Vous-êtes ici: AccueilSport2021 08 17Article 613966

BBC Afrique of Tuesday, 17 August 2021

Source: www.bbc.com

Religion : l'État de Kano au Nigeria, interdit les têtes de mannequins pour des raisons islamiques

La consommation d'alcool est interdite par l'islam La consommation d'alcool est interdite par l'islam

La police islamique de Kano, un État à majorité musulmane du Nigeria, suscite des interrogations après avoir ordonné aux magasins de n'utiliser que des mannequins sans tête pour faire de la publicité pour des vêtements.

"L'islam désapprouve l'idolâtrie", confie à la BBC Haruna Ibn-Sina, le commandant de la police de la charia, connue sous le nom de hisbah.

"Avec la tête, cela ressemble à un être humain", ajoute-t-il.

M. Ibn-Sina souhaite également que les mannequins sans tête soient couverts en permanence car montrer "la forme du sein, la forme du derrière, est contraire aux enseignements de la charia [loi islamique]".

Kano est l'un des 12 États du nord à majorité musulmane qui pratiquent la loi islamique. Le système juridique est censé ne s'appliquer qu'aux musulmans.

Mais en réalité, les non-musulmans subissent des pressions pour adhérer aux décisions de la hisbah, notamment l'interdiction des mannequins.

"Nous avons reçu beaucoup d'appels et de messages de ceux qui disent ne pas être d'accord avec l'ordonnance", explique Moses Ajebo, un animateur de radio dans la ville de Kano, la deuxième plus grande ville du Nigeria.

Les commerçants de Sabon Gari, une région de l'État de Kano à dominante chrétienne, ont également exprimé leur mécontentement à l'égard de l'ordre du hisbah.

Le propriétaire d'un magasin, Chinedu Anya, souligne que l'exposition de vêtements sur un mannequin sans tête réduirait leur attrait pour les passants et affecterait son activité.

Coiffure mohawk rasée

M. Ibn-Sina et ses agents - qui se comptent par milliers et sont composés d'hommes et de femmes - ne sont pas encore allés de magasin en magasin pour faire respecter l'interdiction.

Néanmoins, certains craignent qu'elle ne vienne s'ajouter à la liste des déclarations de la hisbah qui s'opposent à la laïcité et à la modernité.

La semaine dernière, M. Ibn-Sina a critiqué les photos de la fête de mariage de Zahrah Bayero, la fiancée du fils du président Muhammadu Buhari, Yusuf.

Selon lui, elle ne donne pas le bon exemple aux autres musulmans car les photos montrent ses épaules exposées.

https://www.facebook.com/photo?fbid=228072099320978&set=a.216422543819267


Il a aussi critiqué ceux qui ont partagé ces images, affirmant que c'était un péché de le faire.

L'année dernière, les agents de M. Ibn-Sina ont rasé les coiffures Mohawk de jeunes hommes sur les trottoirs de la ville de Kano, et il a également réprimandé ceux qui portaient des pantalons à taille basse.

M. Ibn-Sina a également interdit l'utilisation de l'expression "vendredi noir" pour annoncer des ventes, affirmant que le vendredi était un jour saint dans l'islam.

Il est largement ignoré par les stations de radio et les centres commerciaux, qui n'ont fait face à aucune sanction.

Les résidents ont également reçu un avertissement contre l'exécution d'une danse d'Afrique du Sud - où les participants tombent théâtralement au sol - qui est devenue virale sur les réseaux sociaux l'année dernière.

Si de nombreux musulmans de Kano soutiennent les ordres de l'hisbah, une poignée de jeunes musulmans estiment que son interprétation de certains des enseignements de l'islam, comme sur les mannequins, est erronée.

"L'islam interdit l'idolâtrie, mais le hadith [les enseignements du prophète Mahomet] est clair sur le fait qu'Allah juge vos intentions. À moins que vous ne vous prosterniez devant un mannequin, cela ne peut pas être considéré comme un péché", souligne un religieux musulman qui n'a pas souhaité être nommé.

Mais de nombreux religieux musulmans de haut rang, tels que Halliru Maraya du Conseil islamique du Nigeria, affirment que la position de la hisbah sur les mannequins est correcte, car "l'islam est contre la sculpture de statues humaines, quel que soit le nom qu'on lui donne".

Si l'annonce faite à Kano est la première au Nigeria, d'autres pays majoritairement musulmans ont tenté de restreindre l'utilisation des mannequins.

En 2009, la police iranienne a averti les commerçants de ne pas exposer de mannequins féminins présentant des courbes corporelles ou ne portant pas de hijab.

En 2010, le groupe islamiste palestinien Hamas a ordonné le retrait des mannequins peu vêtus et des photos de mannequins en sous-vêtements des magasins de vêtements de la bande de Gaza.

À l'époque, le Hamas avait déclaré que ces règles visaient à protéger la "moralité publique".

Pour les habitants de Kano, la manière dont l'ordre sera appliqué n'est pas claire, car M. Ibn-Sina a exclu de saisir les mannequins qu'il désapprouve, disant préférer "d'autres stratégies".

M. Maraya, un religieux musulman, souhaite que les non-musulmans, protégés par la constitution nigériane, contestent devant les tribunaux la décision de l'hisbah sur les mannequins, affirmant qu'il faut mettre un terme à ses efforts pour les obliger à se conformer à la loi islamique.

Mais s'opposer à la hisbah pourrait être une question de vie, de mort et d'argent.

L'alcool jeté

Plus de 100 personnes ont été tuées lors d'émeutes visant à protester contre la décision du gouvernement de l'État de Kano d'adopter la charia, il y a 11 ans.

Plus récemment, des camions transportant des boissons alcoolisées appartenant à des non-musulmans ont été détruits et des bars ont été perquisitionnés par la hisbah après que celle-ci eut accusé les propriétaires d'"actes de corruption".

La consommation d'alcool est interdite par l'islam.

La hisbah de Kano n'est pas différente de celles des autres États à majorité musulmane du Nigeria. Mais elle a un profil public plus élevé en raison de la personnalité de M. Ibn-Sina.

Ceux qui le connaissent disent que c'est un homme de spectacle qui a besoin des feux de la rampe. Il a tendance à se déplacer dans la ville de Kano avec un entourage médiatique pour donner des ordres.

Mais pour lui, il ne fait que son travail.

L'année dernière, le commandant a fait sensation en engageant des experts en kung-fu pour former au combat rapproché les officiers de la hisbah, qui ne portent pas d'armes.

Un spectacle élaboré a été organisé, au grand amusement du public, pour démontrer l'utilité des arts martiaux.

Quant aux mannequins à tête, leurs jours sont peut-être comptés à Kano. Mais on ne sait pas encore si M. Ibn-Sina portera son attention ailleurs en les laissant intacts.