Vous-êtes ici: AccueilSport2021 08 20Article 614779

BBC Afrique of Friday, 20 August 2021

Source: www.bbc.com

Talibans en Afghanistan : que s'est-il passé à Saigon et pourquoi est-ce comparable à ce qui se passe à Kaboul ?

Que s'est-il passé à Saigon et pourquoi est-ce comparable à ce qui se passe à Kaboul ? Que s'est-il passé à Saigon et pourquoi est-ce comparable à ce qui se passe à Kaboul ?

La comparaison est inévitable.

Un hélicoptère solitaire américain survole la capitale d'un pays envahi par une force insurrectionnelle qui progresse rapidement.

Les ambassades étrangères sont évacuées. Le chaos règne dans les rues alors que les civils, craignant d'éventuelles représailles du nouveau gouvernement fort, tentent désespérément de quitter le pays sur les derniers vols disponibles.

Nous sommes le 15 août 2021 à Kaboul, en Afghanistan. Mais les images pourraient être les mêmes qu'il y a 46 ans.

Le 30 avril 1975, Saigon, jusqu'alors capitale du Vietnam, du Sud tombe aux mains des forces communistes venues du Nord, marquant la fin d'une intervention militaire américaine de près de deux décennies dans ce pays d'Asie.

C'était un moment humiliant pour le pays le plus puissant du monde.

La guerre du Vietnam est considérée comme la première défaite militaire de l'Amérique et les séquelles physiques et émotionnelles sont toujours présentes.

Aujourd'hui, de nombreux détracteurs de l'administration actuelle à Washington qualifient la chute de Kaboul de "Saigon de Joe Biden".

Que s'est-il passé au Vietnam ?

Les États-Unis se sont engagés au Vietnam en 1954, après la défaite tout aussi humiliante des forces impériales françaises, qui avaient colonisé le territoire connu sous le nom d'Indochine depuis le XIXe siècle.

Le Vietnam est divisé en deux pays, le Vietnam du Nord étant contrôlé par une idéologie communiste sous la direction de Ho Chi Min, dont l'objectif est la réunification.

Le président américain de l'époque, Dwight Eisenhower, décide d'intervenir pour soutenir le Vietnam du Sud, convaincu que si ce pays tombait dans le giron du communisme, il en serait de même pour les pays voisins. La théorie dite des dominos.

  • Les États-Unis et les Talibans signent un accord
Bien qu'Eisenhower n'ait pas déployé de troupes sur le terrain, il a envoyé des conseillers et une assistance militaire.

L'administration suivante, celle de John Kennedy, s'engage plus profondément, envoyant davantage de budgets et de militaires et menant des opérations secrètes.

Mais ce n'est qu'en 1965 que les États-Unis sont officiellement entrés en guerre sous la direction du président Lyndon Johnson, avec une intense campagne de bombardements contre des cibles nord-vietnamiennes et une présence de plus de 500 000 soldats à son apogée.

Le conflit s'est poursuivi pendant la présidence de Richard Nixon, jusqu'à ce qu'il retire progressivement la quasi-totalité des troupes de combat américaines et négocie les accords de paix de Paris en 1973.

Les accords prévoyaient un retrait unilatéral des États-Unis et un échange de prisonniers. Nixon avait promis de protéger le Vietnam du Sud de l'invasion du Nord par des bombardements aériens, mais ses propres problèmes liés au scandale du Watergate l'en ont empêché.

Lorsque Gerald Ford prend les rênes de la Maison Blanche en 1974, l'équilibre des forces au Vietnam est clairement en faveur du Nord, qui lance une offensive finale qui aboutit à la chute de Saigon le 30 avril 1975.

  • Donald Trump annule une rencontre avec les talibans
Des scènes de chaos se sont déroulées dans les rues, avec des foules se pressant devant l'enceinte de l'ambassade américaine et à l'aéroport de Saigon, cherchant désespérément à quitter le pays, tandis que les forces communistes victorieuses occupaient la capitale.

La guerre du Vietnam est considérée dans de nombreux milieux comme un objet de honte nationale pour les États-Unis.

Un long conflit qui a coûté la vie à 58 000 soldats américains et à plus de 2 millions de Vietnamiens. Il a coûté des milliards de dollars et n'a pourtant pas atteint ses objectifs.

Une intervention différente avec une fin similaire

La guerre américaine en Afghanistan a duré 20 ans, la plus longue guerre de l'histoire américaine.

Bien que l'intervention au Vietnam ait duré à peu près le même temps, cette guerre n'a été officielle qu'une dizaine d'années plus tard.

En Afghanistan, la guerre n'était plus contre le communisme. Le nouvel ennemi déclaré était le "terrorisme", promu principalement par Al-Qaïda avec la bénédiction des Talibans, qui contrôlaient le pays asiatique.

Après les attentats du 11 septembre 2001, le président George W. Bush a lancé une offensive aérienne massive qui a rapidement renversé le gouvernement taliban et banni Al-Qaida d'Afghanistan.

  • Quelles leçons l'Afrique doit-elle tirer de la situation en Afghanistan?
Mais après cette victoire, le plan a changé et l'accent a été mis sur la défaite militaire complète des talibans et la reconstruction des institutions étatiques afghanes pour éviter qu'elles ne redeviennent une base pour les extrémistes.

Cela a impliqué une forte présence militaire qui a été renforcée par le président Barack Obama dans l'idée de protéger la population des Talibans tout en essayant de réintégrer les insurgés dans la société.

Le plan d'Obama prévoyait également de former l'armée afghane et de la préparer à un retrait progressif des États-Unis et à un transfert des responsabilités aux forces afghanes.

Cette stratégie n'a rencontré qu'un faible succès, avec un nombre élevé d'attaques des talibans contre des civils, des policiers et des militaires afghans, mal préparés à résister.

Après avoir perdu plus de 2 400 soldats dans le conflit - et des milliers d'autres blessés - et reconnu que les talibans étaient une force bien établie en Afghanistan, les États-Unis ont signé un accord de paix avec l'organisation en février 2020 à Doha.

L'engagement du président de l'époque, Donald Trump, était de retirer toutes les troupes dans un délai de 14 mois, tandis que les talibans veilleraient à ne pas laisser Al-Qaïda ou d'autres extrémistes opérer sur leurs territoires et à ce que ce groupe entame un dialogue avec le gouvernement afghan.

L'histoire se répète-t-elle ?

Aujourd'hui, avec le nouvel occupant de la Maison Blanche, Joe Biden, au pouvoir depuis un peu plus de six mois, le retrait de l'armée américaine et de ses alliés a laissé un gouvernement sans le soutien nécessaire pour empêcher la reprise en force de la capitale Kaboul par les forces talibanes.

Les scènes de chaos observées il y a 46 ans à Saigon se répètent à Kaboul. Des milliers d'Afghans sont arrivés à l'aéroport pour essayer de partir. Le Pentagone indique dans un communiqué que ses forces contrôlent toujours l'aéroport.

Les soldats américains qui ont été récemment envoyés pour aider à l'évacuation de ses citoyens auraient tiré en l'air pour disperser la foule

Le président Biden avait assuré que l'on ne verrait pas d'hélicoptères évacuer le personnel de l'ambassade américaine, mais c'est ce que l'on a vu et le chef de la minorité républicaine de la Chambre des représentants, Steve Calise, n'a pas manqué de le souligner.

"C'est le moment Saigon du président Biden et malheureusement, c'était très prévisible", souligne M. Calise.

Le secrétaire d'État Anthony Blinken a toutefois cherché à adoucir l'image en déclarant : "ce n'est pas Saigon", insistant sur le fait que le retrait rapide des troupes était le résultat de la date limite du 1er mai fixée par l'accord signé par l'administration Trump en 2020.

M. Blinken estime que l'alternative aurait été une guerre à grande échelle contre les talibans pour les empêcher de s'emparer de vastes territoires dans le pays.

D'un autre côté, Champa Patel, directeur du programme Asie-Pacifique du groupe de réflexion Chatham House à Londres, estime que l'accent doit désormais être mis sur les civils afghans et non sur ce que cela pourrait signifier politiquement pour une puissance étrangère.

"Ce qui est urgent maintenant, c'est d'assurer la protection du peuple afghan. Les États devraient concentrer leur attention sur la facilitation des visas, la sécurité de la population, l'aide humanitaire dans le pays et la recherche d'une résolution politique pacifique", dit-il dans un communiqué.