin qui a affirmé que son frère figurait parmi les personnes tuées lors de ce massacre. Il a dit que les meurtres ont eu lieu à Mahbere Dego, et a donné le même mois : Janvier 2021 - le gouvernement avait proclamé la victoire dans le conflit en novembre.

"Ils les ont tués à la falaise", a-t-il dit.

Identifier les hommes armés et les victimes



Africa Eye n'a pas été en mesure de confirmer l'identité des hommes armés vus dans la séquence vidéo, mais les détails de leurs uniformes - notamment le motif de camouflage et l'insigne de bras de la couleur du drapeau éthiopien - semblent correspondre à ceux portés par la Force de défense nationale éthiopienne (ENDF).

D'autres caractéristiques correspondent également à l'uniforme de l'ENDF, notamment la coupe et le style des poches. L'un des hommes armés porte un béret vert dont l'insigne semble correspondre étroitement à la couleur et à l'insigne du béret de l'ENDF.

Les hommes armés parlent l'amharique, la principale langue officielle de l'Éthiopie. Dans le premier des cinq clips vidéo, on peut les entendre se parler entre eux alors qu'ils se tiennent autour du groupe d'hommes non armés, assis par terre.

"Nous ne devrions pas libérer ces personnes. Pas même un seul d'entre eux ne devrait être épargné", dit une voix hors caméra.

"Nous devons filmer cela, comment ces gens meurent", dit une autre voix.


Les quatre séquences suivantes montrent les hommes non armés conduits sous la menace d'une arme vers le bord de la falaise, puis les hommes armés tuant plusieurs prisonniers et poussant les corps des morts par-dessus la falaise.

Dans certaines sections de la séquence, on peut voir les hommes armés tirer des balles à bout portant sur les corps. Dans d'autres, on peut les entendre insulter les morts et se moquer d'eux.

"J'aimerais qu'on puisse les asperger de gaz et les brûler", dit une voix hors caméra dans un clip.

"Ça aurait été génial s'il y avait du gaz pour brûler ces gens", répond une deuxième voix. "Brûler leurs corps comme le font les Indiens."

L'identité des victimes, que l'on voit porter des vêtements civils, n'est pas connue. On peut les entendre parler le tigrinya, la langue de la région du Tigré. Dans les images, les tueurs semblent indiquer qu'ils pensent que les victimes appartiennent au TPLF.

"C'est la fin du woyane", dit la voix de l'un des hommes armés, utilisant un terme argotique pour désigner le TPLF.

"Nous ne montrons aucune pitié."

Laetitia Bader, directrice de la Corne de l'Afrique pour Human Rights Watch, a indiqué à la BBC que les observateurs avaient vu "toute une magnitude d'abus très graves" dans la région ces derniers mois, mais que cette séquence était "évidemment particulièrement alarmante".

"Nous voyons ce qui semble être des hommes détenus non armés, qui sont exécutés", a-t-elle souligné. "C'est absolument un incident qui nécessite une enquête plus approfondie, car ce que nous voyons ici dans ces vidéos pourrait s'apparenter à des crimes de guerre," a-t-elle ajouté.

La BBC a présenté les preuves qu'elle avait recueillies au gouvernement éthiopien, qui a indiqué dans un communiqué que "les messages et les affirmations sur les médias sociaux ne peuvent pas être considérés comme des preuves", ajoutant que la région du Tigré était "ouverte pour que des enquêtes indépendantes soient entreprises".

Enquête menée par Aliaume Leroy, Giancarlo Fiorella (Bellingcat) et Jake Godin (Newsy).

Reportages supplémentaires de Daniel Adamson, Joel Gunter, Chiara Francavilla, Bertram Hill, Carlos Gonzales, Mohammed Osman, Samir, et Leila Nathoo.



Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter