Vous-êtes ici: AccueilSport2021 07 03Article 606016

BBC Afrique of Saturday, 3 July 2021

Source: www.bbc.com

Thandiwe Muriu, la Kényane qui réinvente la photographie et brise les codes

Thandiwe Muriu Thandiwe Muriu


La photographe Thandiwe Muriu veut que ses modèles se fondent dans la masse et se distinguent en même temps.

Les images de sa série Camo - abréviation de camouflage - créent une illusion d'optique où la personne photographiée disparaît presque sans qu'il soit possible de l'ignorer.

Le travail ludique de la jeune Kényane a l'aspect d'un magazine de haute couture sur papier glacé, mais il a aussi une signification plus profonde.

"J'adore la photographie de mode, je pourrais en faire toute la journée, mais j'ai réalisé qu'il fallait que la photographie de mode soit le reflet de ce que je suis et de mes origines", explique-t-elle à la BBC. "C'est ainsi qu'est née la série Camo".


Les tissus funky, les coiffures élaborées et les lunettes improvisées sont une célébration attrayante et pleine d'esprit de la culture de la trentenaire.

Mais il y a aussi une critique.

Muriu explique que la série est "un peu une réflexion personnelle sur la façon dont j'ai senti que je pouvais disparaître dans l'arrière-plan de ma culture.

"Et mon expérience en tant que photographe commerciale féminine m'a fait réaliser que très rapidement - à cause du contexte culturel - je peux être écartée et disparaître."


Elle est autodidacte et a étudié, selon ses propres termes, à "l'université de YouTube", mais c'est son père qui lui a donné l'inspiration initiale.

Élevant une famille de quatre filles et aucun fils, il tenait à s'opposer aux idées reçues sur le patriarcat, explique Muriu.

Il leur a enseigné des compétences pratiques, comme changer un pneu de voiture, faire un barbecue et, surtout, utiliser une caméra.

Et lorsqu'il s'est agi de choisir une carrière, elle a été encouragée à suivre sa passion pour la photographie.

Pour elle, c'était le "mélange parfait de la science et de l'art".


Inspirée par les images qu'elle a vues dans la collection du magazine Vogue de sa sœur, Muriu s'est lancée dans la photographie commerciale, un domaine dominé par les hommes au Kenya.

"Je suis petite, j'ai l'air très jeune et, souvent, les gens me rejetaient. J'arrivais sur le plateau et les gens parlaient à mon assistant, qui était un homme, en pensant qu'il était le photographe plutôt que moi.

J'ai dû apprendre à être courageuse et audacieuse et à dire : "Bonjour, c'est moi qui commande".


Alors qu'elle développait son art, Muriu a été aidée par un groupe de photographes qui innovaient dans le pays en tant que talents locaux.

Elle a été encouragée par l'un d'entre eux, Osborne Macharia, à trouver son propre projet créatif loin du travail commercial.

C'est ainsi qu'est né Camo en 2015.


"Au départ, je m'explorais en tant que créatrice", dit-elle. Mais même les premiers travaux ont ce qu'elle appelle "la marque de fabrique de Thandiwe" - ce qui signifie que "tout est très audacieux, presque d'une manière excentrique".

"Je pense qu'avec les premières images, il s'agissait de célébrer ces magnifiques tissus et cette culture dynamique dans laquelle je vis et que je vois tous les jours."

Elle a très délibérément choisi un modèle à la peau foncée pour défier ce qu'elle dit être une culture de blanchiment au Kenya, où certains considèrent les teints clairs comme plus beaux.

Le premier modèle qu'elle a utilisé avait également un espace entre les dents, ce qui dans sa culture kikuyu, dit-elle, "est considéré comme un symbole de beauté". Et il fallait qu'elle ait des cheveux naturels.


Muriu voulait qu'une fillette kenyane de 10 ans voie les photos et puisse dire : "C'est moi."

En regardant les images, il est évident que leur construction est un processus méticuleux.

Il commence par le choix du tissu, que Muriu décrit comme l'une des parties les plus difficiles mais aussi les plus agréables.


Passant des heures dans les magasins de tissus de Nairobi, elle explore des piles de tissus importés de tout le continent, du sol au plafond.

Elle recherche "quelque chose de très fort, avec une qualité presque psychédélique, comme si les tissus étaient vivants, en mouvement et déroutaient l'œil".

Il est possible de reconnaître l'Afrique, mais pas nécessairement les motifs traditionnels.

"Nous sommes dans cette nouvelle Afrique, cette nouvelle génération, où nous aimons nos imprimés mais nous n'allons pas les porter de manière traditionnelle."


Une autre étape clé est celle des cheveux.

Au fur et à mesure du développement du projet, Muriu est devenue plus exigeante dans son exploration de la beauté africaine.

Elle fait des recherches sur les coiffures historiques et traditionnelles. Puis, avec l'aide d'un styliste, elle leur donne une "touche moderne et funky, mais elle se base sur les cheveux que nos ancêtres portaient réellement", explique-t-elle.

"C'est devenu plus qu'un simple regard sur la beauté. Il s'agissait de se demander : "Quels sont les symboles de beauté que nous avons perdus ?".

Les lunettes, fabriquées à partir de canettes de boissons gazeuses, de passoires à thé en plastique, de pinces à linge, de brosses à bouteilles et d'autres objets, représentent la manière innovante dont de nombreux objets du quotidien au Kenya sont réutilisés pour d'autres usages, explique Mme Muriu.


Ils ajoutent également à l'humour des images que le photographe veut rendre visuellement stimulantes et agréables, tout en abordant des questions très profondes.

Et la série n'est pas terminée.

"J'en ferai toujours plus. Le défi de toute une vie serait d'essayer de les cataloguer tous et de devenir les premières archives modernes de nos cheveux et de nos tissus. Pourquoi pas ?"