Vous-êtes ici: AccueilSport2021 06 09Article 601147

Infos Sports of Wednesday, 9 June 2021

Source: www.camerounweb.com

Retrait de la CAN 2021 au Cameroun : Seidou Njoya brise enfin le silence

• Le président de la FECAFOOT a réagit à la rumeur sur un probable retrait de la CAN au Cameroun

• Seidou Njoya confirme la tenue de la CAN au Cameroun

• Une information du site Algérien La Gazette du Fennec avait fait monter la polémique



Le président de la FECAFOOT s’est enfin exprimé sur le probable retrait de la CAN 2021 au Cameroun. L’information qui a pris de l’ampleur dans la journée de ce 08 juin avait semé la panique dans les rues de Yaoundé a alimenté toutes les discussions.

Terrés dans leur silence depuis lors, les autorités sportives Camerounaises sont (enfin) montés au créneau pour dénoncer ce qui est visiblement une rumeur, à en croire le président de la fédération de football. Dans une déclaration, ce derniers’est montré ferme sur la tenue de la CAN au Cameroun. « Notre pays abritera la CAN dès janvier 2022. La FECAFOOT est mobilisée aux côtés de l’Etat pour faire de cette fête du football, une grande première en Afrique ainsi que le souhaite Dr Patrice Motsepe », a déclaré sur le réseau Social Twitte en fin de journée Seidou Njoya.

Cette déclaration vient prendre à contre-pied, la théorie du retrait de la compétition au Cameroun. Parti d’une rumeur suite au report de la cérémonie du tirage au sort, l’information avait été rendue de plus en plus crédible par le site algérien La Gazette du Fennec. « Fouzi Lekjaâ, président de la Fédération royale marocaine de football (FRMF) et deuxième vice-président de la CAF (donc très proche du nouveau patron de l’instance Patrice Motsepe), est en train d’activer ses lobbys pour convaincre les membres influents à l’instance confédérale de l’attribution de l’organisation de la prochaine CAN au Royaume chérifien. Sur le fond, cette manœuvre semble désespérée tant le Cameroun présente toutes les garanties pour pouvoir, enfin, voir sa CAN se tenir. Toutefois, rien ne peut être exclu », dévoilait le site.





Les raisons cachées de la cérémonie de tirage au sort

« A la demande de la Confédération Africaine de Football, le Comité local d'organisation (COCAN 21) a accepté de reporter le tirage au sort de la phase finale de la Coupe d'Afrique des Nations Total Energies 2021, initialement prévu le 25 juin 2021, pour des raisons logistiques liées à la pandémie de Covid-19 ». C’est par ces mots que la CAF à travers un communiqué publié le 06 juin dernier a annoncé le report de la cérémonie du tirage au sort de la CAN 2021 qui doit se tenir au Cameroun en janvier prochain. Prévue à Yaoundé le 25 juin prochain, la cérémonie a alors été reportée à la surprise générale alors qu’une délégation de la CAF s’était même rendue à Yaoundé pour inspecter le lieu choisi pour cette cérémonie.

Depuis, cette décision a fait naitre une polémique autour de la capacité du pays de Paul Biya a organiser la CAN. Certains sont allés encore plus loin en annonçant un futur retrait de la compétition au Cameroun pour la deuxième fois.

Alors que la polémique ne cesse d’enfler, de nouvelles révélations viennent contredire la version officielle de la CAF. A contrario des « raisons logistiques » évoquées par l’instance en charge du foot africain, ce report de la cérémonie cache en réalité une guerre sur fonds d’enjeux financiers entre deux blocs : d’une part le COCAN et d’autre part la CAF/ FIFA.

Tout est parti de la volonté de la FIFA de s’adjuger les différents marchés liés à l’organisation de la CAN, notamment celui de l’organisation de la cérémonie du tirage au sort, en lieu et place du COCAN. Alors qu’il avait « acquis pour le compte du Cameroun du matériel de sonorisation de dernière génération en prélude aux cérémonies de tirage, d'ouverture et de clôture de la CAN », le COCAN a vu débarquer dans le dossier, la FIFA. « Dans le souci d'un gain technologique à l'issue du tournoi, le Cocan a choisi le cabinet français Leap creative Studio, partenaire du Camerounais EasyGroup Experience pour gérer les différentes cérémonies. Le Tandem ayant déjà réussi les cérémonies du Chan, et créative studio fort de son succès lors de la CAN Égypte 2019, cette candidature avait toutes les faveurs. Le duo était même déjà intégré aux réunions de la CAF et du COCAN et son plan de cérémonie avait été validé », révèle le correspondant de Jeune Afrique au Cameroun, Franck Foute. « C'était malheureusement sans compter sur la nouvelle administration de la CAF qui selon toute vraisemblance, est dirigée depuis Zurich avec le nouveau SG de la CAF Véron Mosengo Omba au centre du jeu », ajoute le journaliste ».

Ce coup de force était minutieusement préparé par la FIFA qui avait infiltré, grâce à 12 de ses membres, la délégation de la CAF présente au Cameroun il y’a quelques jours pour inspecter les infrastructures. Parmi ces 12 membres, Collins Smith, event officer de la FIFA. Après cette visite, la CAF sous les ordres de la FIFA, proposera contre toute attente une nouvelle entreprise, l'agence de publicité « Angelini design basée à Rome, dont le propriétaire est un italo-suisse comme le patron de la FIFA Gianni Infantino », apprend-on toujours de Franck Foute, pour se charger des différentes cérémonies. « Ayant fait un tacle à la dernière minute pour arracher le tirage, Angelini demande plus de temps et une rallonge budgétaire », expliquant ainsi la décision de la CAF de reporter la cérémonie qui devait se tenir le 25 juin prochain.

Face à ce coup de force, le COCAN et le Cameroun, tentent de résister mais se heurtent à la CAF, qui, depuis l’élection du Sud-Africain Patrice Motsepe à sa tête, est devenu un jouet de la FIFA. Dos au mur, Yaoundé qui a perdu le marché de l’organisation de la cérémonie se résigne et accepte le report imposé par l’agence Angelini.

Dans une lettre au Minsep, le SG de la CAF annonce une nouvelle visite dans les prochains jours de l'instance en charge dun football africain au Cameroun. La nouvelle date de la cérémonie serait connue à cet effet.