Vous-êtes ici: AccueilSport2021 08 24Article 615334

BBC Afrique of Tuesday, 24 August 2021

Source: www.bbc.com

Talibans en Afghanistan: le récit de la vie d'une femme sous le régime des talibans en 1999

Le récit de la vie d'une femme sous le régime des talibans en 1999 Le récit de la vie d'une femme sous le régime des talibans en 1999

Alors que les Talibans s'apprêtent à former un nouveau gouvernement en Afghanistan, une femme raconte comment sa famille a été déchirée lorsque son père a disparu sous le régime taliban en 1999.

Friba, qui vit à Londres, avait 10 ans lorsqu'elle a vu son père pour la dernière fois dans leur maison de la ville occidentale de Herat.

Sa famille pense qu'il a été enlevé par les Talibans.

Voici son histoire. Les noms ont été supprimés pour protéger l'identité des personnes concernées.

  • Que s'est-il passé à Saigon et pourquoi est-ce comparable à ce qui se passe à Kaboul ?
  • Quelles leçons l'Afrique doit-elle tirer de la situation en Afghanistan?
  • Comment les talibans ont-ils vu le jour et cinq autres questions clés sur le groupe islamiste qui dirige Afghanistan ?
  • Qui sont les Talibans ?

"Vivre sous le régime des talibans, c'est comme être dans une relation abusive. Au début, c'est bien. Ils font beaucoup de promesses, ils font attention à ce qu'ils font, ils tiennent même certaines de leurs promesses.

"Mais pendant que vous vous laissez bercer par un faux sentiment de sécurité, ils préparent leurs plans.

"Bientôt, et petit à petit, alors que le monde se lasse de l'Afghanistan et que les médias passent à un autre sujet d'actualité, ils resserrent leur emprise jour après jour, et le cycle sauvage recommence.

"Mon père est né à Herat. Il est diplômé de l'université de Kaboul.

"Après l'université, il s'est marié et a commencé à travailler au sein d'une petite équipe pour le gouvernement afghan de l'époque.

"Lorsque les Russes sont partis et que les moudjahidin ont pris le pouvoir, mon père a trouvé un emploi dans une ONG.

"Lorsque les talibans se sont installés à Herat, mon père a eu la possibilité de partir, mais il est resté. Il aimait son travail, et il aimait Herat.

  • Pourquoi y a-t-il une guerre en Afghanistan ?
  • "Tu peux partir si ton mari te frappe, mais pas quand celui qui te frappe est ton fils"
''Je n'oublierai jamais le visage de ma mère''

"La vie était brutale sous le régime des talibans. Il avait quatre filles qui étaient privées d'éducation et un jeune fils.

"Mais le travail était gratifiant, il avait des ambitions, pour lui et pour nous, et le travail avec les animaux rendait la vie un peu plus supportable.

"Un matin, à la mi-juin 1999, mon père venait de terminer son petit-déjeuner et se préparait à partir au travail.

"Il m'a regardé et a souri en montant sur son vélo et en partant.

"Quelques minutes plus tard, certains de nos voisins sont apparus à notre porte avec son vélo. Ils ont dit que les talibans l'avaient enlevé.

"Je n'oublierai jamais le visage de ma mère. Il était figé par le choc.

"Elle a pris la main de mon frère de cinq ans et s'est précipitée dehors, prête à tout pour le retrouver.

"Ce soir-là, ma mère est rentrée avec le poids du monde sur ses épaules.

"Il n'y avait aucune nouvelle de mon père, aucune nouvelle de l'endroit où il se trouvait ou s'il était même vivant.

"Mes oncles et d'autres amis ont essayé en vain de savoir où il était détenu.

  • Qu'est-ce que l'accord de Doha signé entre l'administration Trump et les talibans et pourquoi il a été la clé de la reconquête de l'Afghanistan par les islamistes
  • La longue et coûteuse guerre en Afghanistan expliquée en 10 points
"Chaque jour, ma mère se rendait dans tous les bureaux des talibans. Ils refusaient de l'écouter.

"Après avoir épuisé toutes les pistes, mon oncle s'est rendu à Kandahar où il avait entendu dire que les talibans avaient déplacé des prisonniers. Mais il n'y avait pas de nouvelles.

"Il est ensuite allé à Kaboul et à Mazar-i-Sharif, mais il n'y était pas non plus.

"Nos voisins qui avaient été témoins de son arrestation en étaient sûrs, et ils avaient vu ces mêmes talibans arrêter d'autres voisins et les libérer plus tard d'une prison à Herat.

"Ma mère était forte, une lionne, elle ne voulait pas laisser passer ça.

"Contre l'avis de sa famille, elle a emmené mon frère (car sous le régime taliban, elle ne pouvait voyager qu'avec un homme, même s'il n'était qu'un enfant) et s'est rendue à Kandahar, dans le bureau du chef des talibans, le mollah Omar.

"Les talibans l'ont battue et menacée. Ils ont dit que si on la revoyait, elle serait lapidée à mort.

"Ma mère est rentrée chez elle déçue et vaincue.

''Nous ne pouvons pas pardonner aux Talibans"

"La vie sous les Talibans est passée d'un enfer à un trou noir de désespoir.

"Ma mère, craignant pour notre vie, a décidé de quitter l'Afghanistan et nous a emmenés à Mashhad, en Iran.

"En 2004, lorsque la situation s'est améliorée en Afghanistan, nous sommes revenus. Nous voulions étudier et faire quelque chose de notre vie.

"Notre père avait des espoirs pour nous que nous voulions réaliser.

"Je me souviens encore de son charmant sourire, et j'ai toujours le stylo qu'il m'a donné.

"Nous ne pouvons pas le pleurer, et nous ne l'oublierons pas.

"En regardant les informations sur la reprise de l'Afghanistan par les talibans, je crains que l'histoire ne se répète.

"Je suis mariée maintenant et je vis en Angleterre. Mais j'ai peur pour ma mère, mes sœurs et mon frère qui sont toujours en Afghanistan, et pour les millions de familles qui souffriront de la douleur et de la perte comme nous l'avons fait.

"Leur seul crime, être né en Afghanistan."

Par Rozina Sini