Vous-êtes ici: AccueilSport2021 04 01Article 585439

BBC Afrique of Thursday, 1 April 2021

Source: bbc.com

Tarhuna, cette ville libyenne où l'on disparaît comme des fantômes

En tant qu'aîné de la famille, en fait le seul homme adulte survivant, c'est à Abdel Manaam Mahmoud de descendre dans la tombe et d'enterrer le corps de son frère Esmail. Même s'il est possible que ce ne soit pas son frère qu'il enterre aujourd'hui.

Autour de lui, les hommes de Tarhuna se rassemblent, poussant la terre rouge et sableuse et tapotant le monticule de terre avec leurs mains.

Non loin de là, le père de M. Mahmoud, Hussin, son frère Nuri et son oncle Mohamed sont également enterrés - chacun d'entre eux a été victime de la guerre civile libyenne, victime des alliances changeantes des factions et tous ont été assassinés par la même milice qui dirigeait leur ville.

Les corps ont été retrouvés et enterrés grâce au cessez-le-feu signé l'année dernière en Libye. Depuis 2011 et la chute du dictateur Mouammar Kadhafi, le pays est en proie au chaos, puis à la guerre civile.

Cette guerre a atteint un crescendo ces dernières années, lorsque le général Khalifa Haftar, aujourd'hui âgé de 77 ans, a attaqué depuis la ville de Benghazi, dans l'est du pays, et a tenté de renverser le gouvernement internationalement reconnu dans la capitale, Tripoli.

Il avait de puissants soutiens : les Émirats arabes unis, l'Égypte, la Syrie, la Jordanie et la France également. Son attaque éclair sur Tripoli s'est enlisée puis a été mise en déroute, après que la Turquie ait envoyé une force navale et des drones d'attaque pour soutenir le gouvernement dans l'est.

À ce mélange toxique se sont ajoutés des mercenaires syriens, pour la plupart du côté du gouvernement, sous le contrôle des Turcs. Le général Haftar avait ses propres mercenaires - des entrepreneurs russes et des combattants du Soudan et du Tchad.

Le nombre de morts est monté en flèche, et un pays qui avait déjà atteint et dépassé le seuil de la catastrophe à de nombreuses reprises auparavant a vacillé au bord d'une plus grande catastrophe.

"La terreur des frères Kani à Tarhuna"

Mais un cessez-le-feu a été conclu et, pour la première fois depuis des années, la Libye a un gouvernement unifié. Son Premier ministre est Abdul Hamid Dbeibah, un homme d'affaires extrêmement riche du centre commercial de Misrata. Si sa famille a des liens avec le régime de Mouammar Kadhafi, on sait peu de choses sur le nouveau premier ministre, un néophyte en politique.

"Il n'était la bête noire de personne", renseigne un diplomate occidental à Tripoli, expliquant la nomination de M. Dbeibah par un processus dirigé par l'ONU qui a créé le gouvernement intérimaire. Les élections sont censées avoir lieu dans neuf mois, le jour de l'indépendance de la Libye - le 24 décembre - mais des doutes subsistent déjà.

"C'est un délai serré, mais ce n'est pas impossible. Mais bien sûr, encore une fois, cela commence avec toutes les institutions et les autorités de la Libye", explique Jan Kubis, l'envoyé spécial des Nations unies pour la Libye.

"Soit, ils vont livrer ce qu'ils doivent livrer, pour que cela se produise. Sinon... ils trouveront des prétextes, des excuses, pour ne pas le faire.... J'espère que cela ne se produira pas, car les habitants du pays aimeraient que les élections aient lieu.

"Ce n'est pas seulement les proclamations des autorités et les promesses. C'est le souhait de la population du pays d'organiser les élections le 24 décembre."

Après notre entretien, M. Kubis s'est rendu à Benghazi pour rencontrer le général Haftar, l'homme dont beaucoup à Tarhuna pensent qu'il a donné le pouvoir aux sept frères Kani (que M. Mahmoud accuse d'avoir tué ses proches) dans leur dernière série de meurtres avant qu'ils ne quittent la ville. Certains soupçonnent le général d'abriter les frères survivants, dont certains ont été ajoutés aux listes de sanctions américaines et européennes.

La ville de Tarhuna était le point de départ occidental des attaques contre Tripoli et un point de mire dans l'internationalisation constante de la guerre civile dans le pays.

C'est à partir de là que les forces du général Haftar, venues de l'est, son "Armée nationale libyenne", ont mené des assauts contre la capitale. Des mercenaires du groupe russe Wagner ont également pris position dans la ville.

Au cimetière de la ville, il y a 13 enterrements aujourd'hui. Les hommes et les garçons de la ville sont ici en force, ils ont marché par centaines après la prière du vendredi, certains utilisant leurs tapis de prière pour se protéger du soleil de l'après-midi.

Après la cérémonie, M. Mahmoud raconte : "ils ont enlevé ma famille de leurs maisons. C'étaient de simples civils. En octobre 2020, la milice al-Kani est venue chez eux dans des voitures qui appartenaient à l'État, ils les ont emmenés loin de leurs maisons et les ont tués."

Il a cherché sa famille pendant 10 mois, en vain. On a d'abord retrouvé les corps de Hussein, Nuri et Mohamed. Il y a deux mois, le corps d'Esmail a été découvert.

"Même pendant ses 42 ans de règne, Kadhafi n'a jamais commis le genre de meurtres qui ont eu lieu après son règne. En tant que civils libyens, il n'y a personne pour nous protéger, nos vies sont devenues sans protection", indique M. Mahmoud.

Les sept frères Kani, célèbres pour les trois lions qu'ils avaient volés au zoo de Tripoli et gardés comme animaux de compagnie, régnaient en maître. Capricieuse, leur milice Kaniyat a changé de camp plus d'une fois dans la guerre civile libyenne.

Leur règne a pris fin en juin de l'année dernière, lorsque les forces gouvernementales, soutenues par la Turquie, ont pris la ville. La Turquie a envoyé sept frégates navales sur les côtes libyennes pour repousser les forces du général Haftar, et a importé des milliers de combattants syriens d'Idlib, d'Alep et de Deir Ezzor pour combattre sur le terrain.

Face à cet assaut, les frères Kani restants et leurs familles ont fui vers l'est, sans que l'on sache où ils se trouvent.

Le cimetière de Tarhuna est austère dans la tradition musulmane, entouré de grands eucalyptus assoiffés et avec peu de pierres tombales ; il n'a que de simples stèles funéraires. Mais la pierre tombale d'Esmail porte un numéro : 051-000066.

C'est une référence ADN. Car le corps enterré aujourd'hui n'est peut-être pas celui d'Esmail. Il n'a été identifié que par les vêtements qu'il portait, lorsqu'il a été découvert dans un ensemble de fosses communes au sud de la ville.

La route qui mène à la ferme est entourée d'amandiers. Un panneau en carton en face de l'entrée, avertit : "Entrée interdite, seul le comité des personnes disparues est autorisé."

Au-delà de la ferme, la terre rouge fine est empilée en hauts monticules qui s'étendent jusqu'au bout de la propriété. Il y en a trop pour les compter, certains de la taille d'un seul cadavre, d'autres beaucoup plus larges.

C'est vendredi, donc il n'y a pas de travail aujourd'hui et le site est silencieux, mais les preuves de l'effort méticuleux pour découvrir les crimes ici sont partout. Dans une fosse, quatre drapeaux rouges marquent les restes tordus de peut-être quatre corps, enveloppés ensemble, presque méconnaissables.

Entre enlèvements et meurtres

Des hommes, des femmes et des enfants ont été enterrés ici, certains tués d'une seule balle dans la tête, d'autres avec les mains liées et des signes de torture sur le corps. La terre sèche a laissé les corps intacts, et gonflés. Comme des artefacts d'une terrible catastrophe.

L'identité d'Esmail sera confirmée lorsqu'une correspondance ADN sera faite dans un laboratoire de Tripoli. Jusqu'à présent, 140 corps ont été retrouvés, selon l'Autorité générale libyenne pour la recherche et l'identification des personnes disparues. Elle a confirmé l'identité de 22 d'entre eux par comparaison avec l'ADN.

Au total, 350 personnes sont portées disparues dans la ville, bien que des corps provenant d'ailleurs puissent y être enterrés. Dans toute la Libye, plus de 6 000 personnes ont été déclarées disparues depuis la chute de Mouammar Kadhafi. Seules 1 950 d'entre elles ont été retrouvées.

Au bord du cimetière se tient Ahmad Abdel-Mori Saad, qui est venu enterrer un ami. Tarhuna est une ville de fantômes, dit-il.

"J'ai sept frères et sœurs qui ont été enlevés par les Kaniyat. Nous avons enterré deux d'entre eux qui ont été trouvés dans les fosses communes", dit-il.

M. Saad ne sait pas où sont ses autres frères, mais il pense qu'ils sont morts. Il doit s'occuper de tous leurs enfants, 24 au total.

"Nous ne suivons aucun parti politique ; nous ne sommes pas des policiers ou des militaires... Si vous avez de l'argent, vous mourez ; si vous avez cinq jeunes frères et sœurs, vous mourez ; si vous discutez avec moi, vous mourez ; si vous ne me soutenez pas, vous mourez".

"Tu meurs pour rien, c'est une mort sans raison du tout."."

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter