Vous-êtes ici: AccueilSport2021 07 18Article 608821

BBC Afrique of Sunday, 18 July 2021

Source: www.bbc.com

Science : pourquoi les erreurs sont cruciales pour son progrès

La méthode scientifique consiste parfois à mener des expériences innovantes au bon moment La méthode scientifique consiste parfois à mener des expériences innovantes au bon moment

Tu te souviens quand Pluton était une planète ? Jusqu'à très récemment, le statut planétaire de Pluton était un fait immuable que les enfants apprenaient à l'école.

Et il avait sa place dans les modèles en papier mâché du système solaire.

Mais en août 2006, elle a été cruellement rétrogradée au rang de "planète naine", car elle ne répondait pas à l'un des trois critères utilisés par l'Union astronomique internationale pour déterminer qu'un corps céleste est une planète.

Dès le plus jeune âge, on nous apprend à penser que ce que l'on nous enseigne est un fait avéré, et découvrir que ce n'est pas le cas peut être déstabilisant.

Mais cela signifie-t-il que nous ne pouvons pas faire confiance à la science ?

Selon la Royal Society britannique, la plus ancienne académie scientifique indépendante du monde, la réponse est "tout le contraire".

Questionnement

La remise en question des faits établis est vraiment au cœur de la méthode scientifique.

Considérez l'ensemble du processus comme un gigantesque système de contrôles et d'équilibres basé sur des données brutes tirées d'expériences ou d'observations de la nature.

Ces expériences et observations conduisent à la formulation d'une hypothèse qui est ensuite soumise à un processus rigoureux de vérification par d'autres scientifiques.

Cependant, les informations ne sont pas toujours suffisantes pour tirer les bonnes conclusions.

Prenez Francis Bacon, par exemple, qui a remarqué que les côtes de l'Afrique de l'Ouest et de l'est de l'Amérique du Sud semblaient symétriques.

Et il croyait que la nature se copiait elle-même.

Ce qu'il ne pouvait pas savoir au début des années 1620, c'est que les deux côtes sont les deux côtés des lignes de faille géologiques d'un ancien supercontinent qui s'est séparé il y a 140 millions d'années.

L'hypothèse de Bacon a continué à être considérée comme vraie pendant des siècles, jusqu'à ce que de nouvelles découvertes sur la science de la tectonique des plaques apparaissent dans les années 1950 et fournissent une explication claire de l'observation de Bacon.

Il y a aussi le fait que différents experts examinant les mêmes données brutes peuvent tirer des conclusions différentes.

Pensez au pauvre Robert Plot, qui, dans les années 1670, a trouvé un os fossilisé qu'il pensait être celui d'un humain géant.

Au moins, il n'était pas là quand un géologue et un zoologiste ont prouvé qu'il s'agissait en fait d'un Megalosaurus, une espèce de dinosaure qui parcourait la Terre au Jurassique moyen.

La méthode scientifique consiste parfois à mener des expériences innovantes au bon moment et au bon endroit pour tester les théories.

En 1919, une réunion fructueuse de la Royal Society a confirmé la théorie de la relativité générale d'Einstein après qu'une éclipse solaire a fourni les circonstances parfaites pour mesurer la courbure de la lumière des étoiles.

Cela a montré que la gravité d'un objet énorme, tel que le Soleil, pouvait courber la lumière autour de lui.

Sous l'œil attentif du portrait d'Isaac Newton, la communauté scientifique a remplacé la théorie antérieure de Newton par l'interprétation plus récente et plus générale de la gravité proposée par Einstein.

Mais même avec les preuves en sa faveur, la théorie d'Einstein ne peut toujours pas être considérée comme un fait.

Il est même possible qu'à l'avenir, de nouvelles avancées dépassent ce que nous savons actuellement de la relativité générale.

L'incertitude en science ne suffit pas si toutes les perspectives sont égales. Parfois, le manque de diversité dans le système peut fausser les résultats.

Jusque dans les années 1970, les primatologues étaient principalement des hommes et avaient tendance à limiter leurs études aux spécimens masculins.

Ils pensaient que l'agressivité observée chez les babouins signifiait que l'évolution humaine avait été motivée par un comportement similaire.

C'était jusqu'à ce que l'anthropologue Shirley Strum commence à observer des babouins mâles et femelles, réfutant ces théories antérieures.

Les scientifiques ne réussissent pas toujours du premier coup. Mais au lieu d'instiller le doute, elle devrait inspirer la confiance, car les idées dépassées sont remplacées lorsque de nouvelles informations sont disponibles.

C'est la différence entre moderniser son téléphone portable et s'accrocher à son vieux téléphone fixe parce que l'on ne veut pas se tromper.

Et dans la plupart des cas, les dernières avancées ne seraient pas possibles sans le travail qui les a précédées.

Si le téléphone fixe n'est peut-être pas la meilleure technologie disponible aujourd'hui, votre smartphone n'existerait pas sans lui.

L'incertitude fait partie du processus scientifique. Et c'est, en fait, la raison fondamentale pour laquelle le progrès est possible.

En fin de compte, il s'agit de savoir à qui vous faites le plus confiance, à la personne qui est sûre d'avoir raison ou à celle qui est prête à prouver qu'elle a tort.