Vous-êtes ici: AccueilSport2021 04 29Article 594223

BBC Afrique of Thursday, 29 April 2021

Source: bbc.com

Secrets de PDG : pourquoi pleurer peut vous aider à réussir dans les affaires

Dans le cadre de notre série de conseils d'affaires CEO Secrets, Tina Chen explique comment elle reste forte en tant qu'entrepreneuse qui lance toute seule son entreprise dans un nouveau pays.

Tina Chen, 28 ans, se décrit comme une "solo-preneuse". Elle est la fondatrice de HumaniTea, une gamme de boissons au thé au lait végétaliennes.

Elle a lancé l'entreprise à Londres en décembre 2018 et l'activité n'a cessé de croître, malgré la pandémie. Elle a récemment commencé la production en usine de son produit après une campagne de crowdfunding réussie et a vendu plus de 5 000 boissons.

Cette année, elle embauche ses deux premiers employés, grâce au programme Kickstart du gouvernement.

Mais en cours de route, elle a frôlé l'épuisement professionnel et elle prévient que les choses peuvent devenir difficiles, surtout lorsqu'on se lance seul.

L'idée du produit de Tina est née de son héritage asiatique-américain. Tina est née à Taïwan, mais sa famille a déménagé à Los Angeles lorsqu'elle avait quatre ans.

À Taïwan, sa famille avait l'habitude de boire du bubble tea - une boisson sucrée qui combine du lait, du thé aromatisé et des perles de tapioca que l'on aspire à l'aide d'une paille extra-large - et cette boisson était également populaire dans la communauté taïwanaise de Californie.

Tina a fréquenté l'université de Californie, Los Angeles (UCLA), où elle a attrapé le virus des affaires. Elle a suivi des cours de commerce, s'est inscrite à un club d'entrepreneurs et a vu des amis lever des sommes considérables pour des idées grâce à des sites de crowdfunding.

Elle a ensuite effectué une année d'échange à Londres, ce qui lui a donné l'amour de la capitale anglaise, où elle s'est installée après avoir obtenu un MBA à l'Imperial College.

Pendant son séjour au Royaume-Uni, elle a remarqué qu'il y avait beaucoup de cafés latte en vente dans les supermarchés, mais qu'il semblait y avoir un vide sur le marché pour les équivalents au thé.

Elle s'est demandée si elle pouvait préparer une version de la boisson préférée de son enfance qui soit pauvre en sucre et utilise du lait végétalien, un concept qui gagne en popularité.

N'ayant aucune expérience dans l'industrie alimentaire, elle a commencé à expérimenter dans sa cuisine personnelle des recettes trouvées en ligne.

Tina a dû relever tous les défis de la création de l'entreprise toute seule, car elle vit seule et n'a pas de famille à Londres.

"J'ai cherché un cofondateur, mais je n'ai pas trouvé quelqu'un qui s'investirait à 110 % comme moi", explique-t-elle.

Tina avait l'habitude de fabriquer et de vendre ses produits elle-même, en installant des stands dans des endroits comme Borough Market, dans le centre de Londres.

Elle brassait et mettait en bouteille ses spécialités de thé à la main à partir de minuit dans une cuisine commerciale, puis les vendait sur les marchés dès le lendemain matin - avec peu de temps pour dormir.

Il était moins cher de louer un poste dans les cuisines à cette heure tardive, c'était donc logique sur le plan commercial, explique-t-elle, et elles étaient aussi moins occupées.

Mais les heures de travail éprouvantes ont eu raison d'elle et, à un moment donné, elle s'est même brûlée avec de l'eau chaude.

"C'est à ce moment-là que j'ai compris qu'il est très important de prendre soin de soi lorsqu'on crée une entreprise", dit-elle.

Parmi les autres revers, citons un litige sur les droits d'auteur concernant le nom original de son entreprise, qu'elle a maintenant changé, et un incident survenu lorsqu'une palette de feuilles de thé n'a pas été livrée avant le début de sa première production en usine. La palette a disparu pendant le transport et l'attente de son remplacement a retardé d'un mois le lancement du produit.

Tout cela peut sembler très personnel, dit Tina, et elle a passé beaucoup de temps à pleurer.

"Mais j'ai découvert que pleurer m'aide à libérer mes émotions et à me sentir mieux après. C'est un bon moyen de retrouver son équilibre."
Les conseils d'un mentor en la matière ont également été cruciaux. Il lui a conseillé de ne pas s'attarder sur les problèmes qui s'étaient produits, mais de se concentrer sur les solutions possibles.

Ses thés sont maintenant stockés dans des dizaines d'épiceries et de restaurants, principalement à Londres. Elle prévoit d'augmenter lentement le nombre de ses revendeurs, y compris à l'étranger, tout en élargissant sa gamme de produits et en vendant davantage de thé directement aux consommateurs sur son site web.

Tina pense qu'il est vital pour les "entrepreneurs solos" comme elle de se constituer un réseau de soutien pour traverser les périodes difficiles.

Elle a trouvé son mentor par l'intermédiaire du British Library Business Centre.

Elle a également constitué un groupe d'autres femmes chefs d'entreprise du secteur alimentaire grâce à des organisations de mise en réseau comme Bread & Jam - elles se réunissent régulièrement pour s'apporter un soutien pratique et affectif.

Elle a également bénéficié de l'aide consultative de programmes tels que Virgin StartUp et le laboratoire d'entreprise de l'Imperial College.

Elle a appris à libérer ses week-ends du travail pour pouvoir passer du temps avec ses amis.

"Créer sa propre entreprise peut donner l'impression d'être seul, mais cela n'a pas à l'être et je ne me sens pas seule maintenant", déclare Tina.

"La beauté de l'entrepreneuriat, ce sont en fait les hauts et les bas".

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter