Vous-êtes ici: AccueilSport2021 02 05Article 571432

Sports News of Friday, 5 February 2021

Source: camer

Rançons, Mircales : enquête sur la Mafia qui a noyé les Lions au CHAN

Privés de championnat et minés par de sempiternelles querelles à la Fécafoot, les Lions A’ ont fait preuve de bravoure pour se hisser en demi-finale du Championnat d’Afrique des Nations organisé par le Cameroun. Ils auraient pu faire encore mieux s’ils n’avaient été victimes d’un système clientéliste mariné à un mysticisme moyenâgeux. Explications.

Le miracle n’a pas eu lieu



Avec un championnat chaotique et même à l’arrêt depuis plus d’un an, le Cameroun espérait une victoire au Chan. Comme si le bon Dieu avait sa résidence permanente à Nsimalen.

On ne l’a pas suffisamment relevé mais le Cameroun a signé l’exploit d’organiser ce Championnat d’Afrique des nations réservé aux footballeurs évoluant sur le continent alors même que son propre championnat est à l’arrêt depuis…mars 2020. Et n’allez surtout pas accuser le terrible Coronavirus que l’on mange à toutes les sauces ces temps-ci. Si notre championnat ne se joue pas, si notre football local est à l’arrêt, c’est bien parce qu’une bande de prébendiers zélés continue son cirque exotique à la Fédération Camerounaise de Football.



Portés par un public enthousiaste, boostés par une ferveur patriotique inégalable, les Lions se sont surpassés pour s’ouvrir une demi-finale quasiment inespérée perdue face au Maroc (0-4). Jouant sur leur force mentale et leur robustesse physique, ils ont pu combler de nombreuses lacunes techniques et tactiques pour atteindre le dernier carré de la compétition.

Rançon

Mais le bidonnage ne pouvait prospérer jusqu’au bout et nos Lions ont souffert de la concurrence face au Maroc. Approximations techniques, égarements tactiques et même limites physiques étaient trop criards pour espérer donner le change aux champions d’Afrique en titre. Au final, les Lions A’ rendent une copie mitigée. Si on peut saluer leur courage et l’éclosion de quelques talents (Ako Assomo, Banga Bindjeme, Etame Ngombe, Haschou Kerrido), on se doit en revanche de déplorer leur fonds de jeu indigent et leur cohésion brinquebalante.

Avec 4 buts marqués contre 6 encaissés, ils présentent un goal average négatif qui renseigne sur leurs carences offensives. A titre d’exemple, ils n’ont même pas réussi une frappe cadrée avant l’heure de jeu lors de la déculottée face au Maroc. C’est la rançon de l’amateurisme et des tripatouillages qui ont jalonnés la préparation de la sélection nationale camerounaise.